Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 octobre 2010

Quand on vous l’extraira de sa puissante auto ridée, ne vous tourmentez pas pour savoir comment le faire parler.

Montage accidentel.jpg

[*][*]-[*][*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,8-12. (*)/(*)/(*)(*)/(*)
Jésus disait à ses disciples : «  Je vous le déclare : Celui qui se sera prononcé pour moi devant les hommes, le Fils de l'homme se prononcera aussi pour lui devant les anges de Dieu.
Mais celui qui m'aura renié en face des hommes sera renié en face des anges de Dieu. Et celui qui dira une parole contre le Fils de l'homme, cela lui sera pardonné ; mais si quelqu'un blasphème contre l'Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné. Quand on vous traduira devant les synagogues, les puissances et les autorités, ne vous tourmentez pas pour savoir comment vous défendre ou comment parler. Car l'Esprit Saint vous enseignera à cette heure même ce qu'il faudra dire. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -12,8-12. (*)
Philou
[1] médisait à ses bisciples  [2] : «  Je vous le déclare [3] : Celui qui se sera prononcé pour moi [4] devant les hommes, le Ficeleur de l'homme [5][5bis] se prononcera aussi pour lui devant les anges du Docteur [6][7][8].
Mais celui qui m'aura dénié [9][10] en face des hommes sera dénié comme personne [11][12] en face des anges du Docteur. Et celui qui dira une parole contre le Ficeleur de l'homme, cela lui sera pardonné… à la mesure de ce que "ses troubles rendent impossible"©[13] l’adhésion [14] de ce malheureux, puis que cet abruti -n’étant pas "médecin"©[15][16]- se plie enfin à la parlote [17] de celui qui l’est ; mais si quelqu'un blasphème contre l'Esprit-Blanc [18, APR note 6/1][19,im.4] du Docteur (juste sous la toi chut.jpgson de même teinte [20]), alors là mes petits lapins [21][22][23], autant vous dire que cela n’ est pas près de lui être pardonné ! Quand on vous le traduira devant les sites à gags [24], les nuisa nces [25][26] des autorités dévoyées [27][28, notes 12 à 14][29], ne vous  tourmentez plus [30 ][31] pour savoir comment vous en défendre [32][33][34][34bis][34ter] oupompiste.gif comment le faire partir [35, note 29]. Car vous aurez fait le plein [36] de l'Esprit-Blanc qui vous enseignera à cette heure même q u'il ne faudra rien dire [37] hors présence de votre psyvocat [38].

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 1,15-23. (*)/(*)
Frères, puisque j'ai entendu parler de la foi que vous avez dans le Seigneur Jésus, et de votre amour pour tous les fidèles,
je ne cesse pas de rendre grâce, moi aussi, quand je fais mention de vous dans ma prière : Que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père dans sa gloire, vous donne un esprit de sagesse pour le découvrir et le connaître vraiment. Qu'il ouvre votre cœur à sa lumière, pour vous faire comprendre l'espérance que donne son appel, la gloire sans prix de l'héritage que vous partagez avec les fidèles, et la puissance infinie qu'il déploie pour nous, les croyants. C'est la force même, le pouvoir, la vigueur, qu'il a mis en œuvre dans le Christ quand il l'a ressuscité d'entre les morts et qu'il l'a fait asseoir à sa droite dans les cieux. Il l'a établi au-dessus de toutes les puissances et de tous les êtres qui nous dominent, quel que soit leur nom, aussi bien dans le monde présent que dans le monde à venir. Il lui a tout soumis et, le plaçant plus haut que tout, il a fait de lui la tête de l'Église qui est son corps, et l'Église est l'accomplissement total du Christ, lui que Dieu comble totalement de sa plénitude.

            Quand Paul fait mention du monde à venir, il n’a pas entendu parler de la psychofoi [39] que de "fidèles croyants"[40] ont dans le Baigneur [41] Philou ! Oui, oui : celui-là même qui est plus "puissant" que le Seigneur Jésus [42, note 12](!), ne cessant de tendre pièges [43, note 7/2][44, note 59][45] en vue de "protéger"©[32][46] qui lui fait mention dans sa crière [47] d’un affreux monstre gluant [48] de sa ()[35, note 55]connaissance. [ NB : le modèle le plus abominable [49] étant vraisemblablement celui à qui aura été donné un esprit de sagesse pour découvrir et connaître vraiment notre Seigneur Jésus Christ [50, notes 7, APR note 30]] Or, lui -dont l’UER Paris V (établissement bien connu pour être "assis à droite dans les cieux,établi au-dessus de toutes les puissances et de tous les êtres qui nous dominent") aura fait un "expert"©[51][52]- place plus haut que toutou [53] (surtout si celui-ci est méchant [54] !) la nécessité [50] de ne pas attendre béatement l’accomplissement total du "crime"[51][35, APR note 95]ceux qui essaient d’entrer dans le"crime", ne doit-on pas les empêcher [52][53] ?-, afin de combler totalement son rabat-chien [54, notes 3 à 5] de sa plénitude. Ce sans quoi ce malheureux [55] va s’étioler ; ou ce sans quoi il ne va pas, finalement, assumer de façon heureuse le dessein qui est le sien [56, APR note 30] (à l’évidence [57, APR note 70], celui du chien [58][59] ne comptant pour rien)C'est la farce [60] même, le pouvoir magique [61], la rigueur "morale"[62] (substrat bien-portant se soumettant la conscience[63] du même nom [64,1][65,1]…), qu'il a mise en œuvre [66]dans la crise quand il l'a suscitée d'avant les morts (!) et qu'il l'a faite asseoir à sa main gauche [67, APR note 28] dans l’essieu [68].

______Quand Paul fait mention de son monde présent, rendant grâce etc., il n’a pas entendu parler d’"hystrionisme"©, d’"hallucinations sensorielles"©, de "mythomanie"©, d’"agnosie"© et autres"pathologies"© d’ordre "psychotique"©[69, notes 57 à 75] : de telles menteries [70] mentions ne lui auraient-elles pas fait perdre un peu de force, de pouvoir ou de vigueur ? Encore eût-il fallu qu’il ouvre son cœur à ces "lumières"©[71], qu’il comprenne la désespérance [72] que donne leur appel : en somme, qu’il cesse séance tenante de rendre grâce, qu’il se soumette… et flanque au panier sa belle lettre aux Éphésiens, l’ayant totalement abolie [73] ! Qu’il se rassure, notre Seigneur Jésus Christ n’est pas à meilleure enseigne : n’est-il pas hautement inconcevable de mettre en doute la validité de son "diagnostic" de "paranoïa clinique "[74][75, notes 47 à 53][76, notes  36 à 47] ? Dans ce cas, il convient de concevoir simultanément que l’auteur dudit "diagnostic" -et avec lui, tous ses fidèles psychocroyants présents et à venir- a reçu un esprit de sagesse pour le découvrir et le connaître vraiment, qu'il a ouvert son cœur à sa lumière, pour nous faire comprendre l'espérance que donne son appel, la gloire sans prix de l'héritage que nous partageons a412737416.jpgvec les fidèles, et la puissance infinie qu'il déploie pour nous, les croyants ; et naturellement, qu’il a été lui-même établi au-dessus de toutes les puissances et de tous les êtres qui nous dominent, quel que soit leur nom, aussi bien dans le monde présent que dans le monde à venir : ce qui ne pose pas de difficulté particulière [77], ayant brillamment démontré la plénitude de sa "science"©[78][79][80] à propos d’êtres s’étant incarnés dans le monde passé. Toujours dans ce cas, la lettre aux Éphésiens passe avec raison au panier : avec elle, son auteur, ses disciples… et son Maître. Dieu merci [56, im.6 !], Jésus, Paul et tous les disciples de cette époque sont définitivement hors de portée de l’accomplissement total de la crise : ne la voyant à cette heure même qu’à l’image de l’éléphant et de la souris [81] courant ensemble dans la savane, la minuscule bestiole se tournant vers le pachyderme en lui disant : "Tu te rends compte du nuage de poussière qu'on soulève !" [82, APR note 35] Et celui qui dira une parole contre le Fils de l'homme, cela lui sera pardonné : ouf ! N’a-t-Il d’ailleurs pas été jusqu’à invoquer le pardon en faveur de ceux qui commettaient le mal contre Lui-même [83, APR im.3], dans Sa chair ? Mais après cela, que pouvaient-ils faire de plus [35], ceux-là ?

______Quand on nous a traduit… l’Évangile, en dépit de glissements sémantiques plus ou moins prononcés (dont certains restent toujours à résoudre [84][85]), ce qui y est déclaré ne peut guère signifier une chose et son contraire. Ainsi de la phrase suivante : mais si quelqu'un blasphème contre l'Esprit Saint, cela ne lui sera PAS pardonné. Allons bon : que faire [86] de la miséricorde à boîte automatique [87] ? Où est le problème ? Placé plus haut que tout, comblé totalement de la plénitude de Dieu, établi au-dessus de toutes les puissances et de tous les êtres qui nous dominent, quel que soit leur nom, aussi bien dans le monde présent que dans le monde à venir, le Fils de l'homme -et avec Lui, tous ses fidèles croyants présents et à venir- n’a pas pu passer avec raison à la corbeille : par conséquent, votre panier est vide ! Aussi -sans vouloir pousser à la consommation-, où est décidément le problème au temps du jetable [88][89][90] ? Peut-être convient-il cependant de se munir de gants étanches [91, note 65], les fuites d’huile [92] étant hautement concevables au cours de la mise en œuvre de cette délicate opération. Après quoi thumb_34_gants-industrie-alutherm250.jpgaurons-nous davantage de vigueur pour découvrir et connaître vraiment ce qu’est blasphémer contre l'Esprit Saint… autrement dit, l’héritage [93] que se partagent les "fidèles" d’une dégénération [94] faisant d’une autre [95] une génération de rosières. Quand pour ne plus entendre parler de la foi, vous ferez traduire [96] devant les synagogues, les puissances et les autorités, reniant ainsi le Fils de l’homme en face des hommes puisque faisant ostensiblement confiance à ceux-là [35, note 68][97] au détriment de Celui-ci, vous faites plutôt bien de ne pas vous tourmenter pour savoir comment vous défendre ou comment parler : cela pourrait en effet présenter une difficulté particulière [98, note 15]. Car à cette heure même, l'Esprit Saint vous enseignera que si quelqu’un blasphème contre Lui… Il ne répond rien [83, AV note 13] : ce qui ne pardonne pas… et n’est pas à ranger parmi des "symptômes"© d’"incommunicabilité"©[37].

Et après cela, que peuvent-ils faire de plus ? "Les synagogues, les puissances et les autorités", cela se traduit aussi et surtout par des usines [52, notes 55 à 58] à blasphémer contre l’Esprit Saint [100][101, APR note 10][102, APR note 47]. Quel que soit leur nom, aussi bien que les "espérances" qu’ils peuvent véhiculer (essentiellement chez les blasphémateurs de l’Esprit-Saint), renier des hommes en face des hommes [64, note 7] –pourtant plus visibles que l’Esprit Saint ou que les anges de Dieu !-, c’est comme renier le Fils de l’homme quand bien même on se prononcerait pour Lui par ailleurs, puisqu’il s’agit de dissocier l’indissociable : le premier des commandements [103][104]. De même que l'Esprit Saint ne se voit pas, quelqu’un a-t-il jamais vu blasphémer contre Lui ? C’est donc moins à cette aune que l’on pourrait reconnaître qui serait -ou ne serait pas- pardonné, qu’à celle de la manière dont est traité son enseignement : tout particulièrement lorsque cette manière se traduit –se réduit- à la "symptomatologie"© fantasmagorique consécutive à la dissociation arbitraire de l’esprit de l’homme en noms -quels que soient ces noms [105, APR note 53]- afin de mieux asseoir puissance et autorité sur l’un de ces noms, tout en se défendant bec et ongles d’en tourmenter un autre ! Mais si quelqu'un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui est pas pardonné : car c’est sans attendre le Jugement dernier. « Si le pardon était de mise pour les malades internés la moitié des hôpitaux se videraient parce que la moitié serait guérie... » [106, note 91] : ce qui déjà ne pardonne pas est de nommer "malades" (voire "guéris" !) des hommes reniés en (leur et se) faisant croire qu’ils le seront moins par l’absorption de produits nommés "médicaments"© (parce que distribués dans des établissements eux-mêmes nommés "hôpitaux?) qui, en sus de leur toxicité intrinsèque, n’ont évidemment ni la puissance ni l’autorité à pardonner le blasphème à l’Esprit Saint consistant à demander [107] la soumission d’un être à la domination destructrice de son esprit par des agressions incessantes sur son corps. "Si le pardon était de mise" : de même que personne n’a jamais vu l’Esprit Saint, quelqu’un a-t-il vu un signataire/commanditaire [108][4] –notamment lorsqu’il doit se retrouver face à des tourments neurologiques induits par sa faute- demander ensuite pardon ?

pardon.jpg

Les commentaires sont fermés.