Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 septembre 2010

Directions de ressources humaines… et moins si affinités.

Montage cinédoctorman.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 8,1-3. (*)(*)(*)
Jésus passait à travers villes et villages, proclamant la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l'accompagnaient, ainsi que des femmes qu'il avait délivrées d'esprits mauvais et guéries de leurs maladies : Marie, appelée Madeleine (qui avait été libérée de sept démons),
 Jeanne, femme de Kouza, l'intendant d'Hérode, Suzanne, et beaucoup d'autres, qui les aidaient de leurs ressources.

Avant que la Bonne Nouvelle du règne de Dieu ne soit rappelée par quelque Apôtre [1, APR note 74], il fallait bien qu’elle commence par être proclamée à travers villes et villages par Celui qui est venu accomplir [2] les Écritures jusqu’au bout. De même fallait-il que cet accomplissement s’accompagne de signes tangibles, les meilleurs discours ne menant à rien s’ils ne manifestent pas libérer concrètement de certaines pesanteurs [3: le Christ n’étant alors pas encore passé à travers la mort, le "jusqu’au bout" [4] reste à accomplir chez Lui. Or, ces signes tangibles sont bel et bien présents chez des femmes qui accompagnaient sa proclamation : délivrées d’esprits mauvais et guéries de leurs maladies, autant de signes de "petites morts" anéantis par des signes précurseurs de résurrection. Pourtant, beaucoup d'hommes auront également bénéficié de tels signes : non seulement ils ne sont pas en première ligne chez ceux qui l’accompagnaient, mais ils sont le plus souvent priés de témoigner de leurs diverses guérisons auprès des leurs [5][6], sans l’accompagner. On connaît par ailleurs les circonstances qui ont présidé au choix des accompagnateurs hommes : les Douze. La plupart étaient alors si peu malades que c’est au contraire en pleine santé –puisque au sein de la pratique de leurs activités respectives [7][8][9]- qu’ils ont été appelés à suivre le Maître [10].

Enfin, on se souvient de la (dis)proportion de disciples se tenant près de la croix : trois femmes  (dont celle qui avait été libérée de sept démons [11, APR note 3] : est-elle cette femme de la ville étant survenue chez le pharisien [1] ?…) pour un seul homme [4: la plupart de ces messieurs s’étant alors entichés d’aller discrètement proclamer le règne… des lapins [12]. (Mais qui pourrait être assez certain [13] de pouvoir affirmer qu’à leur place, il aurait disposé de meilleures ressources ?… Il est toujours plus aiMéchante infirmière.jpgsé de se reconnaître rétrospectivement [14, APR note 11][15, APR note 28] comme "vrais" témoins [16][17][18, APR note 66], protégés dans l’espace et le temps de menaces n’ayant plus cours.) N’est-ce pas suggérer que la toute première ressource de la femme –elle dont l’accompagnement est indissociable de la délivrance d’esprits mauvais et la guérison de ses propres maladies- soit d’aider l’homme à surmonter ses affres, le com(avec) d’accompagnement étant également celui de la compassion [19] ? Ce qui n’est pas moins suggérer, par contraste, le degré de perversité dans le retournement [20] que peut atteindre cette aide [21][22] : notamment lorsque des femmes [23, notes 71 à 95] iront mettre leurs ressources en commun [24, note 59] pour en aider une autre : celle-ci leur ayant livré un prétendu "malade"©, afin qu’elles lui en délivrent [25] jusqu’à fomenter sa capture –par homme interposé [26] !-en un lieu de libération des démons [27][4, notes 31,32,39][28, notes 78 à 80] : là où l’on dispose de toute ressource pour donner plus de consistance à certaines "maladies"©[29, APR note 26][30]
______Serions-nous là au cœur d’une région inexplorée de la planète, au fin fond d’une jungle luxuriante, si dense qu’aucune machette n’a pu y frayer un chemin à
l’homme, à la femme… et a fortiori, à tout proclamateur de la Bonne Nouvelle du règne de Dieu ? Or, une telle hypothèse est sans objet : en effet, chez certains d’entre ces "libérateurs", on y proclame la bouche en cœur que le Christ est ressuscité d'entre les morts !                

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 15,12-20. (*)/(*)(*) 
Frères, nous proclamons que le Christ est ressuscité d'entre les morts ; alors, comment certains d'entre vous peuvent-ils affirmer qu'il n'y a pas de résurrection des morts ?
 Mais, s'il n'y a pas de résurrection des morts, le Christ, lui non plus, n'est pas ressuscité. Et si le Christ n'est pas ressuscité, notre message est sans objet, et votre foi est sans objet ; nous voilà reconnus comme de faux témoins de Dieu, pour avoir témoigné en contradiction avec Dieu en disant qu'il a ressuscité le Christ, alors qu'il ne l'a pas ressuscité s'il est vrai que les morts ne ressuscitent pas. Si les morts ne ressuscitent pas, le Christ non plus n'est pas ressuscité. Et si le Christ n'est pas ressuscité, votre foi ne mène à rien, vous n'êtes pas libérés de vos péchés ; et puis, ceux qui sont morts dans le Christ sont perdus. Si nous avons mis notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes. Mais non ! le Christ est ressuscité d'entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité.

______Proclamer est une chose… et témoigner par des actes -mettant quelque espoir compensatoire [31] dans le Christ pour cette vie seulement : très exactement à la manière de l’assuré [1, notes 5 à 10] et en contradiction formelle avec ce qui est proclamé- en est une autre, qui ne fait au mieux que rejoindre ceux qui peuvent affirmer qu'il n'y a pas de résurrection des morts : au moins le témoignage de ces derniers, à la limite plus cohérent, sera-t-il reconnu moins faux que celui des premiers. Si le message est sans objet pour ceux qui n’entrent pas dans la salle, ne mettant guère leur espoir dans le film projeté, certains d’entre ceux qui sont entrés –mettant leur espoir dans les issues de secours [32][33]- en sortent avant la fin [34], perdus par des alertes au feu [35][36][37] sans objet : pour ceux-là, le message ne mène à rien [1, APR note 74] non plus… sinon à les reconnaître comme de faux témoins de Dieu, s'il est vrai que les morts ne reculent pas [38][39].

boite_automatique_image_photo_essai_wide.jpg

Les commentaires sont fermés.