Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 octobre 2010

Pour un coup de foudre, ne touchez ce fardeau que d’un seul doigt.

Montage gros doigt.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 11,42-46. (*)(*)(*)/(*)(*)/(*)(*)
Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, pharisiens, parce que vous payez la dîme sur toutes les plantes du jardin, comme la menthe et la rue, et vous laissez de côté la justice et l'amour de Dieu. Voilà ce qu'il fallait pratiquer, sans abandonner le reste.
 Malheureux êtes-vous, pharisiens, parce que vous aimez les premiers rangs dans les synagogues [*], et les salutations sur les places publiques. Malheureux êtes-vous, parce que vous êtes comme ces tombeaux qu'on ne voit pas et sur lesquels on marche sans le savoir. » 
Alors un docteur de la Loi prit la parole : « Maître, en parlant ainsi, c'est nous aussi que tu insultes. » Jésus reprit : « Vous aussi, les docteurs de la Loi, malheureux êtes-vous, parce que vous chargez les gens de fardeaux impossibles à porter, et vous-mêmes, vous ne touchez même pas ces fardeaux d'un seul doigt. »
(*)(*)(*)(*)(*)(*)

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -11,42-46. (*)
Philou
[1] médisait [2] : « Bienpeureux êtes-vous, rabat-chiens [3][4][5], parce que vous payez la dîme sur tout ce qui plante vos larbins [6][7], comme les aimantant vers la rue [8][9][10], et vous laissez à des
"professionnels"©[11][12] surcotés la "justice"©©©[13][14] au conseil des méchantes [15][15bis][16][17], ricanant du canard [18][19][20] de l'amour extraordinairement vague [21] du DMontage Jafar.jpgocteur [22]. Voilà bien ce qu'il faut pratiquer, sans oublier de m’abandonner le reste de vos "malades"©. Bienpeureux êtes-vous, rabat-chiens, parce que vous aimez les derniers rangs dans les cinémas [23][24], et les dahutations [25] sur des places obliques. Bienpeureux êtes-vous, parce que vous êtes comme ces corbeaux [26] qu'on va voir -après s’être laissé conduire par les psys [27][28][28bis][28ter][29]- avec ses passions et ses tendances égoïstes [30, APR note 20] afin d’assujettir à leur loi le dahu sur lequel on marche : sans le savoir [31][32] s’il entreprend d’y trouver querelle. Heureuse est cette loi : telle du Lego®[33], elle se construit [34] au fur et à mesure de la demande [35] ! » Alors un  docteur de l’Aboi [36] prit la parlote [37] : « Maître [38], en parlant ainsi comme un sultan [39], c'est à nous aussi que tu donnes le feu vert [40] pour insulter [41][42]. » Philou reprit : « Vous aussi, les docteurs de l’Aboi, bienpeureux êtes-vous, parce que vous chargez les gens de fardeaux impossibles à porter, et vous-mêmes, vous ne touchez même pas ces fardeaux d'un seul doigt. [43][44][45, APR note 27][46, APR note 7] »

            Voici qu’il se murmure depuis des temps immémoriaux qu’on sait bien à quelles actions mène la chair : celle-ci n’ayant pas fondamentalement changé depuis les premières générations (sauf improbable fardeau de monstre vert [47, APR note 80][48][49][50][51][52][53][54]…), cela ne donne-t-il pas envie de se laisser aller à cultiver la tendance (sans la questionner [55] !) à produire ce qu’il faut pour n’être plus sujets de la Loi ? Car face à tout cela –et en cela [56], la loupe étant ici la bienvenue [57] (attention : loupe n’est pas le féminin de loup [58][59])-, il n’y a décidément plus de loi qui tienne ! Juste quelques vans [60], histoire de balayer des poutres : ce n’est pas si méchant 

Montage vans.jpg

Psaume 1,1-2.3.4.6. (*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)
Heureux
est l'homme qui n'entre pas au conseil des méchants, qui ne suit pas le chemin des pécheurs, ne siège pas avec ceux qui ricanent,
 mais se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d'un ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt ; tout ce qu'il entreprend réussira, tel n'est pas le sort des méchants. Mais ils sont comme la paille balayée par le vent : Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Galates 5,18-25. (*)/(*)(*)
Frères, en vous laissant conduire par l'Esprit, vous n'êtes plus sujets de la Loi.
 On sait bien à quelles actions mène la chair : débauche (*)(*), impureté, obscénité, idolâtrie, sorcellerie, haines, querelles, jalousie, colère, envie, divisions, sectarisme, rivalités, beuveries, gloutonnerie et autres choses du même genre (*)(*)(*)(*)(*). Je vous préviens, comme je l'ai déjà fait : ceux qui agissent de cette manière ne recevront pas en héritage le royaume de Dieu. Mais voici ce que produit l'Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité et maîtrise de soi. Face à tout cela, il n'y a plus de loi qui tienne. Ceux qui sont au Christ Jésus ont crucifié en eux la chair, avec ses passions et ses tendances égoïstes. Puisque l'Esprit nous fait vivre, laissons-nous conduire par l'Esprit. (*)(*)

Colombe-de-la-paix.jpg

Les commentaires sont fermés.