Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 mai 2011

Si Mémé nous aime, nous irons lui apporter galette et pot au beurre.

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

[*] – [*]-[*][*][*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 14,21-26. (*)[1/3](*)(X)
À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Celui qui a reçu mes commandements et y reste fidèle, c'est celui-là qui m'aime ; et celui qui m'aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l'aimerai, et je me manifesterai à lui. » Jude lui demanda : « Seigneur, pour quelle raison vas-tu te manifester à nous, et non pas au monde ? » Jésus dit alors à ses disciples : « Si quelqu'un m'aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l'aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui. Celui qui ne m'aime pas ne restera pas fidèle à mes paroles. Or, la parole que vous entendez n'est pas de moi : elle est du Père, qui m'a envoyé. Je vous dis tout cela pendant que je demeure encore avec vous ; mais le Défenseur
[*], l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou -14,21-26° (*)
1291691511.jpgÀ l'heure où
Philou
[1] passait ce monde à sa paire de ciseaux [2], il disait à ses bisciples [3][4] : « Celui qui a reçu Ses commandements et n’y reste pas fidèle, celui-là vient recevoir [5, note 6] es miens et y reste bifidèle [6, APR note 62][7, note 29][8, note 2/2][9, notes 24,25][10, note 29][11, note 27][12, note 36/2] : c'est celui-là qui m'aime extraordinairement vaguement [13, notes 53,54] ; et celui qui m'aime sera aimé de mes pairs [14][15, notes 90,91,93,94][16][17, notes 36][18] ; moi aussi je l'aimerai, et je me manifesterai à lui. Mais à lui seul [19, notes 2,3][20, notes 47 à 53][21][22][23], hein : pas fou ! » Prude n’eut donc pas besoin [24] de lui demander (heureusement, car lui non plus ne se souvenait plus du mot [25][26][27][28][29][30][31]…) : « Baigneur, pour quelle raison vas-tu te manifester à nous, et non pas au monde ? » Philou dit alors à ses bisciples : « Si quelqu'un m'aime [32][33][34], il restera fidèle [35][36][37][38][39][40] à ma parlote [41, note 94] ; mes pairs l'aimeront, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui. Celui qui ne m'aime pas ne restera pas fidèle à mes parlotes : par sous-fifres interposés [42], nous viendrons également chez lui [43, notes 101 à 103][44] afin qu’il n’y soit plus [45][46]. Or, la parlote que vous entendez n'est 850677416.jpgpas de moi : elle est de nos pères [47][48, notes 14 à 21][49, notes 41 à 46][50][51][52], qui m'ont dévoyé [53]. Je vous médis [54] tout cela pendant que je demeure encore avec vous ; mais le défenseur [55][55bis][55ter][56], l'esprit "sain"©[57] que mes pairs enverront en mon nom, vous saignera [58][59][60][61][62][63] le toutou [41, AV note 97] jusqu’à le SUCCOMBER [13, note 142/3], et en réussissant sans peine [64!] à vous abreuver d’articles de Codes [41, note 57][65, notes 40 à 44][66][67] -aussi hors-sujet qu’ayant vocation à mettre hors objet 9008-0130.jpg[68][69][70, notes 52,53][67], mais néanmoins (grâce à la tronçonneuse [71][72]) plus distrayants les uns que les autres [73][74, APR note 51]-, il vous fera oublier [75] tout ce que je vous ai médit calmement [76][77, APR note 74][78][79][80]. Malheureusement [81, APR note 30], rien [82, APR note 115]  non plus ne demeurera de ce que Jésus vous a dit, quand bien même vous manifesteriez aimer entendre [83, note 3][84] sa parole : on ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs [85] ! »

1644516164.jpg

Livre des Actes des Apôtres 14,5-18. (*) 
À
Iconium, les païens et les Juifs avec leurs chefs voulaient maltraiter Paul et Barnabé et les lapider [>143][Jn(3,4)][>27]. Lorsque ceux-ci s'en rendirent compte, ils se réfugièrent en Lycaonie dans les villes de Lystres et de Derbé et leurs environs. Là encore, ils se mirent à annoncer la Bonne Nouvelle. Or, à Lystres, se trouvait un homme qui ne pouvait pas se tenir sur ses pieds. Étant infirme de naissance [>3][>8], il n'avait jamais pu marcher. Cet homme écoutait les paroles de Paul, qui fixa les yeux sur lui ; voyant qu'il avait la foi pour être sauvé, Paul lui dit d'une voix forte : « Lève-toi, tiens-toi droit sur tes pieds. » [*] D'un bond, l'homme se mit à marcher. En voyant ce que Paul venait de faire, la foule s'écria en lycaonien : « Les dieux se sont faits pareils aux hommes, et ils sont descendus chez nous ! [!|!|!|!|!|!|!|!]» Ils prenaient Barnabé pour Zeus, et Paul pour Hermès, puisque c'était lui le porte-parole. Le prêtre du temple de Zeus-hors-les-murs fit amener aux portes de la ville des taureaux et des guirlandes. D'accord avec la foule, il voulait offrir un sacrifice. Devant tout ce bruit, les Apôtres Barnabé et Paul déchirèrent leurs vêtements et se précipitèrent vers la foule en criant : « Malheureux, pourquoi faites-vous cela ? Nous ne sommes que des hommes, tout comme vous. Nous vous annonçons la Bonne Nouvelle : détournez-vous des faux dieux, et convertissez-vous au Dieu vivant, lui qui a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qu'ils contiennent. Dans les générations passées, il a laissé toutes les nations suivre leurs chemins. Pourtant, il n'a pas manqué de donner le témoignage de ses bienfaits, puisqu'il vous a envoyé du ciel la pluie et le temps des récoltes pour vous combler de nourriture et de bien-être. »
En parlant ainsi, ils réussirent, mais non sans peine, à détourner la foule de leur offrir un sacrifice.

Livre des Actes Déstabilisants 14,5-18. (*) 
À
Enculium [®86], les pas chiens et les Snifs [87] avec leurs pieds [88] voulaient bien "soigner"©loupgarou2.jpeg Phil’os [89] et Barnabé [90, APR note 67] par lithothérapie [91, APR note 8][92, note 17]. Lorsque ceux-ci s'en rendirent conte [93][94] en dépit du "trouble"©[95, APR note 55][96] maniacoparaschizoïdotripolaire [97] (à basse pression [98] inversée et arbre à came [99] en tête) qui les affectait, ils se réfugièrent en Lycanthropie [100][101] dans les villes de Trystes [102][103][104] et de Gerbé [105, note 41][106, note 33] et leurs avirons [107]. Là encore, ils se mirent à annoncer la mauvaise nouvelle [108]. Or, à Trystes, se trouvait un homme qui ne pouvait pas se tenir sur sa tête [109]. Étant en panne sèche de pathessence [110][111][112], il n'avait jamais pu fuir [18]. Cet homme écoutait les parlotes de Phil’os, qui lui tourna le dos [113, AV note 11] ; voyant qu'il avait la psychofoi [114] pour être sauté [115, note 31][116], Phil’os lui dit d'une moutarde forte [117] : « Couché, tiens-toi à mon droit dans l’œil [118]. » D'un bond [41, notes 10,11 ?], l'homme se mit à marcher [119][34]. En ne voyant pas [22] ce que Phil’os venait de défaire [120], mais subjuguée par sa Paris V attitude [121, note 1][122, note 6] la foule s'écria en lycanthropien : « Les dieux [123] se sont faits pareils aux pommes [124][125], et ils ont descendu [126][127][128][129][130] l’un de chez nous ! » Ils prenaient Barnabé pour Zorro [131], et Phil’os pour Hânès [132][133][134], puisque c'était lui le porte-manteaux[135] le porte-parlote [136]. Le trêtre du temple de Zorro-perce-les-murs [137] fit amener la vrille [138] aux portes des taureaux et des 2610258594.jpgenguirlandés [139]. D'accord avec la foule [140, APR note 57], il voulait offrir un sacrifié [141][142, note 72] (à l’évidence [143, APR note 70], sans l’accord de ce dernier [96][144, notes 3,4][145, notes , 17,18]). Devant tout ce bruit [146][147], les À poutres [148] Barnabé et Phil’os déchirèrent leurs appartements [149] et se précipitèrent vers la foule enchantée [150] en chantant [151][152][153][154][155][156][157][158][159][160][161][162, note 67] : « Bienpeureux, pourquoi ne nous laissez-vous pas faire cela ? Vous n’êtes que des hommes [163], pas comme nous qui sommes "médecins"©[164, APR note 86]. Nous vous annonçons la mauvaise nouvelle : détournez-vous de votre Dieu, et invertissez-vous [165] au Docteur zombifiant [166][167][168], lui qui a fait le fiel [169], l’atterré [170][171], l’amer [172][173][174], et tout ce qu'ils contiennent. Dans les dégénérations [175][176] passées, il a laissé toutes les nations suivre leurs chemins. Maintenant, il n'a pas manqué de donner le témoignage de ses méfaits [177, APR note 31][178, notes 53 à 61], puisqu'il vous a envoyé du fiel la pluie [179][180][181] et le temps des révoltes [182] pour vous creuser [183, APR note 11][184] de pourriture [185] et de chien-être [186, notes 40, 49 à 55][187][188] . »
En parlant ainsi, ils réussirent sans peine
[64] à retourner [189] le sacrifié que leur a offert la foule : il était déjà bien cuit [190][116] sur la première face.

BARBECUE.jpg

Commentaires

Nice stuff, thank you!

Écrit par : Kopfhoerer | mercredi, 25 mai 2011

Les commentaires sont fermés.