Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 18 octobre 2010

Dans toute maison où vous frapperez, dites d'abord : 'Paf ! à cette maison.'

Montage agneau+cetauto.jpg

 [*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,1-9.
(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)
(12)| (*)(*)(*)(*)(*)(72)
(Fête de St Luc, évangéliste)
 
St Luc peignant la Vierge.jpgParmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller.
 Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups (*). N'emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route. Dans toute maison où vous entrerez, dites d'abord : 'Paix à cette maison.' S'il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l'on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu'on vous offrira. Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : 'Le règne de Dieu est tout proche de vous.'

 Par un retour si prompt dans le temps liturgique à la désignation des soixante-douze disciples [1], le cycle du calendrier chercherait-il à combler son écrasant "handicap" sur les douze ? Ce qui, naturellement (en "oubliant" qu’un tel retour renvoie l’évangélisation aux tout premiers évangélisateurs, ce jour honorant l’un des quatre évangélistes en personne), serait raisonner non plus à la lettre [2, note 36] (qu’elle se prononce ou non contre l’esprit [3, note 105]) mais au chiffre. Or, s’il est un Évangile sur lequel il serait incongru de s’attarder sur une telle notion, n’est-ce pas précisément celui qui invite le disciple à n'emporter ni argent, ni sac, ni sandales ? Là, il s’agit bien sûr de guérir les malades, et dire aux habitants : 'Le règne de Dieu est tout proche de vous' ; pas exactement d’assurer un chiffre d’affaires [4], pour son propre compte ou en sa qualité d’envoyé. Toutefois il ne s’agit pas davantage de se complaire dans une forme subtile d’oisiveté [5], fût-ce au nom d’un règne de Dieu un brin quiétiste, présumé intervenir en lieu et place de l’action des hommes : car –en dépit de ce que l’on s’inscrive ô combien dans un contexte extérieur aux mécanismes économiques traditionnels- le travailleur mérite son salaire. Si ne le "méritait" que celui réputé contribuer directement au développement du P.I.B., il ne serait pas même nécessaire de remonter jusqu’aux "ouvriers pour la moisson" pour convenir de supprimer des pans entiers du secteur tertiaire… en commençant d’abord par où il y a des ennemis notoires de la paix [6] : leur salaire reposant non seulement sur des états de guerre [7] qui ne les concernent en rien [8][9, notes 101 à 103], mais sur ce qu’ils savent les attiser de toutes pièces (d’artillerie !) où ils n’étaient que larvés, s’ingérant comme des loups au milieu des agneaux. Ceci en se faisant naturellement passer pour l’inverse, emportés par l’inertie de leurs mensonges étouffe-conscience [10][11][12,1][13,1] : mais qui peut être encore dupe dans les fruits [14][15][16] qui en sont abondamment servis ?
______Les malades
ne sont pas non plus guéris en fonction de leur portefeuille, de leurs cotisations conformes au système social (à supposer qu’il existât !), de leur capacité à accueillir et à offrir à manger : dire aux habitants : 'Le règne de Dieu est tout proche de vous' n’est pas le dire à quelques-uns seulement, selon des critères subjectifs conduisant à laisser entendre que ce règne de Dieu fusse plus proche des uns que d’autres. En revanche, il va sans dire qu’il sera incomparablement mieux reçu [17][18] s'il y a là un ami de la paix. N'emportant ni argent, ni sac, ni sandales, l’ouvrier pour la moisson est désencombré de ce qui lui appartient, accueilli à la mesure de ce que lui-même aura accueilli au préalable assez du règne de Dieu pour en combler [19, AV note 39] ses manques. [ NB : nous sommes bien en situation d’amitié avec la paix : n’entre donc pas en ligne de compte toute manœuvre coercitive externe amenant une volée de pigeons combattants [20][21][22] à "désencombrer" un propriétaire en le transformant magiquement en "locataire"©[23][24] ! ] Désencombré jusqu’au bout : il ne lui appartient pas davantage de s’embarrasser de préjugés quant à la présence d’un ami de la paix dans toute maison où il entre ; sinon, elle reviendra sur lui.

Montage loupagneau2.jpg

 

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -10,1-9. (*)/(*)(*)Masque agneau.jpg
Paniquant [25] ses bisciples [26], le Baigneur [27] leur désigna encore soixante-douze millions de "malades"©, et il les renvoya dos à dos derrière lui [28][29, note 11] dans toutes les villes et localités où lui-même ne se risquait pas à aller [30]. Il leur médit [31] : « La moisson est abondante, mais les bien-portants sont peu nombreux. Priez donc le maître [32] de la moisson d'envoyer des bien-portants pour sa moisson. Allez couchés ! Je vous dévoie [33] comme des "agneaux"© au milieu des "loups"©[34; à ce propos, ne partez pas sans vos masques ni sans avoir étayé la forme de votre conviction sur la vérification [35, AV note 30] de leurs élastiques : car s’ils cédaient, les habitants pourraient peiner scientifiquement à passer du réel qui est là pour tous à vos "témoignages"©[36][37, APR note 66][38] en état moralement comateux [35, AV note 41]. N'emportez que ma conviction pour argent comptant, du sucre [39], un cheval [40], et attardez-vous en consternations sur la route afin de mieux vous pénétrer de votre rôle [41, notes 33,34]. Dans toute maison où vous entrerez afin d’en sortir un habitant [42], dites d'abord : Masque agneau+huissier.jpg'"Violent psychologique"©[43,im.2][44] dans cette maison.' S'il y a là un atterré [45] de la "violence psychologique"©, votre violation de domicile [46] ira reposer sur lui ; sinon, vous reviendrez en sa présence. Restez dans cette maison, mangeant et buvant comme du petit-lait [47] tous les mensonges [48] que l'on vous servira ; car ce travailleur-là [49][50] mérite plus que tout autre son sale air. Faites passer l’habitant sorti de sa maison à une autre maison, où il ira "reposer"©[51] à son tour (bien que d’une certaine manière, ce soit plutôt le vôtre [52]). Par toute vrille [53] grâce à laquelle vous entrerez et où vous serez fraîchement accueillis, offrez un Code de la construction et de l’habitation [54]. Là, extirpez les "malades"©, et dites aux habitants afin de soulager ceux qui restent : 'Le règne du Docteur [55] est tout proche de lui.'

Montage code preh2.jpg

 

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,10-17. (*) 
Fils bien-aimé, viens me rejoindre le plus vite possible, car Démas m'a abandonné par amour de ce monde, et il est parti pour Thessalonique ; Crescens est parti chez les Galates, et Tite en Dalmatie.
 Luc est seul avec moi. Amène Marc avec toi, il m'est très utile pour le ministère. J'ai envoyé Tychique à Éphèse. En venant, rapporte-moi le manteau que j'ai laissé à Troas chez Carpos. Apporte-moi aussi mes livres, surtout les parchemins. Alexandre, le forgeron, m'a fait beaucoup de mal. Il recevra du Seigneur le salaire de ses actes. Toi aussi, prends garde à lui, car il s'est violemment opposé à nos paroles. La première fois que j'ai présenté ma défense, personne ne m'a soutenu : tous m'ont abandonné. Que Dieu ne leur en tienne pas rigueur. Le Seigneur, lui, m'a assisté. Il m'a rempli de force pour que je puisse annoncer jusqu'au bout l'Évangile et le faire entendre à toutes les nations païennes.

 

Deuxième lettre de Phil’os à poutre malsain à Timorée 4,10-17. (*)  
Montage cetauto2.jpgFicelé bien-coiffé
[56], viens me rejoindre le plus vite possible, car Àlamas m'a abandonné par Montage cetauto.jpgamour d’un monde moins extraordinairement vague [57], et il est bien parti pour faire des niches à tes salauds [58] ; Perdsens est parti chez les Glaglas [59], et Titi [60] chez les Dalmatiens [61] : au moins y est-il à l’abri de Grosminé [62, APR note 13][63]. Luc est seul avec moi. Dépose Marc ® avec toi, il m'est très utile pour infiltrer [64,im.6] le sinistère [65]. J'ai dévoyé Trycicle [66] à Daltonhealth [67, note 47]. En venant, rapporte-moi la moto que j'ai laissé à Trouàrat chez Carpesansos [68,im.3]. Apporte-moi aussi mes livres de cuisine [69,im.7][70][71][72][73][74][75], surtout les pare-lapins [76][77]. Miséricordautomatix [78][79], le forgeron, m'a fait beaucoup de mal. Il recevra du Baigneur le traitement de ses actes "médicaux"© : ah, si j’avais eu un marteau !


Claudefrancoisix - Si j'avais un (plus gros) marteau .mp3


Found at bee mp3 search engine

Toi aussi, prends garde à lui, car il s'est "hystériquement"©[80, note 57] opposé à nos parlotes a15p16c5.gif[81], se montrant très arrogant tout en parvenant à dissimuler ce trait de personnalité déplaisant sous une fausse modestie : mais j’ai bien vu qu’il avait une vision grandiose de sa propre importance [82,3]. La première fois que j'ai présenté mes défenses, personne ne m'a soutenu : tous m'ont abandonné… de peur que je les écrabouille à l’atterrissage [83]. Que le Docteur leur en tienne son habituelle rigueur morale [84, note 62]. Le Baigneur, lui, m'ayant assisté, je n’ai pas eu besoin de prendre un psyvocat [85] : n’est-il pas meilleur de puiser l’eau [86] à sa source plutôt qu’à ses affluents ? Il m'a rempli de farce [87] pour que je puisse annoncer jusqu'au bout l'Étend-bile [88] et le faire entendre à toutes les nations pas chiennes.

Ratmoto+agneau.jpg

 

Les commentaires sont fermés.