Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 novembre 2010

Une faucille trop aiguisée ne rend-elle pas marteau ?

Montage angenoir+marx+misericordautomatix.jpg

[*][*][*][*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 21,5-11. (*)/(*)(*)
Certains disciples de Jésus parlaient du Temple, admirant la beauté des pierres et les dons des fidèles. Jésus leur dit : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. » Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe que cela va se réaliser ? » Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom en disant : 'C'est moi', ou encore : 'Le moment est tout proche.' Ne marchez pas derrière eux ! Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne vous effrayez pas : il faut que cela arrive d'abord, mais ce ne sera pas tout de suite la fin. » Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre, et çà et là des épidémies de peste et des famines ; des faits terrifiants surviendront, et de grands signes dans le ciel. »

         « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. » : ce qui ne s’arrête pas gentiment aux frontières temporelles et matérielles d’un Temple, quel qu’il soit. D’où cette prise en garde de ne pas se laisser égarer par le "qui" -'C'est moi'-, le "quand" -'Le moment est tout proche.'- ou le comment. Quant au signe que cela va se réaliser, il est toujours le même : il faut d'abord arriver à conjuguer au présent ce qui est écrit au futur [1, APR note 56], ceci sur tout ce que nous pouvons contempler çà et là et dont, figurativement ou non, il ne reste pas davantage pierre sur pierre que si la terre avait été moissonnée, les grappes de la vigne vendangées.
______
Car beaucoup
d’égarés égarant [2][3][4] sont venus -et viennent encore- sous son nom [5][6][7] en disant -figurativement ou non- : 'C'est moi', ou encore : 'Le moment est tout proche.' Alorsmais qu’arrive-t-il si, n’y prenant pas garde, on marche derrière eux ? On entend parler de guerres [8] et de soulèvements : il faut s’en effrayer d’abord [9], et cela rend tout de suite plus mûr pour la fin. Il devient presque superflu d’ajouter : on se dresse nation contre nation [10, APR note 10][11][12], royaume [13] contre royaume [14][15][16]. Il y a de grands tremblements de terrés [17][18][19], et çà et là des épidémies de peste [20][21][22] et des famines… de communication [23] et autres relations [22, APR note 20][24,8][25,8][26, APR note 68] ; des faits terrifiants survi… hop ! grâce au flair [27] du maître, un bon coup "préventif" [28][29][30] de faucille bien aiguisée [31], et ils n’arrivent pas ! (Quoiqu’on entende parler de beaucoup d’échappés du grand pressoir [32] de la colère du Docteur [33, notes 27][34]…) Il y a enfin de grands signes dans le ciel : quand les vautours [35][36, note 94] s’ébattent plus nombreux que les pigeons [37], il s’y forme comme une nuée.

vautour_fin.jpg

Livre de l'Apocalypse 14,14-19. (*)/(*) (avec écho "professionnel"©)(*)(*)
Moi, Jean, j'ai vu une nuée blanche ; et sur cette nuée, quelqu'un siégeait, semblable à un fils d'homme. Il avait sur la tête une couronne d'or, et à la main une faucille aiguisée.
- Moi, Jeannot Lapin [38], j'ai vu une nuée noire [36, notes 92,93] ; et sur cette nuée, quelqu'un siégeait, semblable à un ficeleur d'homme [3]. Il avait sur la tête une couronne d'or [37], et sur un autre couvre-chef une faucille aiguisée [1].
Un autre ange sortit du Temple, criant d'une voix puissante à celui qui siégeait sur la nuée : « Prends ta faucille et moissonne, l'heure de la moisson est venue, car elle est mûre, la moisson de la terre. »
- Un autre ange [38] sortit de son temple à lui [39], et celui qui siégeait sur la nuée lui cria d'une voix puissante [40, note 12] : « Prends ta faucille et moissonne, l'heure de la moisson est venue [41], car elle est mûre, la moisson de l’atterrée [18]. » 
Alors, celui qui siégeait sur la nuée lança la faucille sur la terre, et la terre fut moissonnée.
 Puis un autre ange sortit du Temple qui est dans le ciel ; il avait lui aussi une faucille aiguisée. Un autre ange encore arriva d'auprès de l'autel ; il avait pouvoir sur le feu.
cbe-legendrekvater-022monstres1.jpg- Alors, celui qui siégeait sur la nuée lança une fausse alerte au monstre [42, APR note 122] sur la terre, et la terre fut moissonnée. Puis deux autres anges [43][44] ne sortirent pas du temple qui est dans le fiel [45]; ils avaient eux aussi des faucilles, aiguisées sur la meule du Code de la construction et de l’habitation [46(dont il est amusant de penser que des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre). Un autre ange [36, note 104] encore arriva d'auprès de l'autel ; il déléguait pouvoir sur le feu [47].
Il interpella d'une voix puissante celui qui avait la faucille aiguisée : « Prends ta faucille aiguisée, et vendange les grappes de la vigne de la terre, car les raisins sont mûrs. » L'ange lança la faucille sur la terre, vendangea la vigne de la terre, et jeta le raisin dans le grand pressoir de la colère de Dieu.
- Ceux qui avait les faucilles aiguisées l’interpellèrent d'une voix puissante (à la limite de la "violence psychologique"©[48, im.2]) : « Prends ta faucille aiguisée, et vendange les grappes de la vigne de l’atterrée, car les raisins sont mûrs. » Sous la foi de faux témoins [49][50][51, APR note 66], l'ange lança ainsi sur l’atterrant [52] faucille, faux documents [53], puis fausse alerte contre lui [54], vendangea la vigne de l’atterrée, et  fit jeter [36, notes 61,62][55] le raisin dans le grand pressoir (d’où sa noble lutte contre la dépression [56]) de la colère du Docteur.

3953864219.jpg

Les commentaires sont fermés.