Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 juin 2011

Et maintenant, je sais que vous n‘avez jamais vu mon visage, vous toutous chez qui je suis passé par derrière en proclamant le royal canin.

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

 (*)[*][11][*][*]-[*][*][*][*][*]

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 17,1-11a. (*){*}{X}{*}(*)
À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il leva les yeux au ciel et pria ainsi : « Père, l'heure est venue. Glorifie ton Fils, afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu
(*) lui as donné autorité sur tout être vivant [*], il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c'est de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Moi, je t'ai glorifié sur la terre en accomplissant l'œuvre (*) que tu m'avais confiée. Toi, Père, glorifie-moi maintenant auprès de toi : donne-moi la gloire que j'avais auprès de toi avant le commencement du monde. J'ai fait connaître ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé fidèlement ta parole (Jn(2))(*). Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m'as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m'avais données : ils les ont reçues [6], ils ont vraiment reconnu que je suis venu d'auprès de toi, et ils ont cru que c'était toi qui m'avais envoyé (*)(*)(*). Je prie pour eux ; ce n'est pas pour le monde que je prie [*], mais pour ceux que tu m'as donnés : ils sont à toi, et tout ce qui est à moi est à toi, comme tout ce qui est à toi est à moi, et je trouve ma gloire en eux. Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde [1>3], et moi, je viens vers toi. Père saint, garde mes disciples dans la fidélité à ton nom que tu m'as donné en partage, pour qu'ils soient un [59](*)(*)(*)[81], comme nous-mêmes [>20](Jn(1)). »

            À l'heure où le commentateur de l’Évangile du jour passe de ce monde à son clavier, il lève les yeux au ciel et se dit ainsi : « Peste, l'heure est venue de connaître que s’il n’y a qu’un seul vrai Dieu, le calendrier liturgique semble décidément trouver gloire à nous donner en partage deux fois en deux jours [1] ce passage où le Fils demande au Père de le glorifier, afin que le Fils le glorifie ! » Maintenant, ce calendrier ayant autorité, il n’est pas à lui qui est encore dans le monde : mais qui sait si, dans son infinie sagesse, le Père n’avait pas prévu, dès avant le commencement du monde, la multiplication de ces étranges pâturages de brebis à deux têtes [2, APR note 36][3, note 85] ? Ainsi, si d’aventure l’une de ces têtes avait eu un moment de distraction et n’avait pas vraiment reçu [4, note 6] la première édition, ce n’est pas grave : voici donc la deuxième édition qui, à son tour, ne néglige rien pour annoncer le plan de Dieu tout entier ; peut-être rencontrera-t-elle davantage de succès sur l’autre tête ?

            À cela s’ajoutent sans doute certaines démangeaisons [5][6, APR note 42] provoquant foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,sociétécomme des allergies cutanées dès qu’il s’agit de connaître le seul Dieu, le vrai [7, APR note 16][8][9] Dieu : mais que fait la médecine ? La médecine ? Elle laisse apparaître en quelque "branche"©[10][11][12, note 58][13, APR note 38] de quoi se donner autorité [14] sur tout être vivant : en toute humilité "médicale"©[15], bien sûr. Or, l’heure n’est-elle pas venue de faire connaître l’explication (toujours sans attendre celles d’Anne-Lise [16, note 88]) de ce que la dite "médecine"© "se mette à dire des paroles mystérieuses et à parler comme des prophètes"[16, APR note 75] sans que cela n’affecte le moins du monde des disciples s’étant quelque peu mépris sur le sens du partage entre deux têtes [17][18, notes 43,44] ? Cette explication tient tout simplement à la regrettable confusion qu’ils ont malheureusement [19, APR note 30] opéré à cause d’un double V : celui-là ne devant rien (ou pas encore) à un wagon [20, note 15]. Car, si le V majuscule glorifie bien le Fils en ce qu’Il est la Vérité et la Vie [8], il perd sa qualité de lettre capitale lorsqu’il est placé auprès du nom d’une capitale : en effet, de même qu’il y a un seul Dieu, un vrai Dieu, il n’y a qu’une seule vraie capitale au sein d’une nation. Et maintenant, nous savons ainsi que le V de Paris V n’est pas une lettre capitale, mais un chiffre romain [21,im.2] : il ne se prononce donc pas Paris VÉ, mais Paris cinq [16, note 89]. En conséquence, la levée de ce trouble de la prononciation rend aujourd'hui impossible le consentement [22] à confier inconsidérément l’autorité sur tout être vivant à l’heureux lauréat détruit_instruit dans cette vénérable maison [23][24], ou équivalent.
         Et pour ne rien négliger de ce qui peut être utile à dissiper tout malentendu, rappelons que la pierre philosophale [25] relève du récit mythologique [26, note 39][27] ; un mythe sympathique, mais néanmoins un mythe : que ce soit en public ou dans vos maisons. [ NB : ici, l’esprit facétieux saisira l’occasion unique qui lui est offerte de se livrer à un amusant jeu de mots, auquel personne n’avait jamais pensé avant lui [18, note 53]… ] De là faut-il témoigner qu’à son contact, le plomb restera du plomb, faisant jaillir des larmes à proportion de la déception qu’il provoquera chez celui qui s’attendait à le voir se transformer en or.
podcastHélas (ou
heureusement !), il n’en va pas autrement depuis le commencement du monde chrétien : au contact de l’adjectif
"philosophal" [1, notes 51 à 55] récurrent, non seulement le "plomb" reste toujours du "plomb", mais on observe ici ou là comme de fâcheux effets inverses : "l’or" se convertissant en "plomb" (les perles jetées aux cochons [28][29], le vin nouveau versé dans de vieilles outres [30]) à la mesure [31] de ce qu’il aura été cru [32] en ses vertus alors même qu’il était réduit au contraire à un faire-valoir dudit "plomb"…

Livre des Actes des Apôtres 20,17-27. (*)/(*)
Paul, se hâtant de revenir à Jérusalem après avoir traversé la Grèce, avait fait escale à Milet. De là il envoya un message à
Éphèse pour convoquer les Anciens de cette Église. Quand ils furent auprès de lui, il leur adressa la parole : « Vous savez comment je me suis comporté [?] tout le temps où j'étais avec vous, depuis le jour de mon arrivée dans ce pays d'Asie. J'ai servi le Seigneur en toute humilité, dans les larmes, et au milieu des épreuves provoquées par les complots des Juifs. Vous savez que je n'ai rien négligé de ce qui pouvait vous être utile ; au contraire, j'ai prêché, je vous ai instruits en public ou dans vos maisons. J'adjurais les Juifs et les païens de se convertir à Dieu et de croire en notre Seigneur Jésus. Et maintenant, me voici contraint par l'Esprit de me rendre à Jérusalem, sans savoir ce que je vais y trouver. Je sais seulement que l'Esprit Saint, dans chaque ville où je passe, témoigne que la prison et les épreuves m'attendent. Mais pour moi la vie ne compte pas (1Co), pourvu que je tienne jusqu'au bout de ma course (2Tm)(2Tm)(2Tm)(1Co)(2Tm) et que j'achève le ministère que j'ai reçu du Seigneur Jésus : rendre témoignage à la Bonne Nouvelle de la grâce de Dieu. Et maintenant, je sais que vous ne reverrez plus mon visage, vous tous chez qui je suis passé en proclamant le Royaume. J'en témoigne donc aujourd'hui devant vous : on ne peut pas me reprocher de vous avoir menés à votre perte, car je n'ai rien négligé pour vous annoncer le plan de Dieu tout entier.

Livre des Actes Déstabilisants 20,17-27. (*)/(*)foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société
Phil’os, pas pressé de revenir à Jémalpartou après avoir agressé des renversés [33][34][35] (à l’évidence [36, APR note 70], il craignait [37, APR note 20] d’y être pris pour un "revenant"©[38, note 2][39]), avait fait escale chez Milou [40, APR note 28]. De là il dévoya un basset [41, notes 23,22] porter un message à Daltonhealth [42, note 47] pour assigner [43] les En chiens [44] de cette Mosquée [45, notes 41,42][46, notes 69,70][47, note 75][48, note 81][49]. Quand ils furent auprès de lui, il leur adressa la parlote [50] : « Vous savez comment je me suis triporté [51] tout le temps où j'étais avec vous, depuis le jour de mon arrivée dans ce pays d'Asile [52]. J'ai servi le Baigneur en toute humidité [53][54][55][56][57][58][59][60][61][62][63][64][65][66][67][68][69][70][71][35][72][73][74][75][76][37,im.2,3,4], dans les armes [77][78][79][80][81][82][83][84][85][86][87][88][89][90][91][92][93][94][95], et à l’abri [96, APR note 5][97][98, APR note 5][99, AV note 20] des épreuves que j’ai provoquées en complotant avec les Snifs [100]. (Mais chut : chez nous, ce n’est que "théorique"©[101, notes 32 à 35], soit "délirant"©[102] pour ceux qui les subissent !) Vous savez que je n'ai rien négligé de ce qui pouvait vous être utile ; au contraire, j'ai prêché le faux pour vous 620602410.jpgfaire savoir le brai [103], je vous ai instruits de vos publicanins [104] pour que vous les extirpiez [105] de leurs maisons_[106] vos maisons. Je n’avais pas besoin d’adjurer les Snifs et les pas chiens de s’invertir [107, note 165] au Docteur et de croire en notre Baigneur Philou, tant ils lui étaient déjà fidèles [108][109][110], accourant à son appel [111][112]. Et maintenant, me voici contraint par l’esprit "troublé"©[113, APR note 55][22] de leurs extirpés de rendre ces derniers à Jémalpartou, sans savoir ce que je vais leur trouver à "diagnostiquer"©[114?]. Je sais seulement que le Cinq-Paris [16, note 89], dans chaque ville où je passe, témoigne que l’"hôpital"©[115, notes 27,28][116, notes 25,26] et les épreuves les attendent. Mais pour moi leur vie ne compte pas, pourvu que je sois réglé de ma course [117][118][119] et que j'achève le sinistère [120] que j'ai reçu du Baigneur Philou (lui-même achevé [121] d’avoir trop dansé [16, notes 101,102]) : rendre témoignage à la glissante nouvelle de la glace du Docteur [122][123, notes 75 à 79][124, notes 88]. Et maintenant, je sais que vos toutous n’ont jamais vu mon visage [125, notes 18 à 22], vu que je suis passé chez eux par derrière [126][127] en proclamant le royal canin. J'en témoigne [128] donc aujourd'hui devant vous : on ne peut pas me reprocher de ne pas vous avoir menés à votre perte, car j'ai un rien négligé de vous annoncer le plat [129][130, APR note 43][131][132][133][134][135][136][137][138][139][140][141][142][143] du Docteur tout en tiers [144].147306223.jpg

Les commentaires sont fermés.