Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 février 2011

Tu ne t'en sortiras pas avant d'avoir resserré jusqu'au dernier écrou.

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,17-37. (*)(*)(*)(*)  
Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir
[*]. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu'à ce que tout se réalise [Is]. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux. Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux.
(
Lc)(Lc)(*)(*)(*)(*)(*)
Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu'un commet un meurtre, il en répondra au tribunal.
 Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu'un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu'un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l'autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu'on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier sou.    
(*)
Vous avez appris qu'il a été dit : Tu ne commettras pas d'adultère. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l'adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car c'est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c'est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s'en aille pas dans la géhenne. Il a été dit encore : Si quelqu'un renvoie sa femme, qu'il lui donne un acte de répudiation. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d'union illégitime, la pousse à l'adultère ; et si quelqu'un épouse une femme renvoyée, il est adultère.
(*)
(
2)
Vous avez encore appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne feras pas de faux serments, mais tu t'acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien moi, je vous dis de ne faire aucun serment, ni par le ciel, car c'est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Cité du grand Roi. Et tu ne jureras pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Quand vous dites 'oui', que ce soit un 'oui', quand vous dites 'non', que ce soit un 'non'. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais.

            Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux. À condition toutefois d’observer et d’enseigner les commandements ! Parce qu’il dépend du choix des disciples se rassemblant autour de Jésussur la montagne ou au fin fond d’une sombre vallée [1]- que leur justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens… en matière d’ignominie impie, leurs regards ayant alors été tournés vers ce qu’ils auront préféré : la sagesse de ceux qui dominent le monde et qui déjà se détruisaient du temps de Paul. Il dépend de leur choix d’observer les commandements… comme l’observateur de l’ONU observe un conflit armé -prenant garde de ne pas s’ingérer dans le combat, pour un camp ou pour un autre (conduisant inéluctablement à se poser comme adversaire du camp rejeté)-, ou comme l’enseignant.
         Mais cet enseignement n’est pas nécessairement celui des sages et savants [2], n’est pas de ceux qui réclament de lourdes et prestigieuses infrastructures techniques ou humaines proclamant de nouveau la sagesse de ceux qui dominent le monde [3, notes 1 à 7] : à cette aune, on peut aussi voir de ses yeux et entendre de ses oreilles le plus parfait des commandements [4, notes 18 à 23], marchepied faisant connaître la gloire à celui qui l’enseigne à la lettre sans qu’il en paie le premier sou à l’observer dans l’esprit et dans son cœur [5, note 2]. Le meilleur des enseignements ne consiste pas tant à rester fidèle à telle pédagogie plutôt qu’à une autre, mais à ne pas être tenu si caché qu’aucun de ceux qui le reçoivent ne l’a connu : s’il ne transparaît pas dans sa réalisation au travers de toutes les actions des hommes, il ne commande à personne d’être suivi. La première des justices reste l’ajustement de l’observation à l’enseignement dans l’action : déverser des tombereaux d’intentions –aussi bonnes fussent-elles-, ce n’est encore que proposer. Certes, la sagesse des uns ou des autres (côté enseignant ou côté enseigné) est plus ou moins grandeà chacun selon ses capacités [6]-, ils ne sont pas tout-puissants et ne voient pas tout. Néanmoins, le choix des enseignés repose pour beaucoupau-delà de tout enseignement livresque- sur ce qu’ils voient concrètement… dans un réel qui est là, pour tous [7, AV note 41].

Livre de l'Ecclésiastique 15,15-20. (*)
Si tu le veux, tu peux observer les commandements
[*], il dépend de ton choix de rester fidèle.
 Le Seigneur a mis devant toi l'eau et le feu : étends la main vers ce que tu préfères. La vie et la mort sont proposées aux hommes, l'une ou l'autre leur est donnée selon leur choix. Car la sagesse du Seigneur est grande, il est tout-puissant et il voit tout. Ses regards sont tournés vers ceux qui le craignent, il connaît toutes les actions des hommes. Il n'a commandé à personne d'être impie, il n'a permis à personne de pécher.

            Ainsi, lorsque l’enseignement porte sur l’eau, mais que l’enseignant étend visiblement la main vers le feu, il pourra faire tous les serments du monde -par le ciel, par la terre- que gps1.jpgl’enseigné tiendra pour injuste un enseignement disant 'oui' mais faisant 'non'… ou vice-versa : comme si, par exemple, le centre de contrôle technique des véhicules déclarait le vôtre apte à la circulation, ceci après avoir décelé sur la plupart des points de contrôle de graves défaillances qui, selon les réglementations prévues par la loi en vigueur, sont assez rédhibitoires pour l’envoyer séance tenante à la destruction !
         Or, de par l’étendue de ce qu’il embrasse, cet Évangile est précisément un peu à l’image d’une fiche traditionnelle de contrôle technique : celle-ci s’adressant moins au véhicule qu’à son conducteur. Le Seigneur a mis devant lui une carte routière –ou le GPS si l’on préfère- lui préparant le plus juste itinéraire menant au Royaume des cieux    : mais Il n’étend pas la main sur le volant à sa place [8][9]. S’il le veut, il peut observer cet itinéraire, il dépend de son choix d’y rester fidèle. S’il n’y reste pas –proclamant ce que personne n'a vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles, ce que le cœur de l'homme ne saurait imaginer : que sa propre sagesse est plus grande que celle du Seigneur… jusqu’à ce qu’elle soit devenue si "grande" que personne n’a plus besoin du Seigneur [10][11, note 13][12, note 71]- et suit son chemin à lui (le plus souvent calqué sur la sagesse de ceux qui dominent le monde !), c’est là son choix : un choix adulte dont il est seul à devoir répondre avant, pendant et après.

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 2,6-10. (*) 
Frères,  c'est bien une sagesse que nous proclamons devant ceux qui sont adultes dans la foi
[*], mais ce n'est pas la sagesse de ce monde, la sagesse de ceux qui dominent le monde et qui déjà se détruisent. Au contraire, nous proclamons la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, prévue par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire. Aucun de ceux qui dominent ce monde ne l'a connue, car, s'ils l'avaient connue, ils n'auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire. Mais ce que nous proclamons, c'est, comme dit l'Écriture : ce que personne n'avait vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles, ce que le cœur de l'homme n'avait pas imaginé, ce qui avait été préparé pour ceux qui aiment Dieu. Et c'est à nous que Dieu, par l'Esprit, a révélé cette sagesse. Car l'Esprit voit le fond de toutes choses, et même les profondeurs de Dieu.

            L’enseignement de l'Ecclésiastique est juste en soi : "si tu le veux, tu peux observer les commandements, il dépend de ton choix de rester fidèle. Le Seigneur a mis devant toi l'eau et le feu : étends la main vers ce que tu préfères. La vie et la mort sont proposées aux hommes, l'une ou l'autre leur est donnée selon leur choix. " Ce qui signifie que, de l’intérieur de soi, -à moins d’un facteur génétique handicapant, particulièrement marqué et cliniquement vérifiable [13, notes 47 à 53][14,com.15,19]- personne ne peut laisser entendre que son vouloir et son pouvoir fussent détruits. Car la sagesse du Seigneur est grande, Il n'a commandé à personne de se réfugier derrière des "fragilités psychologiques"©[15] ou autres "mécanismes psychologiques de défense"©[16][17] préparés pour ceux qui sont en délicatesse avec Dieu. C’est, comme dit l'Imposture [18] : ce que personne n'a vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles [19][20, notes 2,3][21][22][23], que le cœur de l'homme [3] l’imagine [24, notes 53 à 56][25] afin de détruire ceux qui menaceraient de devenir adultes dans la foi. Ce que l'Ecclésiastique ne précise pas, c’est que tu ne vis pas sur une île déserte. Si tu le veux, tu peux observer que même chez ceux qui disent aimer Dieu, ils détestent si peu la sagesse de ce monde que toi qui ne vois pas le fond de toutes choses, tu ne jurerais pas sur ta tête que tous leurs 'oui' soient des 'oui', tous leurs 'non' des 'non'. Au contraire, le mystère se dévoile [26][I][II][III][IV] si tu es un peu seul à exercer ton vouloir et ton pouvoir : "si tu le veux", tu peux déjà observer que l’on t’observe de travers [27][28]. "Si tu2630459138.jpg le peux", ton choix de rester fidèle sera déclaré le plus petit [29] dans la sagesse de ce monde. La vie et la mort sont proposées aux hommes, l'une ou l'autre leur est donnée selon leur choix. Sauf, naturellement, si les "troubles"© qui les affectent "rendent impossible leur consentement"©[30] à exercer ce choix : dans ce cas, qu’ils le veuillent ou non, ils dépendent du choix de leur entourage œuvrant charitablement [31, note 47] à ne pas rester fidèle, la "femme" de sagesses de ce monde -déguisées en "Loi ou Prophètes"[32][33, note 91][34]- ayant tapé dans l’œil [35][36] de ceux-là au point de les préparer à arracher [37] et à jeter [38][39] loin d’eux. C’est en effet à leurs proches que le Docteur, par le prurit, a révélé cette singesse [40]. Car, grâce à sa boule de cristal reconnue par l’UER Paris V [41][42], le Baigneur voit le fond de toutes choses, et même les profondeurs du lac [43][44][45] : sa tenue de plongée [46] n’a pas été cachée. Et comme tout ce qui est au fond vient de l’esprit mauvais, c’est pour cette raison qu’il n’est permis à personne de pêcher [47] à cet endroit

1123137178.jpg

Les commentaires sont fermés.