Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 mars 2011

La minute de Madame Boutrypède. (1)

Montage manip.jpg

[*][*][*][*]

Minute 1 : « la "personnalité manipulatrice"©, qu’est-ce que c’est ? »

Psychologue, Laetitia Boutry "décrypte"© le fonctionnement d’une "personnalité manipulatrice"©. Elle nous apprend notamment à "reconnaître"© les ruses et mécanismes de ces personnes au comportement « pathologique »©. Le détecteur, lui, va nous permettre de décrypter le « décryptage »©.

____________________

Ce que je vous dis :

« Une personnalité manipulatrice, qu’est-ce que c’est ? C’est vrai qu’on a tous été, une fois ou l’autre, confrontés à une personnalité manipulatrice : dans un milieu professionnel, dans sa famille, dans un cercle amical. Ce qui est important, c’est de savoir la reconnaître : ce n’est pas toujours évident. Et puis bien sûr, savoir s’en protéger. Alors, quels sont les signes principaux, les signes particuliers de la personnalité manipulatrice ?  Alors, c’est avant tout le pouvoir. La personnalité manipulatrice, c’est quelqu’un qui va en permanence se situer dans un rapport de forces avec l’autre, qui ne sait pas comment entrer en relation d’une autre façon. Alors, c’est vrai qu’on peut tous être amenés à utiliser de temps en temps la ruse ou la persuasion pour obtenir ce qu’on veut de quelqu’un d’autre. Le manipulateur, il va faire ça tout le temps, en permanence, avec tous les gens qu’il rencontre. Et donc, ça devient un mode de fonctionnement systématique : il ne sait pas faire autrement. Exercer un pouvoir sur l’autre, c’est quelque chose qui le rassure : il a l’impression de maîtriser la situation. »


____________________

Oups : ce que j’ai "oublié" de vous dire : 

           « C’est vrai » : d’entrée, ce que je vous dis est la pure vé1577670305.jpgrité et ne souffre aucune contradiction : croyez-en ma formation et mon expérience. Ceci parce que nous avons été « tous été confrontés, une fois ou l’autre ». De deux choses l’une : si nous essayons de récuser d’y avoir « été confrontés », nous sommes des Martiens. Or, si peu de gens croient à l’existence des petits hommes verts, beaucoup plus adhèrent à la thèse de la "personnalité manipulatrice"©. Pour s’en convaincre, il suffit d’ailleurs de parcourir quelques sites et forums exposant la présente vidéo : y abondent les commentaires élogieux venant merveilleusement "confirmer"© les propos qui y sont tenus. Parce que nous sommes surtout tous confrontés –aussi innocents que nous sommes, tels l’agneau venant de naître- à la tentation primale de rechercher chez autrui (dans un milieu professionnel, dans sa famille, dans un cercle amical) la cause de nos afflictions et autres misères [1]. Ce que je ne vous dis surtout pas, parce que ce serait alors reconnaître de ma part l’exploitation d’un filon inépuisable. De fait, le maquillage de cette tentation primale en projection [2, note 16] sur une "personnalité manipulatrice"© va nécessairement rencontrer des échos favorables chez tous ceux qui y ont succombé, et continuent d’y succomber. La situation est donc ainsi verrouillée par mes soins : si nous persistons néanmoins à récuser d’y avoir « été confrontés », personne ne croira que nous sommes des Martiens, et beaucoup en viendront déjà à suspecter une "ruse et mécanisme"© émanant… d’une "personnalité manipulatrice"© ! Par conséquent, tenez-vous le pour dit : si vous ne voulez pas être étiqueté comme "personnalité manipulatrice"©, vous avez grand intérêt à rentrer dans le rang en agréant les yeux fermés aux « tous été confrontés, une fois ou l’autre ».

            Ceci ayant été éclairci, « l’important » n’est pas là : il est donc « de savoir la reconnaître ». « Ce n’est pas toujours évident », parce que voyez-vous… ici comme ailleurs, ils nous ressemblent en tout point [3,1]. « Et puis bien sûr, l’important est de savoir s’en protéger » : ce qui ressemble également en tout point à ce que vous diront la plupart des "experts"©[4, notes 34 à 38][3,7] en "relations humaines"©. En revanche, aucun d’entre eux –et moi, pas davantage- ne prêtera attention à ce qui se passe si on devait mener cette logique de « protection »[5] à son plein aboutissement. Car de tous temps, l’assurance d’une « protection » sans défaut conduit à la mort : celle du sujet contre lequel on se « protège ». Ce que, bien sûr, je ne vous dis pas : cela ferait désordre de la part d’un "expert"© en "relations humaines"©. Sans aller systématiquement jusqu’à de telles extrémités, je ne vous dis pas non plus qu’en portant ainsi l’accent sur « l’importance de se protéger », j’apporte ma pierre à l’édification d’un climat délétère et pestilentiel entre les hommes, contribuant à asseoir et développer « en permanence » le mythe fataliste selon lequel ils se subdivisent en « bourreaux » et en « victimes » [6: également une vieille tentation primale que, consciemment ou non, je véhicule à mon tour, moi-même « protégée » de mon "autorité" d’"experte"©. L’exaspération des uns -contre « l’importance de se protéger » des autres- viendra toujours à son heure "confirmer"© opportunément les propos que je vous tiens, par quelque manifestation de violence "prouvant"© par a plus b que s’est installé… un « rapport de forces avec l’autre » ! Un peu comme le pyromane démontrant la validité de sa thèse énonçant (allumette discrètement craquée à l’appui) que la pinède provençale est extrêmement inflammable au mois d’août.

             Cochonne de "personnalité manipulatrice"© : elle « ne sait pas comment entrer en relation d’une autre façon ». La situation étant toujours verrouillée par mes soins, comment en serait-il autrement ? Je ne vous dirai pas que je « protège » exclusivement ceux qui se « protègent » et qui, par conséquent, me « protègent » à mon tour (ainsi que l’ensemble de ma corporation) en fournissant une précieuse [3,3] "légitimité" à mon discours faussement prophylactique. « Alors, c’est vrai qu’on peut tous être amenés à utiliser de temps en temps la ruse ou la persuasion pour obtenir ce qu’on veut de quelqu’un d’autre. » « L’"expert"© en "relations humaines"©, il va faire ça tout le temps, en permanence, avec tous les gens qu’il rencontre » : en se gardant simultanément de rencontrer [7, notes 2,3][8] les gens qui, eux, incarnent une relativisation périlleuse de « l’importance de se protéger » : des "personnalités manipulatrices"©, par exemple. (Cela fonctionne aussi très bien avec des "psychopathes"©[9], des "pervers narcissiques"©[10], des "mythomanes"©[11, note 60][12, note 49], etc.)  Et donc, ça devient un mode de fonctionnement systématique : il ne sait pas faire autrement. Et il ne sait tellement pas faire autrement qu’en dépit d’un discours soigneusement préparé et policé, il commet une bourde monumentale dès la première minute. En effet, quel est le sujet principal de celui-ci ? La "personnalité manipulatrice"© : cette appellation suggérant de ratisser large tout en essayant de rester crédible ; c’est-à-dire en ne lui accolant pas trop immédiatement l’étiquette qui en résulte au premier signe conflictuel : celle du "manipulateur"© accompli. D’une main, je suggère à demi-mot que la "personnalité manipulatrice"© cultive des tendances à la "manipulation"©, mais qu’elle est plutôt moins "atteinte" que le "manipulateur"© : rassurant [3, note 3] (et donnant l’impression de maîtriser la situation auprès du demandeur de « protection », conquis par un discours rejoignant ses aspirations); de l’autre, je développe une argumentation verrouillée qui en prend le contre-pied, les tendances "s’avérant" irrépressibles : inquiétant [3, note 2]. Or, de qui ai-je dit qu’il « va faire ça tout le temps, en permanence, avec tous les gens qu’il rencontre » ? Normalement : de la "personnalité manipulatrice"© puisque tel est le sujet de mon exposé. Mais ce n’est PAS ce que j’ai dit : dans mon enthousiasme à communiquer « l’importance de se protéger » afin d’ « exercer un pouvoir sur l’autre », ma langue a fourché et je n’ai pas « su faire autrement » ! C’est bien le "manipulateur"© qui « va faire ça tout le temps, en permanence… ». D’une phrase à la suivante, la "personnalité manipulatrice"© est tout à coup passée à la trappe. Ce qui donne l’impression de ne pas « maîtriser la situation » en pratiquant le hors-sujet… ou bien de « maîtriser la situation » par de remarquables compétences à l’autoportrait. Détonant, non ?


Commentaires

bien vu Michel, que de détours, pour essayer de se faire aimer, vouloir être maitre de la situation cache un terrible manque de confiance en soi..

Desproges ; un génie que j'adore ...

la psychanalyse , un remède contre l'ignorance
pas contre la connerie
Jacques Lacan

Écrit par : fafaf | vendredi, 04 mars 2011

La psychanalyse... c'est comme tout, il y a du bon et du mauvais. Il y a une psychanalyse pourtant qui est bonne, celle qui consiste tout simplement à faire passer dans notre conscience certaines choses qui nous étaient inconscientes. Et la guérison commence lorsque nous devenons conscients de ces choses remontées comme d'un lieu obscur et que nous voyons dans la lumière de notre simple pensée.

Michel, mon frère d'Esprit, pour ce travail, le psy idéal est Jésus. Oui, parce que cet homme Jésus n'est vraiment pas comme les autres. Il est le seul à savoir à 100 % le vécu d'une personne qu'il rencontre, ou qui vient à lui. Je me suis souvent arrêté, étonné et toujours étonné, à cette parole de la Bible : "il n'avait pas besoin qu'on lui rendît témoignage d'aucun homme; car il savait lui-même ce qui était dans l'homme." (évangile de Jean 2.25)

Écrit par : Guy | vendredi, 04 mars 2011

Guy, quelle est l'autre psychanalyse ?

Écrit par : fafaf | vendredi, 04 mars 2011

L'autre psychanalyse, c'est la mauvaise.

Écrit par : Guy | vendredi, 04 mars 2011

Les commentaires sont fermés.