Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 décembre 2010

Et, si vous voulez bien en prendre un, celui qui a de l’oseille, qu’il la tende !

Montage cercueils.jpg

[*][*][*][*][*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,11-15. (*)(*)
Jésus déclarait aux foules : « Amen, je vous le dis : Parmi les hommes, il n'en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui.
Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu'à présent, le Royaume des cieux subit la violence, et des violents cherchent à s'en emparer. Tous les Prophètes, ainsi que la Loi, ont parlé jusqu'à Jean. Et, si vous voulez bien comprendre, le prophète Élie qui doit venir, c'est lui.
Celui qui a des oreilles, qu'il entende ! 
[*]
[*] »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -11,11-15° (*)/(*)Philavatar2.jpg
Philou
[1] déclarait aux foules : « Ach so, je vous le médis  [2] : Parmi
  les pommes, il n'en a pas existé de plus empoisonnant [3] que Jean Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume d’essieux [4] est plus grand que lui. Après le temps de Jean Baptiste jusqu'à présent, le royaume d’essieux prédit la violence [5][6][7], reconnaissant les péchés [8, APR note 28] la "souffrance"© des violés [9, notes 42,43] "violents"©[10,im.2] et cherche à s'en parer [11] en les "soignant"©[12, APR note 47][13, note 94][14, notes 27][15][16]. Tous les prophètes [17][18][19][20], ainsi que la "loi"©[21, note 15][22][22bis], ont parlé [23] depuis Jean. Et, puisque vous ne pouvez [24] rien comprendre [25][26], le pro fait-délits Philie [27][28, note 62] qui doit vomir [29], c'est lui aussi [30].
Celui qui a des oreilles, qu'il entende
[31!]! »

Livre d'Isaïe 41,13-20. (*)/(*)(*) 
Je suis le Seigneur ton Dieu. Je te prends la main droite
[*|*], et je te dis : « Ne crains pas, je viens à ton secours. »
 Ne crains pas, Jacob, faible vermisseau, Israël, misérable mortel. Je viens à ton secours, déclare le Seigneur ; ton rédempteur, c'est le Dieu Saint d'Israël. J'ai fait de toi une herse à broyer la paille, toute neuve, hérissée de pointes : tu vas briser les montagnes, les broyer, et réduire les collines en menue paille ; tu les passeras au crible, le vent les emportera, un tourbillon les dispersera. Mais toi, tu mettras ta joie dans le Seigneur, ta fierté dans le Dieu Saint d'Israël. Les petits et les pauvres cherchent de l'eau, et il n'y en a pas ; leur langue est desséchée par la soif. Moi, le Seigneur, je les exaucerai, moi, le Dieu d'Israël, je ne les abandonnerai pas. Sur les hauteurs dénudées je ferai jaillir des fleuves, et des sources dans les ravins. Je changerai le désert en lac, et la terre aride en fontaines. Je mettrai dans le désert le cèdre et l'acacia, le myrte et l'olivier ; je mettrai dans les terres incultes le cyprès, le pin et le mélèze, afin que tous regardent et reconnaissent, afin que tous considèrent et découvrent que la main du Seigneur a fait tout cela, que le Dieu Saint d'Israël en est le créateur.

Livre d'Aïeaïeaïe 41,13-20.
Je suis le
Baigneur ton Docteur. Je te prends la main gauche [32, APR note 28], et je ne te dis pas : « Ça craint [33], je viens au secours de mon commanditaire [34]. » Ne crains pas, Jacob Delafon®[35], fragile lapereau [36][37], Raihël, mis en râble [38] mortel… mais néanmoins (quoique en plus [39]…) bien-portant de son vivant. Je viens au seco3953864219.jpgurs de mon commanditaire à ton "secours"©[40], déclare le Baigneur ; ton vrai dompteur [41,im.3], c'est le Docteur saindoux [42] de Raihël. J'ai fait de toi de la paille, toute neuve, broyée [43] par une herse hérissée de pointes : tu vas être brisé par les montagnes, être broyé, et les collines te réduiront en menue paille ; elles te passeront au criblé-de-balles [9, notes 10 à 25], le van [44][45] t’emportera, un tourbillon de 169496281.jpg"médicaments"©[46, notes 15 à 20] te dispersera l’esprit. Mais toi le bien-portant, tu mettras ta foi [47] dans le Baigneur, ta fierté dans le Docteur saindoux de Raihël. Les petits et les pauvres petits lapins [37] cherchent de l'eau à leur moulin [48][49][50], et il n'y en a pas ; ayant pris goût au sucre [28][51], leur langue est desséchée [52] par la soif. Moi, le Baigneur, je les exaucerai, moi, le Docteur de Raihël pour tous [53, AV note 41], je ne les abandonnerai pas à leurs monstres [54, APR note 122] "psychopathes"©[55]. Depuis mes hauteurs dénudées [45][56][57][58] je ferai jaillir des pleutres, et des sorcières [59] poussant dans les ravins [60, note 14]. Je changerai le lac en désert, et les fontaines en terre combustible [61, APR note 56]. Je mettrai dans le désert [62][63] le cocker [64] et l'épagneul [65], le mythe [66] et l'expulsaire [67, APR note 15] ; je mettrai les atterrants [68] incultes [25] dans le cyprès, le pin et le mélèze, afin que tous regardent et reconnaissent, afin que tous soient sidérés et couvrent [8, APR note 32] les nains [69 ?] du Baigneur qui ont fait tout cela, dont le Docteur saindoux de Raihël est le haut concepteur [9, APR note 1] récréateur [70][71].

778106343.jpg

  Sheila - L'école est finie ( elle aussi ! ) .mp3  
   
Found at bee mp3 search engine

Commentaires

ah l'avatar... il devait venir celui-là ! Il ne te fait toujours pas de procès !!!
Sacré Michel ! Si un jour, Hautefort introduit les Oscars, tu seras primé, j'en suis sûr !
Un bonjour en passant, mais sans glisser hein !
Et bonjour aussi à Simone, qui connaît la rouquine Milva !

Écrit par : Guy | vendredi, 10 décembre 2010

Un procès ? Tiens donc ! Et pour quel motif, le procès ? Non, et c'est bien dommage : parce qu'un procès, ce serait rudement intéressant. Circonstance idéale, par exemple, pour citer à la barre l’article 226 du Code pénal, traitant de l’atteinte à la vie privée :
http://micheldetiarelov.hautetfort.com/archive/2010/02/26/si-le-tribunal-insulte-quelqu-un-etant-de-grand-conseil-%C2%A9-n.html
[cf. (entre autres) notes 101 à 103]
De plus, toi qui es de l'autre côté du Rhin, tu es aussi du "bon" côté en matière de jurisprudence. Un procès ? Dans ce créneau-là, cela coûte exactement 15 000 €... à l'équivalent "professionnel"© de qui "ne fait toujours pas de procès".
http://psyche.sans.tain.over-blog.com/article-une-lettre-sur-monsieur-le-president-que-vous-lirez-peut-etre-si-vous-avez-le-temps-45614137.html
Un procès ? Ma foi, cela mettrait du beurre dans les épinards : je ne serais pas opposé à ce que la jurisprudence traverse le Rhin...

Sans compter que... QUI instruirait un tel "procès" ? Une Anne-Lise Collomp auprès de qui cela fait DEUX ANS que j'attends un minimum d'explications à propos des attendus du dossier n°08/02755 du 15 décembre 2008... dont je (et "je" tout seul) subis TOUJOURS les conséquences à ce jour ? Une Isabelle Couturier qui "s'explique", elle, de son dossier 12-09-000057 du 12 février 2009 en se référant EXCLUSIVEMENT aux excrétions de la Collomp ?
http://micheldetiarelov.hautetfort.com/archive/2009/02/25/lettre-ouverte-a-isabelle-couturier.html

Un procès ? Et qui défendrait les "intérêts" du plaignant ? Une Nana ?
http://micheldetiarelov.hautetfort.com/album/nana-lbum/
Miam miam ! Comme dirait Simone, là nous plongeons dans le "potentiellement dangereux" !

Un procès ? Mais QUI fait un procès à qui ? Il y a dans ma colonne de gauche un joli vautour en peluche... symbolisant des vautours dont on aurait souhaité qu'ils fussent également en peluche. Sous ce vautour, un gros chiffre rouge, augmentant mois après mois. Qui fait un procès à qui ? Question à poser au dit zoziau : il a l'air au courant...

Écrit par : Michel | vendredi, 10 décembre 2010

Laisse tomber Guy. Michel ne veut pas entendre la voix de la raison. Pourtant, imaginons qu'un jour l'objet de son exécration se fasse renverser par une voiture et que le conducteur prenne la fuite ... et bien avec tout ce qu'il a écrit, c'est à lui que l'on pensera en priorité. Parfois les erreurs judiciaires sont fabriquées de toutes pièces par les victimes desdites erreurs ... Au fait Michel, ça fait combien de temps que vous vous êtes mis délibérément la tête dans le sac, refusant d'en sortir ? ... En agissant de la sorte, vous fournissez des arguments au camp d'en face ! Vous êtes un type intelligent pourtant mais il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Écrit par : simone | samedi, 11 décembre 2010

"à lui que l'on pensera en priorité" ? Ce qui serait effectivement... renversant : plus d'un an que je n'ai pas tenu le moindre volant !

C'est quoi, "entendre la voix de la raison" ? Laisser telle quelle une HORREUR JUDICIAIRE DÉJÀ FABRIQUÉE DE TOUTES PIÈCES depuis deux ans, dire amen à leurs auteurs ? (Et pourquoi pas merci, tant que nous y sommes ?) Laisser entendre qu'on peut continuer comme ça avec n'importe qui, n'importe comment et n'importe quand : que pas sourds et voulant bien entendre "la voix de la raison", eux, les moutons se laisseront gentiment tondre ?
C'est quoi, "fournir des arguments au camp d'en face" ? Vous voulez dire les TOUT PREMIERS arguments ? Sait-on au moins ce qu'est un argument dans ce que vous appelez le "camp d'en face" ?

Bref, souffrez que je trouve comme un air de famille entre la "voix de la raison"... et celle d'une autruche. Pas facile de l'entendre, même en prêtant l'oreille : elle se fourre la tête dans le sable ! Ce qui atténue singulièrement le son...

Écrit par : Michel | samedi, 11 décembre 2010

Vous m'agacez, tiens ! Vous avez toujours raison - continuez vos conneries, qu'est-ce que j'en ai à faire, après tout ? Si ça vous amuse qu'on vous prenne pour un abruti, libre à vous !

Écrit par : simone | samedi, 11 décembre 2010

"Vous m'agacez, tiens ! Vous avez toujours raison" : exemple-type "d'argument de ceux d'en face", non ? D'autant que l'agacement, par définition, cela relève plus de l'émotion que de la raison.
Maintenant, c'est vrai : "qu'est-ce que vous en avez à faire, après tout" ? Ce n'est pas vous qui m'avez balancé à tort et à travers -et en dépit du plus élémentaire bon sens- des articles de Codes fournissant jusqu'à ce jour les seuls "arguments" de "ceux d'en face" ; ce n'est pas plus à vous qu'on les aura balancés. (Gageons que dans le cas contraire, la "voix de la raison" aurait alors subi quelques sensibles variations !...)

Quant à me "prendre pour un abruti", là c'est vous qui m'amusez ! On m'aura successivement fait passer pour "malade"©, "violent conjugal"©, "locataire"© et j'en passe. (et quand je dis "successivement", le tout se cumulant sans s'exclure) Tout ceci sans que RIEN n'aie jamais été officiellement démenti par quiconque, chacun se tenant au contraire par la barbichette de ses "toujours raisons", puisées dans le puits sans fond de pas mal de complicités institutionnelles. Alors vous savez : à la limite, "se faire prendre pour un abruti", cela fait des vacances !

Cela dit, si vous réduisez ce blog à un lieu de réglements de comptes personnels, libre à vous également ! Parce qu'au-delà de ce que vous appelez "l'objet de mon exécration" (qui n'est jamais que le symbole incarné de réalités un peu plus vastes qu'un ring de catch : ce n'aurait pas été celui-là que c'en aurait été un autre...), n'avez-vous pas remarqué, depuis le temps, que j'égratignais un certain nombre de conneries continues qui -je vous prie de le croire- sont si peu MIENNES que je m'évertue à les décortiquer au maximum afin qu'elles soient partagées par le moins de monde possible. Cela agace sûrement, cela amuse peut-être (on fait un peu ce qu'il faut pour !...)... et j'ose croire que cela ne me fera guère "prendre pour un abruti" que par ceux que cela concerne plus directement : moult "ayant-toujours-raison" sans avoir JAMAIS fourni le moindre argument qui tienne un peu la route. Ceux-là, libre à eux également de me prendre pour tel : à la rigueur, cela m'amuse, tiens !

Écrit par : Michel | samedi, 11 décembre 2010

Michel, je ne vous prends pas pour un abruti mais il est clair que suite à un raisonnement vicié, vous vous comportez comme tel. Je sais quelle violence vous fut faite et comprends fort bien que vous ne puissiez digérer cela mais ce n'est pas en caricaturant quotidiennement celui que vous désignez comme l'auteur de tous ces maux que vous parviendrez à vous en sortir, bien au contraire ! Vous vous enfermez vous-même dans un cercle clos alors que la solution est strictement inverse. Cela dit, je ne cherche plus à vous convaincre car vous apportez la preuve une fois de plus que c'est impossible. Vous m'en voyez navrée mais ... alea jacta est ! N'importe, on peut se poser la question : ça mène où tout ça ? D'évidence nulle part et comme contrairement à vous, je n'ai pas de temps à perdre ... portez vous bien, mon ami.

Écrit par : simone | dimanche, 12 décembre 2010

"L'auteur de tous ces maux" ? Bigre ! Pour l'heure, c'est vous qui le désignez ainsi, pas moi ! Ce serait d'ailleurs lui faire beaucoup d'honneur... sachant qu'il pratique une "profession" enfermée elle-même dans un cercle si clos qu'on ne s'y pose même pas la question de savoir ce qu'est un bien ou un mal (tout en supputant être dans le "bien" : le "mal", comme dirait Sartre, ce sont les autres : beurk).

Maintenant, vous me parlez de "raisonnement vicié" : doit-on en déduire que le vôtre, par opposition, soit "vertueux" ? Allez : disons qu'il arrive que mon raisonnement se heurte vivement au vôtre. Et ma foi, c'est tant mieux : sinon quelle monotonie ce serait ! Mais au fait... vous le voyez, le raisonnement, pour le trouver si vicié ? Parce qu'à force de vous obnubiler sur mes "caricatures quotidiennes", vous finiriez par nous faire croire que vous ne regardez que les images ! Ne l'ébruitez pas : il m'arrive aussi de mettre un peu de texte autour, un peu plus consistant que des légendes pour les photos. Qu'y puis-je si vous êtes allergique à un certain nombre d'éléments de ce texte ?... Ils sont "viciés" aussi ? Vous m'en voyez non moins navré ; mais là vraiment, je n'y suis pour rien.

PS : je ne suis pas certain de devoir tout à fait agréer à votre phrase conclusive. Car, "bien se porter", n'est-ce pas être "bien-portant" ? "On peut se poser la question : ça mène où tout ça ?" Je me garderai cependant d'émettre une évidence trop évidente : la vie est tellement pleine de surprises...

Écrit par : Michel | dimanche, 12 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.