Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 19 septembre 2010

Ce géant trompeur, le mulot en fit son affaire.

1582310050.jpg

[*][*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 16,1-8. (*)/(*)(*)
Jésus disait encore à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé parce qu'il gaspillait ses biens. Il le convoqua et lui dit : 'Qu'est-ce que j'entends dire de toi ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car désormais tu ne pourras plus gérer mes affaires.' Le gérant pensa : 'Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gérance ? Travailler la terre ? Je n'ai pas la force. Mendier ? J'aurais honte. Je sais ce que je vais faire, pour qu'une fois renvoyé de ma gérance, je trouve des gens pour m'accueillir.' Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : 'Combien dois-tu à mon maître ? - Cent barils d'huile.' Le gérant lui dit : 'Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.' Puis il demanda à un autre : 'Et toi, combien dois-tu ? - Cent sacs de blé. ' Le gérant lui dit : 'Voici ton reçu, écris quatre-vingts.' Ce gérant trompeur, le maître fit son éloge : effectivement, il s'était montré habile, car les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière. 

______Le maître n’est pas rancunier ! D’une part, s’il retire sa gérance au trompeur, la sanction n’est guère immédiate puisqu’il lui laisse le temps de faire venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître : ceux-là s’étant exécutés, il représente toujours l’autorité du maître à leurs yeux. D’autre part, ce n’est pas cette fois sur ce qu’il entend dire de lui qu’il fait son éloge… et encore moins sur les cinquante barils d'huile et vingt sacs de blé qu’il lui fait sciemment perdre ! (si ce n’est davantage : qui assure que les reçus eux-mêmes, en dehors de leurs faux en écritures, aient été réellement échangés contre les marchandises correspondantes ? Car celui qui est trompeur dans une petite affaire est trompeur aussi dans une grande.) Il s'était montré habile en tant que fils de ce monde, l’éloge marquant par contraste un regret (non un exemple comptable à suivre !) : que les fils de la lumière fussent à cet égard peu éblouissants [1]. Mais les fils de ce monde étant plus habiles entre eux que les fils de la lumière, a-t-on pour autant identifié les uns comme les autres ? Dans l’affirmative, l’habileté en elle-même va-t-elle nécessairement se poser comme un signe infaillible de reconnaissance d’un fils de ce monde, au détriment du fils de la lumière ? Ne serait-ce pas, de nouveau, comme moissonner avant l’heure [2, AV note 8] ? D’autant que dans le contexte d’une parabole, un homme riche –apparemment fils de ce monde- s’apparente plus volontiers au maître de maison [3][4], de la moisson [5], d’un domaine [6][7], ou au roi [8; le gérant, quant à lui, n’est pas sans rappeler les serviteurs à qui le maître confie ses biens [9: fils de la lumière… et néanmoins habiles à faire fructifier leurs talents, à l’exception du dernier d’entre eux. Celui-là, alors qu’il n’aura pas gaspillé son bien à la manière du gérant trompeur (ni même à celle du fils prodigue [10, APR note 10]), le maître ne fera pas son éloge parce qu’il aura pris peur à la manière des fils de ce monde. Le gérant est trompeur, l’Argent est trompeur la mesure de ce que le moyen devient l’objectif [11])… et les fils de ce monde sont trompeurs en ce qu’ils se montrent plus habiles entre eux à passer pour fils de la lumière [12, note 59], que l’inverse. En revanche, hors d’eux ou entre eux et les fils de la lumière, ne se font-ils toujours que des amis ? 


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 16,9-13. (*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)/(*)(*)

Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l'Argent trompeur, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. Celui qui est digne de confiance dans une toute petite affaire est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est trompeur dans une petite affaire est trompeur aussi dans une grande. Si vous n'avez pas été dignes de confiance avec l'Argent trompeur, qui vous confiera le bien véritable ? Et si vous n'avez pas été dignes de confiance pour des biens étrangers, le vôtre, qui vous le donnera ? Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera le premier, et aimera le second ; ou bien il s'attachera au premier, et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'Argent. »

Ce qui n’est pas sans rejaillir sur les rapports entre domestiques eux-mêmes : notamment si l’un sert un premier maître, quand l’autre s’est attaché à un second. Sachant qu’aucun des deux ne peut servir à la fois le maître n°1 et le maître n°2, c’est à qui écrasera le plus pauvre pour l’assujettir à son propre maître : jusqu'à l’anéantir s’il lui résiste, quitte à passer pour le domestique du même maître tout en le méprisant, par attachement au premier. Pratiquant non croyant [13], il garde un œil impatient à sa montre : moins enthousiaste à "fêter le sabbat" [14][15, note 42] –et a fortiori le Yom Kippour [16]- qu’à aller oublier [17] automatiquement [18,im.3] chacun de ses méfaits entre fils commerçants de ce monde :  

 Livre d'Amos 8,4-7. (*)/(*)(*)
Écoutez ceci, vous qui écrasez le pauvre pour anéantir les humbles du pays, car vous dites : « Quand donc la fête de la nouvelle lune sera-t-elle passée, pour que nous puissions vendre notre blé ? Quand donc le sabbat sera-t-il fini, pour que nous puissions écouler notre froment ? Nous allons diminuer les mesures, augmenter les prix, et fausser les balances. Nous pourrons acheter le malheureux pour un peu d'argent, le pauvre pour une paire de sandales. Nous vendrons jusqu'aux déchets du froment ! » Le Seigneur le jure par la Fierté d'Israël : Non, jamais je n'oublierai aucun de leurs méfaits.   

Justice+bourse.jpg      

Première lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 2,1-8. (*) 
J'insiste avant tout pour qu'on fasse des prières de demande, d'intercession et d'action de grâce pour tous les hommes,
 pour les chefs d'État et tous ceux qui ont des responsabilités, afin que nous puissions mener notre vie dans le calme et la sécurité, en hommes religieux et sérieux. Voilà une vraie prière, que Dieu, notre Sauveur, peut accepter, car il veut que tous les hommes soient sauvés et arrivent à connaître pleinement la vérité. En effet, il n'y a qu'un seul Dieu, il n'y a qu'un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous les hommes. Au temps fixé, il a rendu ce témoignage pour lequel j'ai reçu la charge de messager et d'Apôtre - je le dis en toute vérité - moi qui enseigne aux nations païennes la foi et la vérité. Je voudrais donc qu'en tout lieu les hommes prient en levant les mains vers le ciel, saintement, sans colère ni mauvaises intentions.

            Prières pour tous ceux qui ont des responsabilités… soit ceux qui répondent de leurs actes [19, note 13] : non ceux qui n’y répondent pas afin qu’eux –et eux seuls- puissent mener leur vie dans le calme et la sécurité, au détriment de ceux qui auront à subir les mauvais fruits [20][21] de leurs actes. Car si voilà une vraie prière, que Dieu peut accepter, c’est bien qu’il en existe à "la vérité"… plus contrastée : prières que Dieu peut ne pas accepter (un rien compensatoires [22] chez celui qui se "rapproche" de Dieu afin de mieux s’éloigner du frère AMGcontre lequel il demande d’intercéder et d’actionner la glace de haute protection [23] !…), ou ne peut pas accepter selon ce qu’Il subit Lui-même la "concurrence" de médiateurs entre les hommes, moins enthousiastes –quoi qu’ils veuillent- à ce que tous soient sauvés et arrivent à connaître pleinement la vérité : c’est qu’à la différence de Jésus, eux vont en donner un autre en rançon [24, note 72] pour tous les hommes ! Eux  peuvent accepter des prières en baissant les yeux vers la terre : avec colère et mauvaises intentions, celles-ci passant inaperçues sous les oripeaux du "calme et des bonnes intentions"[25, APR note 2][26, note 8]. Est-ce bien sérieux ?

serieux-292x300.jpg

__________________

NB : sauf omission, tous les articles ayant récemment souffert du "malheureux essai d'amélioration" ont à présent retrouvé leur intégralité d’antan.

Les commentaires sont fermés.