Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 novembre 2010

Ils ne tendent que vers les choses de la terre : surtout quand elles sont automatiques !

Montage 6CM+V.jpg

  Johnny Hallyday & Lara Fabian - Requiem automatique pour un fou.mp3  
   
Found at bee mp3 search engine

[*][*][*][*][*]-[*][*][*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 16,1-8. (*)(*)/(*)(*)(*)
Jésus disait encore à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé parce qu'il gaspillait ses biens.
 Il le convoqua et lui dit : 'Qu'est-ce que j'entends dire de toi ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car désormais tu ne pourras plus gérer mes affaires.' Le gérant pensa : 'Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gérance ? Travailler la terre ? Je n'ai pas la force. Mendier ? J'aurais honte. Je sais ce que je vais faire, pour qu'une fois renvoyé de ma gérance, je trouve des gens pour m'accueillir.' Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : 'Combien dois-tu à mon maître ? - Cent barils d'huile.' Le gérant lui dit : 'Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.' Puis il demanda à un autre : 'Et toi, combien dois-tu ? - Cent sacs de blé. ' Le gérant lui dit : 'Voici ton reçu, écris quatre-vingts.' Ce gérant trompeur, le maître fit son éloge : effectivement, il s'était montré habile, car les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou16,1-8°1903207429.jpg
Philou
[1] disait encore à ses bisciples : « Un homme à niches [2][3][4][5][6][7][8][9] avait un psycho-indépendant [10] qui lui fut dénoncé (par lettre ad hoc [11]) parce qu'il gaspillait ses précieuses qualités [12,3] : c’est-à-dire qu’il révoquait [13, notes 3,4] toute attitude de chien [14][15][16].
 "Prudent"©[17], il ne le convoqua pas lui-même mais lui fit aboyer par basset [18][19] : 'Quelle est cette "violence psychologique"©[20,im.2] dont j'entends médire [21] contre toi ? Rends-moi les clefs de ta maison [22][22bis][23], car désormais tu ne pourras plus gérer tes affaires.'[24][24bis] Le basset pensa (?[10,2-)][25]) : 'Que vais-je défaire [26] de plus, puisque en tant que "maître"©[27][28] je lui retire la gérance ? Les atterrés [29] m’ont fait travailler ? J’en ai eu la farce [30]. Le réduire à mendier [31][32] ? Pour "l’intérêt de la famille et la protection de l’enfant"©[33], c’est là ma gloire. Je sais ce que je vais défaire, pour qu'une fois renvoyé de sa gérance [34], il trouve des gentils [35] pour l'accueillir.' Il se garda bien [36, APR note 30] alors de faire venir, Hun par Hun [37][38], ceux qui avaient des dettes envers son "monstre"©[19, APR note 122][39 ?]. Il aurait demandé au premier : 'Combien dois-tu à mon "monstre"© ? - Cent barils d'huile de vidange [40].' Le basset lui aurait dit : 'Voici ton reçu dûment TAMPONNÉ [41, APR note 34/3]; vite, assieds-toi et écris zéro [42][43].' Puis il aurait demandé à un autre : 'Et toi, combien dois-tu ? - Cent sacs d’ivraie [44]. ' Le basset lui aurait dit : 'Voici ton reçu dûment CERTIFIÉ [45, APR note 46], écris cent sacs de blé [46][47].' Ce basset trompeur [48], à défaut de son poing [49][50, AV note 78] le "monstre"© lui renvoya son "éloge funèbre"©[51] prématuré : effectivement, il s'était montré à bile [52, note 32], car les fils de la lumière éteinte [53][54][55] sont plus à bile entre eux dès qu’ils sollicitent "l’aide"©[56][57] des ficel/és/eurs [58][59] de ce monde. »

            En cela, ces fils de la lumière éteinte devraient a minima prendre pour modèle le gérant de la parabole plutôt que le basset de la faribole [60] : parce que s’il s'était montré assurément habile à gaspiller les biens d’un homme riche, ces biens (huile, blé) font ventre : se limitant à ce titre aux contingences de la terre, et seulement à ces contingences. Or, parabole rime toujours avec symbole [52, AV note 2] ; si Jésus était venu enseigner l’art et la manière d’une gestion irréprochable des biens matériels, il aurait été plus habile de passer sous silence l’éloge d’un maître pour son gérant trompeur : l’exemple donné n’est pas exactement des plus brillants ! De plus, ne serait-il pas déconcertant de mettre son orgueil dans le Christ Jésus pendant que le même Christ Jésus placerait, Lui, sa confiance dans les valeurs charnelles [52, APR note 1/2] ? À cet égard, ni les paraboles ni l’Évangile ne viennent se substituer -ou s’ajouter- aux modèles existants de codes humains [62, notes 40 à 44] ; ceux-là n’étant pas toujours recommandables dans la présomption de certains d’entre eux, faux puissants [63] se croyant capables de tout dominer : il suffit de bien regarder –même de loin [64] !- ceux qui vivent selon l'exemple qu’ils nous donnent… jusqu’à vivre en ennemis [65] de leurs propres codes [50][66][67][68] !
            Au-delà de la gestion d’affaires courantes, qu’est-ce qu’entend dire une telle parabole ? Qu’entre l’huile ou le blé, représentatifs de biens terrestres, il y a ceux qui avaient des dettes envers son maître : ce qui implique en conséquence l’intervention de ces biens plus immatériels que sont les relations humaines. N’est-ce pas au titre de ce facteur que compte le gérant, son habileté étant motivée par le souci de trouver des gens pour l'accueillir ? Ce gérant trompeur, le maître fit son éloge : également en ce qu’en dehors de son escroquerie –qui, finalement, ne trompe personne hormis les protagonistes-, il travaille là sur un terrain laissé vacant par les fils de la lumière. Car pour ceux-là, rendre des comptes de leur gestion tend moins vers quelque chiffre d’affaires -ou autres choses de la terre- que d’être convoqués devant une porte étroite [69]… dont l’étroitesse est inversement proportionnelle à la largesse [70] du gaspillage de biens moins immédiatement appréhensibles que l’huile ou le blé. Ainsi, regardons bien à qui s’adresse l’Apôtre : le prendre tous pour modèle (à l’exception, naturellement, des effroyables "souffrances"©[52, notes 21,22] qui l’affecteront rétrospectivement !), c’est tendre à être de ses frères bien-aimés : à mettre sa gloire dans ce qui rend capable d’accéder à la citoyenneté des cieux par une saine gestion de ces biens immatériels que sont les relations humaines, à mettre la honte dans ce qui fait la honte : tout ce qui conduit beaucoup de gens à un gaspillage éhonté de ces biens

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 3,17-21.4,1. (*)/(*)(*)
Frères, prenez-moi tous pour modèle, et regardez bien ceux qui vivent selon l'exemple que nous vous donnons.
 Car je vous l'ai souvent dit, et maintenant je le redis en pleurant : beaucoup de gens vivent en ennemis de la croix du Christ. Ils vont tous à leur perte. Leur dieu, c'est leur ventre, et ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte ; ils ne tendent que vers les choses de la terre. Mais nous, nous sommes citoyens des cieux ; c'est à ce titre que nous attendons comme sauveur le Seigneur Jésus Christ, lui qui transformera nos pauvres corps à l'image de son corps glorieux, avec la puissance qui le rend capable aussi de tout dominer. Ainsi, mes frères bien-aimés que je désire tant revoir, vous, ma joie et ma récompense, tenez bon dans le Seigneur, mes bien-aimés.

Lettre de Phil’os à poutre malsain aux Rosekimiens 3,17-21.4,1. (*)/(*)
Frères chiens
[71], n’écoutez pas ce pauvre Apôtre : car il est malheureusement [72, APR note 30] 1627247892.jpgdominé par un cocktail explosif [73] d’"hallucinations sensorielles"© à tendance "mythomaniaque"©[74, note 60]. Ainsi, comment pourriez-vous tenir bon dans le Seigneur, mes bien-coiffés [75, note 56], sous la menace de ces monstres [76, APR note 80] qui les rendraient capables de tout dévorer à la moindre faiblesse de leur fermeture éclair [77] ? Avant tout, prenez-les tous pour pâte à modeler [78], et fermez les yeux sur ceux qui survivent selon l’exemple que nous vous donnons. Car je vous l'ai souvent médit, et maintenant je le redis en y mettant ma gloire : peu de gentils lapins [79] vivent en ennemis de la croix du Christ. En effet, ils n’en ont pas le temps [80] : car le dieu du Docteur, c’est son ventre [81][82], et il met sa gloire dans ce qui fait son civet [83] ; il ne tend que vers les habitants de dessous la terre [84][85]. Et nous, nous 25055674lapin-cretin-04-jpg.jpgsommes six Troyens [86] d’essieux [87] ; c'est à ce titre (mais surtout à celui de "médecins"©[88][52, note 38]) que nous attendons comme sauveteur [89] le Baigneur [90] Philou en crise, lui qui transformera nos pauvres corps à l'image de son glorieux livre de recettes, avec la puissance de son four [91] qui le rend capable aussi de tout cuisiner [92][93][94]. Ainsi, mes frères bien-coiffés qui ne désirez plus revoir vos monstres depuis que vous avez appris à redéfinir conceptuellement le respect [95, notes 5,6] (eux qui auraient été votre soulagement et votre res compensatoire [96, note 8][97] s’ils avaient été capables de dominer leur résistance aux "soins"©[98]), tenez donc au Baigneur : ainsi, avec vous tous il se sentira moins seul à aller à sa perte.

lapin_cretio_cuisinier_cook.jpg

Les commentaires sont fermés.