Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 janvier 2012

Coucou ! Quies® ?

Fin au jeudi 12 janvier 2012  

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

[*][*]-[*][*][*][*]2327630680.jpg 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1, 19-28. {*}{*} (*)
Voici quel fut le témoignage de Jean Baptiste, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? » Il le reconnut ouvertement, il déclara : « Je ne suis pas le Messie. »  Ils lui demandèrent : « Qui es-tu donc ? Es-tu le prophète Élie ? » Il répondit : « Non. - Alors es-tu le grand Prophète ? » Il répondit : « Ce n'est pas moi. » Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? » Il répondit : « Je suis la voix qui crie à travers le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. » Or, certains des envoyés étaient des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : « Si tu n'es ni le Messie, ni Élie, ni le grand Prophète, pourquoi baptises-tu ? » Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l'eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas : c'est lui qui vient derrière moi, et je ne suis même pas digne de défaire la courroie de sa sandale. » Tout cela s'est passé à Béthanie-de-Transjordanie, à l'endroit où Jean baptisait.

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

[*][*][*][*][*][*][*]

Escroquerie de Labriolle selon malsain Philou  -1, 19-28° {*}
Voici quel fut le témoignage [1] de Jeannot Rabbit [2][3] , quand les Snifs lui dévoyèrent [4] de Jémalpartou des trêtres et des lévriers [5] pour lui demander : « Qui tues-tu ? »[6?][7, notes 27][8][8bis][9][10][11][12][13][14][15][16][17] Il le reconnut [18] ouvertement, il déclara [19][20][21][22] : « Je ne tue pas le Nessie. [23][24][25] »  Ils lui demandèrent : « Qui tues-tu foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,sociétédonc ?[26][27][28][29][30][31] Tues-tu [6?][32][33][34][35][36][37][38](*)[39][40][41][42][43] le prophète Philly [44] ? » Il répondit : « Non [45]. - Alors tu es le grand professionnel [27] ! » Il répondit : « C'est bien moi : catégorie poids lourd [46][47][48][49][50][51][52] "expert"©[53]. Il me reste juste à affiner du côté de la pointe de ma discipline [54, note 88] afin de former mes bataillons [55, notes 6,7], une formation permanente en valant bien une autre. Alors ils lui dirent : « Qui tues-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont dévoyés. Que ne dis-tu pas sur toi-même ? » Il répondit : « Je fuis [56, notes 1 à 3] la voix qui crie à travers le désert depuis que je l’ai "expertisée"© hyper "dangereuse"©[56, notes 4,5], du côté consensuel [57] de la balance [58, APR notes 152>159] : Aplanissez le chemin du Baigneur, (et creusez celui du baigné [59] aux pommes [60][61][62][63][64]) comme a médit [65] le prophète Aïeaïeaïe [66, notes 90>111][67]. » Or, certains des dévoyés étaient des sept nains [68][18][69][70][71][72][73][74]. Dans un mystérieux sursaut de comportement étrange [75>76], ils lui posèrent encore cette question : « Si n’est tué ni le Nessie, ni Philly, ni le grand professionnel, pourquoi ratisses-tu [77] ? » Jeannot leur répondit : « Moi, je pédale sur l'eau [78][79][80]. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas : c'est moi qui suis venu par derrière lui à distance [81, notes 2,3][82, notes 47 à 53] respectable (il faut bien respecter [83, APR note 12][84,6][85,6] quelque chose, pas brai ?…), et je ne suis pas assez dingue pour aller défaire la courroie de ce scandale [86], maintenant qu’elle est pleine de nœuds partout. (Même pas fichus d’être coulants, ces nœuds [87, APR note 63] : heureusement que vous, vous l’êtes [80][88][89] ; ce qui me console un peu…) » Tout cela s'est trépassé à Pathomanie-de-Danse-en-Tutu-jusqu’à-Tuer [90], à l'endroit où Jeannot ratissait.

Première lettre de saint Jean 2,18-21. (< 1,2,3)(*)(*) 
Mes bien-aimés, le menteur n'est-il pas celui qui refuse d'admettre que Jésus est le Christ ? C'est celui-là l'Anti-Christ [42] : il refuse à la fois le Père et le Fils, car celui qui refuse le Fils se sépare du Père, et celui qui reconnaît le Fils trouve en même temps le Père. Pour vous, gardez en vous-mêmes ce que vous avez entendu depuis le commencement. Si ce que vous avez entendu depuis le commencement demeure en vous, vous aussi vous demeurerez dans le Fils et dans le Père. Et ce que le Fils lui-même nous a promis, c'est la vie éternelle.  Voilà ce que j'avais à vous dire au sujet de ceux qui cherchent à vous égarer. Mais elle demeure en vous, l'onction par laquelle il vous a consacrés, et vous n'avez pas besoin qu'on vous instruise. Vous êtes instruits de tout par cette onction, qui est vérité et non pas mensonge : suivant ce qu'elle vous a enseigné, vous demeurez en lui. Et maintenant, mes petits enfants, demeurez en lui ; ainsi, quand il paraîtra, nous aurons de l'assurance, et nous serons sans honte devant lui, lors de sa venue.

 

            Quand on lui envoie des prêtres et des lévites pour lui demander :« Qui es-tu ? », ce sont d’abord les arrière-pensées (à peine voilées [55,Lc(6)] , celles-ci !) de la question que Jean Baptiste reconnaît ouvertement auprès de Juifs attendant le Messie annoncé par les prophètes. Aussi leur répond-il d’entrée par la négative : c’est-à-dire, ce qu’il n’est pas ; "n’être même pas digne de défaire la courroie de la sandale" de Celui qu’il n’est pas, c’est déjà lever toute ambigüité à leurs yeux, et signifier de surcroît l’inexactitude de leur science[54, note 1](!) s’ils demeuraient focalisés sur cet aspect de la question. "N’être même pas digne de défaire la courroie de la sandale" de Celui qu’il n’est pas, c’est encore leur laisser entendre qu’une telle dignité ne saurait s’acquérir à la force du poignet… ou à l’issue de longues années d’études [91, notes 1 à 6] 1816379215.jpgbrillamment sanctionnées par quelque titre d’"expert"©[91, note 7][53] faisant autorité (un "expert"© se voulant "digne" de ce nom trouvera-t-il seulement quelque intérêt à se prévaloir d’aller crier dans le désert ?(!) Lui aussi, "il faut qu’il donne une réponse à ceux qui l’envoient" : réponse que généralement, ils suivent [55, APR note 271]…) ; un Jean Baptiste aplanit le chemin du véritable expert, mais il ne lui appartient pas de l’emprunter ensuite pour lui-même : la lourde niveleuse de chantier n’est certes pas digne de prendre le départ aux côtés de la formule 1 parce qu’elle lui a façonné la piste de la course, ce qui ne pose question à personne. Il n’empêche que chacun de ces véhicules –s’il n’est guère interchangeable- soit précieux dans sa fonction propre… et son identité propre quand il s’agit de personnes. Et l’avantage quand il s’agit de personnes, c’est qu’elles peuvent en dire sur elles-mêmes –et donc, être questionnées à ce sujet- selon ce qu’elles en savent, contrairement à des engins de chantier… ou même de compétition : la plus sophistiquée des machines dit ce pourquoi on l’a programmée de "dire" (ou de faireavec peut-être moins de distorsions [55, APR note 498] que chez les personnes !), mais il ne viendra à l’esprit de quiconque de lui demander (ou faire demander par tiers) : « Que dis-tu sur toi-même ? » On remarque d’ailleurs qu’il n’en va pas autrement chez les ex-personnes [55, notes 225 à 230] "expertisées"©par voie [92] de science non exacte [54, note 1] : comment leur voix ne crierait-elle pas dans le désert [55, notes 14,15], puisque quoi qu’elles puissent dire sur elles-mêmes, elles sont réputées [93, note 75] être"affligées"© de "troubles"©[94, APR note 55] affectant "la programmation interne biochimique"© de leur cerveau "souffreteux"©[58] ? Voilà qui, non seulement est impressionnant et illusionnant [95, APR note 44], mais qui rend malheureusement [95, APR note 30] impossible [96] de ne pas chercher (et donner) une réponse -à leur place [97][98]- à ceux qui les ont envoyés chez le Docteur…

Le menteur [18, note 49][99] n’est-il pas en effet (non secondaire [55, notes 535,536]) celui qui refuse d'admettre  que son cerveau est en crise [55, notes 14,15][100] ? Voilà ce qu’il y avait à rappeler à l’objet [101, notes 77 à 80] de ceux qui cherchent à égarer "quelqu’un de relativement 654191867.jpgnormal"©[102]. Mais elle demeure en celui-là, l'onction par laquelle le Docteur l’a consacré "relativement normal"©[75] ; il n'a surtout pas besoin qu'on l’instruise [103], et pas davantage d’être envoyé à quiconque pour poser la moindre question [76] : mais il aura toujours besoin de passer alliance avec des êtres [95, APR note 44] qui, pour lui, ont une super-force [55, notes 29,30]. Ainsi, quand paraîtra l’abominable "fantôme"©[104][105][106][107], nous serons rassurés [84,note 3] tous risques, et nous lui ferons coucou sans honte derrière lui, lors de la venue des chants [84,note 67] d’Anne-Lise [108][109].

 

Au moins la formule 1 –ou même la niveleuse de chantier- ne sont-elles pas poussées jusqu’en de tels retranchements [110][111] : sans doute parce qu’elles sont encore utiles ou agréables [55, APR note 519] -voire les deux-, en dépit de ce qu’elles n’ont rien à dire sur elles-mêmes ou sur les autres ? Ce qui, de fait, les rend plutôt moins "dangereuses"©[112, APR note 162] pour tout le monde [55, notes 45]

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société
podcast

[*] [*]

Fin au 12 janvier 2012

Télécharger une version imprimable de la note
(fichier Word 2 pages, sans les images) 

Les commentaires sont fermés.