Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 octobre 2010

Heureux le père qui a tripo(r)té dans ses entrailles, et qui t’a nourri de son petit-lait ?

Montage triporteur.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 11,27-28. [*]|(*)(*)
Comme Jésus était en train de parler, une femme éleva la voix au milieu de la foule pour lui dire : « Heureuse la mère qui t'a porté dans ses entrailles, et qui t'a nourri de son lait ! »
  
Alors Jésus lui déclara : « Heureux plutôt ceux qui entendent la parole de Dieu, et qui la gardent ! »

______L’adverbe plutôt n’est ici pas tant une option préférentielle que ce qu’en suggère tout simplement la locution homophone : plus tôt. Ceci afin de ne pas laisser entendre, dans cette répartie de Jésus, qu’Il balaie d’un revers celle qui l’a porté dans ses entrailles, et qui L’a nourri de son lait. Plus tôt, c’est aussi avant de l’avoir porté dans ses entrailles. En rad3B818.gifeffet, afin que la promesse de Dieu se réalise pour les croyants par la foi en Jésus Christ, ne fallait-il pas au préalable une croyante par la foi en Jésus Christ… avant un Jésus Christ qui, pour descendre du ciel et bien qu’invitant à devenir comme les petits enfants pour entrer dans le Royaume des cieux [1], n’a pas exactement voulu en descendre façon « bonne nuit les petits » [2, note 42] ? D’autant qu’au marchand de sable [3][4], l’état de veille [5] sera plus profitable à l’entente puisque est plutôt heureux celui qui entend la parole de bonne%20nuit%20les%20petits.jpgDieu, et qui la garde ! (Encore que de discrètes exceptions puissent se singulariser : celui qui a soutenu cette mère qui L’a porté dans ses entrailles n’a-t-il pas gardé une parole de Dieu entendue au cours d’un songe [6][7] ?…) Au contraire a-t-Il voulu revêtir dans Sa chair l’héritage de tous les croyants encore sous la domination de cette loi de Moïse dont Ses contemporains étaient prisonniers [8, APR note 46] : plus tôt, c’est également le poids de cet héritage appartenant à la descendance d’Abraham. Plus tôt, c’est enfin avoir été porté dans les entrailles d’une mère qui, elle-même, appartenant pleinement à cette descendance, a entendu la parole de Dieu en des circonstances assez singulières (bien qu’à l’état de veille en ce qui la concerne [9][10]) pour qu’à sa suite s’estime heureuse la foule d’héritiers entendant qu’elle l’aie gardée sans rien y retrancher ni ajouter [11, APR note 2][12, APR note 17] !
______La parole de Dieu ne se faisait-elle pas déjà entendre ? Et qui ne la gardait pas ? D'après l'Écriture -et d’après l’Apôtre des païens- cette parole était comme prisonnière, enfermée sous la domination de la loi de Moïse. Si tout ce qui est écrit dans le livre de la Loi en est heureusement le reflet, ce sont moins les croyants qui gardaient la parole que la Loi qui agissait sur eux en les gardantcomme un surveillant : muni de ses roulettes [8, APR note 46], l’enfant est prié de ne pas sortir du champ de vision de son père avant que vienne le tempsse réalisera la domination de son engin sans l'équipement de protection qui lui donnait confiance [8, AV note 49].
______Ainsi, en attendant l'heure où la foi serait révélée, heureux sont en apparence [13][14]tricycle_2.jpg ceux… qui ont trois roues au lieu de deux : ils n’ont pas besoin de roulettes ! En revanche, pour peu qu’ils se soient enfermés sous la domination du péché, n’auraient-ils pas besoin de conversion [15, note 1] plutôt que d’assurer des transports de connivence [16, note 59] en garantissant la sécurité [17, notes 5 à 14] de leurs passagers [18] ? Quant à revêtir l’autorité [19][20, note 10][21, APR note 41] de celui qui domine de sa loi apprenant à tenir en équilibre sur deux roues, ces guides aveugles [22] vont-ils être des mieux placés s’ils ne savent pas faire ? Surtout lorsque la domination de ces surveillants [23] va avoir pour objet de retirer les roulettes [24 !] de leurs esclaves [25][26][27] pour les imposer à des hommes libres [28],  jusqu’à enfermer ceux-là [29][30, APR note 60] si "nécessaire"[31, notes 14 à 17]aux yeux de tiers esclaves [32][33][34] ! [ NB : comme son nom le laisse entendre, le tiers [35] est un inconditionnel des trois roues : il se sent mieux gardé [36][37, note 6], et plus en "sécurité"©[38], ne faisant plus qu’un avec son transporteur [39]… ]

Lettre de saint Paul Apôtre aux Galates 3,22-29. (*)/(*)(*)
Frères, d'après l'Écriture, tout a été enfermé sous la domination du péché, afin que la promesse de Dieu se réalise pour les croyants par la foi en Jésus Christ.
 Avant que vienne le temps de la foi, nous étions des prisonniers, enfermés sous la domination de la loi de Moïse, en attendant l'heure où la foi serait révélée. Ainsi, pour que nous devenions des justes par la foi, la Loi, comme un surveillant, nous a menés jusqu'au Christ. Et maintenant qu'est venu le temps de la foi, nous ne sommes plus sous la domination de ce surveillant. Car en Jésus Christ, vous êtes tous fils de Dieu par la foi. En effet, vous tous que le baptême a unis au Christ, vous avez revêtu le Christ ; il n'y a plus ni juif ni païen, il n'y a plus ni esclave ni homme libre, il n'y a plus l'homme et la femme, car tous, vous ne faites plus qu'un dans le Christ Jésus. Et si vous appartenez au Christ, c'est vous qui êtes la descendance d'Abraham ; et l'héritage que Dieu lui a promis, c'est à vous qu'il revient.

Lettre de Phil’os à poutre malsain aux Glaglas 3,22-29. (*) Attention-chien-mechant.jpg
Frères chiens
[40], d'après l'Imposture [41], toutou [42] a été enfermé sous
la domination de "ses troubles rendant impossible son consentement"©[43], afin que les promesses gouvernementales [44][45][45bis][46][47] se réalisent pour les psychocroyants [48][49] par les foies [50] en la crise de Philou [51][52]. Après que se soit dispersé [8] le temps de la foi, nous sommes des geôliers : pires à la fin qu'au début [8, APR note 12], enfermant sous la domination de la loi de la mouise [53] ceux qui entendent la parole de Dieu, et qui entendaient la garder [54, note 12], en attendant l'heure où l’aboi [55] d’un chien plus méchant [56][57 ?] se révélerait [58]. Ainsi, pour que nous devenions comme par enchantement [59] des justes psychiques [60, notes 6] par la psychofoi [61], la "loi"©[62, note 15], comme mille surveillants [63][64], nous a menés jusqu'à la crise [65, notes 40 à 46]. Et maintenant qu'est venu le temps de l’aboi, nous sommes mille fois plus sous la domination de ce surveillant. Car en la crise de Philou, vous êtes tous ficelés [25][66] du Docteur par vos foies. En méfait [67], vous tous que le rebaptême [68] a amalgamé dans la crise, vous avez dévêtu le Christ et distribué ses vêtements [69, APR im.3] ; il n'y a plus ni snif [70] ni pas chien, il n'y a plus ni homme [71][72] ni homme libre, il n'y a plus l'homme et la femme [73], car tous, vous ne faites plus qu'un gros chien [74] dans la crise de Philou. Et si jamais vous apparteniez encore au Christ, c'est vous qui serez descendus
[75][76][77][78][79][80][81][82][83][84][85][86][86bis][87][88][89][90][91][92][93][94][95]
[
96][97][98][99][100][101][102][103][104][105]
par la descendance d'Abracadabra [60, note 33][106] ; et l'héritage que le Docteur lui a promis [107], c'est à vos survivants qu'il revient [8, note 60]. Dites-moi, quelque chose ne tourne pas rond ?… Vous n’auriez pas un pneu crevé [108] ?

Tricycle carré.jpg

Les commentaires sont fermés.