Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 mars 2011

Vous ne ferez pas de faux serpents par mon pont.

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,31-46. (Lc)(Lc)(Lc)/(*)(*)(*)(*)(*)  
Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres : il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : 'Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j'avais faim, et vous m'avez donné à manger
(*)(*); j'avais soif, et vous m'avez donné à boire (*)(*)(*) ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli (*)(*)(*)(*) ; j'étais nu, et vous m'avez habillé [*] ; j'étais malade, et vous m'avez visité [40] ; j'étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi !' Alors les justes lui répondront : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu... ? tu avais donc faim, et nous t'avons nourri ? tu avais soif, et nous t'avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t'avons accueilli ? tu étais nu, et nous t'avons habillé ? tu étais malade ou en prison... Quand sommes-nous venus jusqu'à toi ?' Et le Roi leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.'
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : 'Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges. Car j'avais faim, et vous ne m'avez pas donné à manger ; j'avais soif, et vous ne m'avez pas donné à boire ; j'étais un étranger, et vous ne m'avez pas accueilli ; j'étais nu, et vous ne m'avez pas habillé
[Jc|Jc] ; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité.' Alors ils répondront, eux aussi : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?' Il leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces petits [32>][*], à moi non plus vous ne l'avez pas fait.' Et ils s'en iront [?](*), ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

            Il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres : c’est dire que cette séparation est bien celle qui suit la moisson au temps de cette moisson [1, APR note 7]-, séparation et moisson étant de l’initiative du berger et non plus de membres du troupeaufaux bergers inclus [2]. Ce n’est donc plus le temps des séparations [3] par moissons prématurées unilatérales, celles-ci se faisant volontiers les fruits [4] de l’acception étymologique de la séduction [5][6]. Il placera les brebis à sa gauche, et les chèvres à sa droite : les unes comme les autres s’inclinant sous son trône de gloire et ne pouvant plus tromper quiconque en se plaçant comme brebis si elles sont chèvres. 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu... ?' : la question étant commune à droite comme à gauche, le Seigneur n’a plus besoin de dire qu’Il L’est puisque chacun Le reconnaît comme Tel.

Livre du Lévitique 19,1-2.11-18. (*)/(*)(*)
Le Seigneur adressa la parole à Moïse : « Parle à toute l'assemblée des fils d'Israël ; tu leur diras : Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint. Vous ne volerez pas, vous ne mentirez pas, vous ne tromperez pas votre compagnon. Vous ne ferez pas de faux serments par mon nom : tu profanerais le nom de ton Dieu. Je suis le Seigneur. Tu n'opprimeras pas ton prochain, tu ne l'exploiteras pas : tu ne retiendras pas jusqu'au lendemain matin le salaire du journalier. Tu n'insulteras pas un sourd, tu ne mettras pas d'obstacle sur le chemin d'un aveugle
[*] : tu craindras ton Dieu. Je suis le Seigneur. Quand vous siégerez au tribunal, vous ne commettrez pas d'injustice [*|*|*|*] ; tu n'avantageras pas le faible, tu ne favoriseras pas le puissant : tu jugeras ton compagnon avec justice [!|!|!]. Tu ne répandras pas de calomnies contre ton compatriote [*|*|*], tu ne réclameras pas la peine de mort contre ton prochain [*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*|*]. Je suis le Seigneur. Tu n'auras aucune pensée de haine contre ton frère. Mais tu n'hésiteras pas à réprimander ton compagnon [*], et ainsi tu ne partageras pas son péché [32]. Tu ne te vengeras pas. Tu ne garderas pas de rancune contre les fils de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même [*]. Je suis le Seigneur ! »

            'Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.' 'Chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous ne l'avez pas fait.' À moins d’avoir passé son existence en ermite ou en naufragé sur une île déserte, il semble que personne n’échappe à la question cruciale [7] du prochain, frère dans sa dimension horizontale –contrastée de faits : bienfaits, méfaits, forfaits [8, notes 31 à 34], bénéfices ou maléfices [9, note 15]- et Seigneur dans sa dimension verticale. Personne au monde ne peut se prévaloir d’une dimension au détriment de l’autre : foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,sociétéce que pense, dit et fait un fidèle I°) pour ou contre un fidèle II°)[10] (et vice-versa), il le pense, dit et fait pour ou contre le Roi. Dans la gloire du Fils de l’homme, il n’y a plus de discours qui tiennent –vrais ou faux-, plus même de faux bergers pour les tenir : seul le vrai berger demande des comptes [11] sur les actes posés [12, note 2], jusque dans leurs conséquences sur l'un ou l’autre de ces petits qui sont ses frères. Il place d’ailleurs chacuncommettant ou subissant- en conséquence.
            À cet égard, si la loi de Moïse paraît fort rébarbative en ce qu’elle est truffée d’interdits, c’est toujours parce qu’elle servait seulement à faire connaître le péché [13, AV note 42]. Le parapet du pont sert également à faire connaître les limites de l’ouvrage en prévenant les chutes intempestives… mais il n’oblige en rien à poser des actes qui favorisent le passage sur l’autre rive [14: pas même à emprunter le pont. Il n’interdit pas davantage les actes mis comme obstacles contre ceux qui voudraient l’emprunter. Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors toutes les nations seront  néanmoins passées sur l’autre rive. Personne ne naissant brebis ou chèvre, la séparation ultime s’effectue alors selon d’autres critères : ceux qui auront eu faim et soif d’emprunter le pont, ayant agi en ce sens… et les sentinelles [15] y ayant fait obstacle.

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

   Most pøes øeku Kwai .mp3  
   
Found at bee mp3 search engine

Commentaires

‎... ni par le Le pont de la rivière Kwaï.

Écrit par : Guy | mercredi, 16 mars 2011

Non. Mais néanmoins, que ceci ne nous dissuade pas de prêter une oreille attentive au thème musical ad hoc ! (Je l'ai rajouté juste au-dessus...)

Écrit par : Michel | mercredi, 16 mars 2011

Ahhhh! Hello Michel ! Un petit coup de cet hymne qui nous rappelle un peu notre jeunesse et nos parents...

Écrit par : Guy | mercredi, 16 mars 2011

Encore un peu, et tu vas nous faire passer pour des anciens combattants ! D'ici à ce qu'Alzheimer se mette de la partie...

Écrit par : Michel | mercredi, 16 mars 2011

ou la parkinson !

Écrit par : Guy | mercredi, 16 mars 2011

Oui mais là, si je rajoutais du Mickaël Jackson, nous mélangerions les genres.
(subtile référence à la cockerinade de cette ancienne note : http://micheldetiarelov.hautetfort.com/archive/2009/02/03/a-l-instant-elle-fit-arreter-son-mari-et-elle-ressentit-dans.html )

Écrit par : Michel | mercredi, 16 mars 2011

Le poblème c'est qu'il est mort...sinon y'a pas de problème : Michael Jackson, ça sonne plus moderne pour les combatants que nous sommes, enfin pour les mâles que nous sommes !

Écrit par : Guy | mercredi, 16 mars 2011

Apparemment, ce n'est pas un problème pour tout le monde : ne se murmurait-il pas que sa maison de disques ne se plaignait pas trop d'une baisse de profits dans le sillage de sa mort ?

Écrit par : Michel | mercredi, 16 mars 2011

Les commentaires sont fermés.