Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 31 juillet 2010

La fille chanta devant tout le monde, et il plut sur les carreaux.

Montage bourreau2.jpg

(*)(*)(*)(*)(*)/[*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 14,1-12. (*)(*)(*)(*)(*)(*)/(*)(*)
En ce temps-là, Hérode, prince de Galilée, apprit la renommée de Jésus
et dit à ses serviteurs : « Cet homme, c'est Jean le Baptiste, il est ressuscité d'entre les morts, et voilà pourquoi il a le pouvoir de faire des miracles. » Car Hérode avait fait arrêter Jean, l'avait fait enchaîner et mettre en prison, à cause d'Hérodiade, la femme de son frère Philippe. En effet, Jean lui avait dit : « Tu n'as pas le droit de vivre avec elle. » Hérode cherchait à le mettre à mort, mais il eut peur de la foule qui le tenait pour un prophète. Lorsque arriva l'anniversaire d'Hérode, la fille d'Hérodiade dansa devant tout le monde, et elle plut à Hérode. Aussi s'engagea-t-il par serment à lui donner tout ce qu'elle demanderait. Poussée par sa mère, elle dit : « Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean le Baptiste. » Le roi fut contrarié, mais à cause de son serment et des convives, il commanda de la lui donner. Il envoya décapiter Jean dans la prison. La tête de celui-ci fut apportée sur un plat et donnée à la jeune fille, qui l'apporta à sa mère. Les disciples de Jean arrivèrent pour prendre son corps, l'ensevelirent et allèrent en informer Jésus.

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -14,1-12° (*)/(*)Montage tricheur2 solo.jpg
Au fond de cet étang-là [1, notes 36], Érode [2], prince de Galllinacée [3], apprit la capacité"renominatoire" [4, APR note 21][5] de Philou [6] et dit à ses serviteurs : « Cet homme, c'est Jean le Pastriste [7], il est "guéri"© d'entre les "malades"©, et voilà pourquoi il a le pouvoir de faire des mirages [8, note 10]. » Car Érode avait fait arrêter "hospitaliser"©[9, note 13] Jean, l'avait fait transporter [10] et mettre en "maison de repos"©[11], pour la cause de Missizkade [12], l’unafemme [13] du mari de sa femme. En effet, Jean lui avait dit : « Tu n'as pas le droit [14][15] de me dire que je n’ai pas le droit de vivre avec elle. » Érode cherchait à le sauver de la "mort"©[16], et il n’eut pas peur de s’appuyer sur la complaisance de la poule [17] qui le tenait pour un "professionnel"©[8, notes 26 à 28]. Lorsque arriva l'anniversaire [18] d'Érode,...
podcast...les pleurs de Missizkade jaillirent devant tout le monde, et il plut sur
Érode alors qu’il n’était pas couvert [19]. Aussi s'engagea-t-il par contrat [20,im.7] à lui vendre [21] tout ce qu'elle demanderait [22, APR note 27]. Poussée par sa mère, elle dit : « Donne-moi ici, sur un plat de symboles [23, AV note 4/2 : ouf !], la tête de Jean le Pastriste. » Le roi fut un peu contrarié d’être rabaissé [24] en valet [25], mais à cause de son serment et de ses complices de pique [26](et grâce à son joker [27]), il se tint à carreau, joua cartes sur table et commanda de la lui donner. Il envoya décapiter [28, note 31] intensifier les "soins"© de Jean dans la prison à l’"hôpital"©. Pendant ce temps, la tête de celui-ci fut mise à prix [29], l’unafemme ayant rapporté à son amère [28, AV note 45][30]. Ces disciples de jean-foutre n’arrivèrent pas à prendre son corps, ensevelirent l’affaire et allèrent en informer Philou.

Edith Piaf - Il pleut .mp3
Found at bee mp3 search engine

Livre de Jérémie 26,11-16.24. (*)/(*)
À
la porte du Temple, les prêtres et les prophètes dirent aux chefs et à tout le peuple à propos de Jérémie : « Cet homme mérite la mort, car il a prophétisé contre cette ville ; vous l'avez entendu de vos oreilles. »
Jérémie répondit, en s'adressant à tous les chefs et à tout le peuple : « C'est le Seigneur qui m'a envoyé prophétiser contre ce Temple et contre cette ville, et dire toutes les paroles que vous avez entendues. Et maintenant, changez de route, conduisez-vous bien, écoutez l'appel du Seigneur votre Dieu ; alors il renoncera au malheur qu'il a décrété contre vous. Quant à moi, me voici entre vos mains, faites de moi ce qui vous semblera bon et juste. Mais sachez-le bien : si vous me faites mourir, c'est d'un sang innocent que vous allez vous charger, vous-mêmes et cette ville et tous ses habitants. Car c'est vraiment le Seigneur qui m'a envoyé prononcer toutes ces paroles pour que vous les entendiez. » Alors les chefs et tout le peuple dirent aux prêtres et aux prophètes : « Cet homme ne mérite pas la mort, car c'est au nom du Seigneur notre Dieu qu'il nous a parlé. »

______À vue humaine, il va sans dire que, in extremis, Jérémie s’en tire plutôt mieux que Jean le Baptiste ! C’est qu’en ces temps-là, on "méritait la mort" pour un oui ou pour un non, pour dire le droit à qui a plus de pouvoir ou pour avoir prophétisé contre une ville. Dans les deux cas, c'est bien d'un sang innocent que l’on se charge : le condamné putatif n’en ayant, lui, aucunement sur les mains. À supposer même que ce ne fût pas vraiment le Seigneur qui ait envoyé Jérémie prononcer toutes ces paroles, que ce dernier ait donc faussement prophétisé, on se demande en quoi sa mort eût pu mettre un point final à ce type d’affaire, commun à tous les peuples depuis que le monde est monde : chassez un faux prophète, il en revient dix ! Quoi qu’il en soit, force est de constater qu’à cette époque "mérite la mort" qui prophétise à rebrousse-poil, s’il n’est pas convaincu de parler au nom du Seigneur Dieu : étant données la parfaite subjectivité d’un tel chef d’accusation, la versatilité des peuples –sans parler de la tentation récurrente de leur manipulation [31] par les pouvoirs en place-, peut-être écouteront-ils, et se détourneront-ils chacun de sa route mauvaise [8, APR note 35]… ou peut-être pas. Et encore ! S’agissant de Jean le Baptiste, la foule a-t-elle seulement été consultée en amont, elle qui le tenait assez pour un prophète pour que cela fasse peur à Hérode ? En aval, celui-ci ayant été arrêté, enchaîné et mis en prison pour une cause banale et privée ne concernant pas directement la prophétie, qui de cette foule s’est levé pour dire : « Cet homme ne mérite pas la mort » ? À ce sujet, les évangélistes gardent le silence…


______Nous garderons également le silence sur l’hécatombe qui règnerait de nos jours… si l’on cherchait encore à mettre à mort les faux prophètes [32][33, note 20] ! À moins que la donne ne soit inversée [34, AV note 28][35] ?
indian_spirit.jpg

Les commentaires sont fermés.