Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 juillet 2010

« On a relevé le compteur de mon Maître, et je sais où on l'a mis. »

  Céline Ramos - Pourquoi pleurer .mp3  
   
Found at bee mp3 search engine
Marie Madeleine (MB).jpg
[*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,1-2.11-18. [*](*)|(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)/(*)(*)
(Ste Marie Madeleine, disciple du Seigneur, mémoire)

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin, alors qu'il fait encore sombre. Elle voit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Le matin de Pâques, Marie-Madeleine courut trouver Simon-Pierre et l'autre disciple, celui que Jésus aimait (*) , et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l'a mis. » Marie Madeleine restait là dehors, à pleurer devant le tombeau. Elle se penche vers l'intérieur, tout en larmes, et, à l'endroit où le corps de Jésus avait été déposé, elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l'un à la tête et l'autre aux pieds. Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé le Seigneur mon Maître, et je ne sais pas où on l'a mis. » Tout en disant cela, elle se retourne et aperçoit Jésus qui était là, mais elle ne savait pas que c'était Jésus. Jésus lui demande : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le gardien, elle lui répond : « Si c'est toi qui l'as emporté, dis-moi où tu l'as mis, et moi, j'irai le reprendre. » Jésus lui dit alors : « Marie ! » Elle se tourne vers lui et lui dit : « Rabbouni ! » ce qui veut dire : « Maître » dans la langue des Juifs. Jésus reprend : « Cesse de me tenir, je ne suis pas encore monté vers le Père. Va plutôt trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » Marie Madeleine s'en va donc annoncer aux disciples : « J'ai vu le Seigneur, et voilà ce qu'il m'a dit. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -20, 1-2.11-18° (*)/(*)(*)
(Sorteuse-de-Mari Quadlapeine, disciple du Baigneur, mémoire)

Le quatrième jour
[1] de la semaine, Misterka [2, note 24] se rend au valet [3, note 72] de grands lapins [4][5], alors qu'il fait de plus en plus sombre : en effet, l’éclairage est directement branché à la légalité [6] du "service"©[7]. Il voit que la pierre a été intégrée [8, note 47] au valet. Croquant du lapin de Pâques [9], Missizka [2, note 28] courut trouver Siphon-Pierr’os [10] et l'autre disciple, celui auprès duquel Philou [11] aimait semer [12, note 17/1][13, notes 11,12], et elle leur dit : « J’ai fait enlever [14] le saigneur "pressenti"©[15][16][17] p601191328.jpgar mon valet, et nous savons bien où on l'a mis. » Sadik [18] Bas de laine mettait là dehors [19], ayant fait déverser des tombereaux de pleureuses [20, note 59] sur le "péril"©[21][22] auquel elle avait survécu. Elles s’étaient penchées vers son intérêt [23], tout en larmes [24], et, au minuscule endroit [25] où elle avait été déposer, elle avait aperçu deux succubes [26][27] succombantes [28, note 18] vêtues de noir, assises l'une à ses pieds [29, APR note 27] et l'autre… également à ses pieds. Elles lui avaient demandé : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répondit : « Le Baigneur [30] mon maître [31][32] m’ayant enlevé toute compassion [33], je voudrais à présent qu’on m’enlève une canine [34, APR note 14][35], et je me fiche bien de savoir où on la mettra. » Tout en médisant [36] cela, se détournant ainsi du réel qui était là, pour tous [37, AV note 30], elle aperçut Philou qui se cachait là [38, AV note 26], derrière la procédure [39, note 17], mais elle ne savait pas que c'était Philou qui menait la danse : les autres non plus. Philou lui demanda : « Femme, pourquoi ne pleures-tu plus ? De qui cherches-tu à te débarrasser [40][41] ? » L’ayant pris pour un médecin (!), elle lui répondit : « Si c'est toi qui as remporté la timbale, redis-moi ton "avis"©[42][43, notes 36], et moi, j'irai m’y raccrocher [44][45][46]. » Philou lui dit alors 123741593.jpg: « Magik [47, note 67] ! » Abracadabrée [48, note 33][49], elle se tourne vers lui et lui dit : « Rabdemaladi ! » ce qui veut dire : « Quoidneufdocteur [50,im.1][51,im.1][52, APR note 12][53, APR note 12] » dans la psylangue [54] des Snifs [55] secs. Philou reprit : « Cesse d’y tenir : quand il se sera montré à l’un de mes pairs, cet imbéc ce malheureux "souffrant"©-ne-le-sachant-pas [56][57] le saura aussitôt [58]. Va plutôt trouver tes sœurs en noir [59] pour leur faire DIRE [60, AV note 17] entre les lignes qu’il se montre à mon père et votre père [61], vers mon Docteur et votre Docteur. » Sadik Bas de laine s'en va donc dénoncer aux disciples [62] : « J'ai vu le Baigneur, et voilà ce qu'est sa "maladie"©. »

______Depuis lors, il y a longtemps [63] que la pierre a été enlevée du tombeau de cette "maladie"©[64, APR note 72] et nous ne savons toujours pas où on l'a mise : ce n’est pourtant pas faute de s’être penché vers l’intérieur, de l’avoir cherché, sans la trouver !

Cantique des cantiques 3, 1-4 (*)
Toute la nuit j'ai cherché celui que mon cœur aime. Étendue sur mon lit, je l'ai cherché, je ne l'ai pas trouvé ! Il faut que je me lève, que je parcoure la ville, ses rues et ses carrefours. Je veux chercher celui que mon cœur aime... Je l'ai cherché, je ne l'ai pas trouvé ! J'ai rencontré les gardes qui parcourent la ville : « Avez-vous vu celui que mon cœur aime ? » À peine les avais-je dépassés, j'ai trouvé celui que mon cœur aime. Je l'ai saisi, je ne le lâcherai pas.

T.O.C. ( ?) des tiques (et poux) 3, 1-4 (*)
Toute la nuit
[65, APR note 37] j'ai cherché [66] celui que mon cœur appelle au secours [67]. Étendue sur mon lit [68], je l'ai cherché dans les pages jaunes [69], j’en ai trouvé des légions [70, note 26] ! Il faut que je me lave les mains [71], que je parcoure Lapinville [72], ses nus et ses carrefours [73][74]. Je veux chercher à perdre celui que mon cœur aime insulter et faire insulter [75]... J'ai cherché, j'ai trouvé ! J'ai rencontré les gardes qui parcourent la ville : « Avez-vous vu celui que mon cœur aime insulter et faire insulter ? » À peine leur avais-je passé une main courante [76], j'ai trouvé celui que mon cœur aime insulter et faire insulter. Je l'ai fait saisir, je ne lâcherai pas le nonos [77][78]. Mais lui, je le lâcherai.

En effet, l'amour de la crise nous saisit quand nous pensons qu'un seul pourrait mourir pour tous [70, note 72], et qu'ainsi tous éviteraient de passer par une mort horrible : sous la dent féroce d’un abominable dahu [71][72] baveux de "violence psychologique"©[73,im.2]. Car si le Christ est mort pour tous, afin que les vivants n'aient plus leur survie [74] centrée sur eux-mêmes, hélas une alerte au feu [75][76] nous a fait précipitamment sortir par les issues de sec ours [77][78]. chenil_02.jpgDésormais nous ne connaissons plus personne à la manière humaine [47, notes 52,53][79][80][81] : si nous avions compris la crise à la manière humaine -au risque fou d’empiéter sur le domaine du Docteur [82][83]-, maintenant nous ne le comprenons plus ainsi [84]. Ce risque est d’ailleurs devenu superflu [85], depuis que nous n’avons plus rien à comprendre [86][87]. Si donc quelqu'un est en Jésus Christ, il est une créature nouvelle [88, APR note 21][89, APR note 27]. Le monde nouveau s'en est allé, un monde en chiens [90][91] est déjà né.
podcast

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 5,14-17. (*)/(*)(*)
En effet, l'amour du Christ nous saisit quand nous pensons qu'un seul est mort pour tous, et qu'ainsi tous ont passé par la mort.
Car le Christ est mort pour tous, afin que les vivants n'aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux. Désormais nous ne connaissons plus personne à la manière humaine : si nous avons compris le Christ à la manière humaine, maintenant nous ne le comprenons plus ainsi. Si donc quelqu'un est en Jésus Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s'en est allé, un monde nouveau est déjà né.

______Un petit remontant [92], après toutes ces émotions [93, notes 19] ? Oui mais alors, pour rester dans le ton : rien qu’une larme 

   Mike Brant - Rien qu'une larme .mp3  
   
Found at bee mp3 search engine

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

Commentaires

This article written by a good flat, ah, anyway I like, I hope bloggers could write better articles later, Oh, my top about it! Tim points popular!

Écrit par : pandora | vendredi, 10 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.