Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 26 août 2010

Si on lui confie le barge et tous ses chiens, là il y a des fleurs et de la tune dedans.

Montage objectif.jpg
[*][*][*][*]-[*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 24,42-51. (*)(*)
Jésus parlait à ses disciples de sa venue : «  Veillez, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra.
Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n'aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra.
Quel est donc le serviteur fidèle et sensé à qui le maître de maison a confié la charge de son personnel pour lui donner la nourriture en temps voulu ?
Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera à son travail ! Amen, je vous le déclare : il lui confiera la charge de tous ses biens.
Mais si ce mauvais serviteur se dit : 'Mon maître s'attarde',
et s'il se met à frapper ses compagnons, s'il mange et boit avec les ivrognes, son maître viendra le jour où il ne l'attend pas et à l'heure qu'il n'a pas prévue : il se séparera de lui et le mettra parmi les hypocrites ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents (*). »

______Après les malheureux des temps passé ou présent [1][2], estompés par quelque plus heureux [3], l’heure est à la visite-surprise. Non celle du retardataire se mettant à frapper à la porte, en disant : 'Seigneur, ouvre-nous'[4] : car si surprise il y a, nous savons bien qu’elle est davantage à l’extérieur qu’à l’intérieur… et qu’il est inutile de penser que le maître laissera percer le mur de sa maison. La surprise est plutôt en ce que le même maître vient comme un voleur : de là a-t-il été vraisemblablement pris comme heureux modèle à imiter [2, notes 23,24] par quelque personnel [5][6][7][8] à qui a été confié la charge de la justice [9] pour donner la pourriture [10][11] en temps voulu à quelque compagnon "psychologiquement frappeur"©[12,im.2][13]? Heureux ces serviteurs que leur maître, en arrivant, trouvera à leur travail ! Si zélés qu’ils ne trouvent rien (ni personne [14]) à déclarer [15] quand d’aventure on leur confie la charge de biens volés [2, note 26] : toujours cet objectif d’imitLoups.jpger en tout point [2, note 6] l’heureux modèle ? C’est que la ligne de partage entre le serviteur fidèle et sensé et le serviteur mauvais n’est pas toujours claire : fluctuante à souhait en ce que le personnel pioche volontiers dans les caractéristiques de l’un comme dans celles de l’autre, rassemble des bribes de pellicule lui assurant un montage sur mesure… faute d’avoir attendu –ou prévu- l’heure de la fin du film [16] de leur heureux modèle. Malheureux sont-ils : s’ils n’étaient pas sortis si tôt par la porte large [17][18], ils auraient bien su que dans un réel qui est là, pour tous [19, AV note 41], le "voleur" était le maître de maison !

La Compagnie Cr�ole - Le Bal Masqu�
   
Found at abmp3 search engine

 

 Au « vous ne connaissez pas le jour » vient répondre, à l’aune de 'Mon maître s'attarde' : 'Je ne vous ai jamais connus !'[20]. Au 'Je ne sais pas d'où vous êtes'[21] vient répondre, selon les mêmes conditions : le maître de maison ne sait pas à quelle heure de la nuit vient le voleur, a cependant négligé de veiller ; ayant laissé percer le mur de sa maison, ne veut pas le (sa)voir ou y penser : fait comme si le mur était intact… puis prête main-forte au voleur pour aller percer d’autres murs ! Comment saurait-on d’où est ce maître de maison, quand il se fait objectivement le complice [22, APR note 30] du voleur ? Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera à son travail ? Oui mais, le "bal masqué" étant achevé et chacun s’étant démasqué de son loup [23] (jusqu’au "voleur" que les invités du bal [24] ne peuvent pluKarlmarxiolle.jpgs méconnaître comme étant leur Seigneur), de nouveau que trouve-t-on derrière le travail ? Paul ? Karl ? [2, APR note 33] Sigmund ? Un peu des trois, à la mesure de quelque état d’ébriété chez celui qui mange et boit avec les ivrognes ? Autrement dit, quel est l’objectif dudit travailsachant bien que s’efforcer d'entrer par la porte étroite inclut précisément de voyager léger ? En conséquence, inutile de s’encombrer de kilos de certificats attestant qui de tel nombre d’heures travaillées, qui de tels salaires touchés, de tels emplois créés ou de tels chiffres d’affaires effectuées, de tels produits manufacturés ou tel épanouissement personnel, etc.
______Qu’est-ce qui est le plus important [1] ? Telle performance acquise dans et par le travail ? ou bien qu’il ait été donné la nourriture en temps voulu au personnel dont on est en charge (soi-même inclus) ? Accomplir un devoir d’état de veille ? ou bien accomplir un "devoir d’état"abolissant [25] l’état de veille dans ses fruits [26], chez soi comme chez les autres ? Être dans la peau du serviteur fidèle et sensé ? ou bien dans celle du serviteur mauvais ? (sans illusion : sachant bien que les deux cohabitent avec plus ou moins de bonheur…) Du reste, est-ce donc de ne pas travailler qui rende ce serviteur mauvais ? Dans ce cas il s’agirait du serviteur mauvais et paresseux : celui dont il est question plus explicitement au sein d’une autre parabole [27]. S’il y est fait allusion ici, ne pourra-t-on le trouver que derrière celui qui se met à frapper ses compagnons, mange et boit avec les ivrognes : à la différence que lui ne travaille pas parce qu’il est mauvais. Enfin, frapper ses compagnons, manger et boire avec les ivrognes n’exclut pas –loin s’en faut- que ce fût au sein d’une maison dans laquelle la nourriture n’est pas donnée au personnel en temps voulu… quand elle est donnée, et bien que le dit personnel n’aie pas démérité. Ne le savent que trop bien tous les "compagnons" harcelés et pressurisés par les "ivrognes". La belle apparence [2] de ces derniers ne les faisant guère reconnaître dans quelque estaminet mal famé, ne pas savoir d’où ils sont laisse néanmoins entendre qu’ils ne fussent pas de dessous un pont.

4205142230.jpg

______C'est de l'endroit où nous n'y penserions pas que vient témoigner… une "bonne servante", voire excellente selon les critères du monde : de l’espèce à qui le maître de maison confierait les yeux fermés la charge de son personnel. Mais –et c’est intéressant parce que les propos tenus sont peu suspects d’être dictés sous couvert d’un dépit engendré par quelque médiocrité personnelle- n’est-elle pas également, d’une certaine manière, de l’espèce à veiller et ne pas laisser percer le mur de sa maison ?
______Un Erika [27] coule chez les moules, une Erica ne se coule pas dans le moule…

1129061021.jpg

Les commentaires sont fermés.