Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 mars 2011

QUE CHOISIR ?

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

(*)-[*][*][*][*][*][*][*]-(!)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,22-25. (Mc)(Mt)(Mt)(Mc)(Mc)/(*)(*)(*)  
Jésus disait à ses disciples : « Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, les chefs de prêtres et les scribes, qu'il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. »
[*](*)(*)
Il leur disait à tous : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix chaque jour, et qu'il me suive
(*). Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera. Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c'est en se perdant lui-même et en le payant de sa propre existence ? »

            Ce à quoi il pourrait être ajouté : Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,sociétéentier à sa cause, si c'est en se perdant lui-même, entraînant d’autres dans son sillage [1, note 59] et en le payant de sa propre existence… au prix de ce qui n’existe pas [2, APR note 5][3, notes 53 à 56] ailleurs que devant d’autres dieux, ou n’existe qu’à proportion de ce qu’il aura légitimé -en y entrant de lui-même- l’existence de quelque conseil des méchants [4] qui, aujourd’hui [5][6] comme hier, ne propose rien mais impose tout au forceps de son "autorité"©[7, APR note 25][8, notes 4,5][9, APR note 18], via ses"avis"©[10][11, notes 36] "protecteurs"©[12] ou décrets contraignants d’ORDONNANCES [13, notes 62,63][14, note 11], malédictions et maléfices [15, notes 31 à 36] ad hoc commandant de suivre ses chemins Comment celui qui dit [15] "vouloir marcher à Sa suite"[16] pourrait-il seulement réussir à sauver sa vie alors qu’il prend aujourd’hui à témoin contre lui le ciel et la terre après avoir entrepris de perdre son frère contre lequel il murmurait jour et nuit, multipliant les recours aux conseils susdits [17,Ec], siégeant ostensiblement avec ceux qui ricanent ? « Celui qui veut marcher à ma suite, qu'il renonce à lui-même… » : renoncer à l’autreen ayant écouté comme du petit-lait [18] de ces voix stupides [19][20, APR note 8] et exaspérantes [21] de sirènes [22][23, note 67] l’ayant fait beaucoup "souffrir"© (à distance !!! [24][25, notes 2,3][26]), s’attacher à elles [27][28][29]-, est-ce bien là que se trouve la vie selon ce qu’indique Luc ou le Deutéronome ? N’est-ce pas à la portée du premier méchant venu ?

Livre du Deutéronome 30,15-20. (*)/(*)(*)|(*)
Moïse disait au peuple d'Israël : « Je te propose aujourd'hui de choisir ou bien la vie et le bonheur
[*], ou bien la mort et le malheur [Pr|11/2|Pr]. Écoute les commandements que je te donne aujourd'hui : aimer le Seigneur ton Dieu [*], marcher dans ses chemins, garder ses ordres, ses commandements et ses décrets (Jc|Jc[>2]). Alors, tu vivras et te multiplieras ; le Seigneur ton Dieu te bénira dans le pays dont tu vas prendre possession. Mais si tu détournes ton cœur, si tu n'obéis pas, si tu te laisses entraîner à te prosterner devant d'autres dieux [*|*](1R)(1Co) et à les servir, je te le déclare aujourd'hui : certainement vous périrez, vous ne vivrez pas de longs jours sur la terre dont vous allez prendre possession quand vous aurez traversé le Jourdain [*]. Je prends aujourd'hui à témoin contre toi le ciel et la terre [*] : je te propose de choisir entre la vie et la mort (Ec), entre la bénédiction et la malédiction. Choisis donc la vie, pour que vous viviez, toi et ta descendance, en aimant le Seigneur ton Dieu, en écoutant sa voix, en vous attachant à lui ; c'est là que se trouve la vie, une longue vie sur la terre que le Seigneur a juré de donner à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob. »

            Certes, Moïse –et avec lui le peuple d’Israël à qui il disait- appartiennent à un lointain passé. Mais la proposition de son aujourd’hui n’a aucune raison de se déplaire dans notre aujourd’hui : qui choisirait spontanément la vie et le malheur, ou bien la mort et le bonheur ? Tels sont néanmoins les fruits [30][31] désordonnés que l’on peut observer en leur temps, à la mesure [32] de détournements de cœur entraînant de ne plus choisir "la vie et le bonheur" que par le binôme malédiction/maléfice, c’est-à-dire en prenant possession de ce même choix -par méchante coercition-, sur la tête de celui à qui on attache le dit binôme [33], le rendant caduc chez lui. À la parole du Seigneur : « Revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les 681054531.jpglarmes et le deuil ! » [13, APR note 22], on va lui substituer la parlote [34] du Baigneur : « Revenez à la "réalité"©[35, AV note 41][36][37, note 49][38] (c’est-à-dire, "celle" de mes chemins [39], de mes ordres [40] et ordonnances de merveilleux "médicaments"©[41][42][43, APR note 74] -Qui sait ? Ils pourraient faire revenir [13, APR note 22] dans le "réel"©[43, notes 92 à 94]-, de mes commandements [44][45] et de mes excrets [46]) de tout votre cœur, dans le jeûne, les larmes et le deuil (à commencer par ceux de votre santé [47], pour que survive le commanditaire [48] et sa condescendance [49]) ! » Mais s’il persiste à balayer ces fadaises comme le vent –parce qu’ayant plutôt choisi la vie et le bonheur !-, c’est là qu’est l’os [50] ; le Baigneur -autre dieu de son commanditaire [51][52]- l’ayant déjà maudit connaît bien le chemin des "justes psychiques"©[53]dans le pays dont il a pris possession [54][55], mais le chemin des "méchants"©[56] dénégateurs [57, notes 3,4][58, notes 17,18] se perdra. « Et toc [59, notes 11,12] ! » fait-il en ricanard [60]

Psaume 1,1-2.3.4.6. [*]|(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)(*)
Heureux
est l'homme qui n'entre pas au conseil des méchants, qui ne suit pas le chemin des pécheurs, ne siège pas avec ceux qui ricanent, mais se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d'un ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt ; tout ce qu'il entreprend réussira, tel n'est pas le sort des méchants. Mais ils sont comme la paille balayée par le vent :  Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.

1578146054.jpg

Les commentaires sont fermés.