Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 11 février 2012

11 février : spécial Philtrochu ! (journée mondiale des grands méchants loups)

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

{*}–[*][*][*][*]
(*)(*)(*)

« Relève-toi, va ; ta foi t’a sauvé » (Lc 17,19)

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

[*]><[*][*][*][*]><[>43]

Avoir le souci des "malades"©

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,sociétéLes "malades"© doivent être très rapidement [1, APR note 8/2]662697458.jpg mis à part [2,8][3,8][4, notes 1 à 3][5] de la vie des "bien-portants", c'est pourquoi les liens de complicité [6, APR note 30][7, note 59][8, note 32][9, note 6][10, note 26][11], et tout ce qui permet aux personnes atteignables par un "malade"© de se sentir écoutées [12, APR note 10][13][14], reconnues [15] est extrêmement "important"©[16] : ainsi, leur "souffrance"© le deviendra moins [17, note 24/3]. Bien que cette journée ait un sens toutou [18] particulier [19,im.3] pour les chrétiens [20, notes 523 à 531][21, note 52], il n'est pas nécessaire d'avoir des convictions religieuses pour apporter son "aide"©[22][23][24][3, notes 28 à 30] et sa "compassion"©[25] à des personnes "souffrantes"© sans qu’elles le chassent [26][27][28][29][30] sachent [31][32][33][34, notes 3,4] : avec le doigt sur la détente, un petit geste suffit ! (Mais pensez tout de même à étayer précisément la forme de votre conviction [35, AV note 30] en vérifiant que votre arme [36][37][3,8] soit bien chargée…)

Étend-bile de Philtrochu selon lui-même 6, 54-56.      [*/Mc2a]
foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,sociétéIls sollicitèrent toute la légion [29, APR note 25], et se mirent à colporter les "malades"© sur des bobards [38, note 104] là où l'on apprenait son absence [39]. Et dans tous les envers [40][41][42, notes 261 à 264] où il "avisait"©[43, note 54], dans les villages, les villes ou les champs, on déposait des plaintes sur les "infirmes"© afin qu’il leur "confirme"©[44. APR note 191]. Ils le suppliaient de lui laisser TOUCHer en cachette [45, APR note 95][46, notes 102,103] ne serait-ce que la marge de leurs écrits [47, APR note 10][48, APR note 27]. Et les auteurs de tous ceux sur lesquels il LOUCHait [49][50] étaient fichus. Heureusement [35, APR note 30], les "confirmés"©, eux, étaient sauvés !

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

Étend-bile de Philtrochu selon lui-même 2, 23-28.      [*/Mc2c]
foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,sociétéUne nuit de sabbat [51], Philtrochu faisait marcher [52][53] pour se faire un peu de blé [54][55][56]; et ses rabatteurs [57], chemin faisant, se mirent à épier [58][59] comme des arracheurs de dents [60, notes 13 à 15] afin de mettre dehors [61]. Les pharmaciens [62][63] lui disaient : « Regarde ce qu'ils font la nuit du sabbat ! Cela n'est-il pas admirable ? » Philtrochu leur répond : « N'avez-vous jamais lu entre les lignes de ce que fit Donild [38, note 14][61], lorsqu'il fut dans le besoin de "malades"©[62][63] et qu'il en eut faim, lui et ses consoignons [64] ? Au temps du grand trêtre [65, note 63][66, APR note 34] Abracadabra [67, note 9/3], il entra dans la maison de Dieu [68][69, notes 17] et mangea les pains de l'offrande que seuls les prêtres peuvent manger [70], et il en donna aussi à ses consoignons [20, notes 523 à 531]. » Il leur disait encore : « Le "malade"© a été fait pour l'homme, et non pas l'homme [71, notes 261,269] pour le "malade"©. Voilà pourquoi le Ficeleur [72][73][74] de l'homme est maître [75][76], surtout du "malade"©. »

Étend-bile de Philtrochu selon lui-même 7, 14-23 (etc.).      [*/Mcd2 (+Mc1,2e,3a,3d,4,5)]
foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,sociétéPhiltrochu appela la foule de ses admirateurs [3] et lui dit : « Écoutez-moi tous, puisque vous n’y comprenez rien [77, APR note 6][78, note 7][79, APR note 37] (ce qui est "relativement normal"©[80: parce que vous n’êtes pas "médecins"©[81]). Rien de ce qui est intérieur au bien-portant [82] et qui sort de lui ne peut le rendre "malade"©. Mais ce qui sort du "malade"©, voilà ce qui rend le "malade"© TRÈS "malade"©. » Quand il eut quitté la foule pour entrer dans la raison d’un autre [83][46, notes 102,103], ses rabatteurs l'interrogeaient (ce qui rend cette parole énigmatique [84][85]). Alors il leur dit : « Ainsi, comme toujours, vous êtes incapables de comprendre [86] ? Ne voyez-vous pas que tout ce qui sort du bien-portant, en venant du dedans, ne peut pas le rendre "malade"©, parce que cela ne sort pas de son ventre, mais de son cœur, pour éliminer le "malade"©[87][88][89][90][91][92][92bis] ? » C'est ainsi que d’un seul tenant, Philtrochu déclarait purs tous ses boniments [93]… et tous les bien-portants [94][95! Il leur dit encore : « Ce qui sort du "malade"©, c'est cela qui le rend TRÈS "malade"©. Car c'est du dedans, de son cerveau "malade"©[96, note 6][97][98][99][100,com.3][101, notes 88][102, note 94][103][104][105][106][106bis], que sortent les pensées "perverses narcissiques"©[107][108, note 43][109, note 93] : conduites étranges [108, note 47][102, note 49], vols, meurtres [110, notes 33,34][111, note 258][112][113], adultères, cupidités, méchancetés [114!][115], fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans de la "maladie"©[116, note 30], et rend (ce qui reste [71, notes 261] de) l'homme "soignable"©[117][118][102, APR note 91][. »
Le sorcier ayant omis de leur préciser qu’entre temps il leur avait
éradiqué le concept du mal [121, note 14][122, note 33/2][123][109, note 123] avec toutes ses conséquences [124, APR note 10][125, APR note 28], il ne leur restait donc qu’à se rabattre sur la "maladie"©. Alors, une fois sortis [126,Mc(2e)], les admirateurs bien-portants se réunirent [127, notes 7,8] avec les partisans de Philtrochu contre "pour"©[128>128bis][129, notes 20 à 23][130][131>131bis][132132bis]
leurs "malades"©,  pour voir comment les faire périr [133] "guérir"©[134, APR note 60,§8].
foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,sociétéAprès quoi, ayant appris ce qu'on disait d’eux [126,Mc(5)], ils ne pouvaient pas tenir [126,Mc(3d)] : bien qu’aucun signe n’accompagnât leur "maladie"©, en son nom ils la chassèrent [126,Mc(4)]. Malheureusement [35, APR note 30], pour ce faire ils étaient obligés de leur éviter les lieux habités [126,Mc(1)] par eux : d’abord parce que chasser une "maladie"© -sans chasser le "malade"© qui va avec [61]- présente une difficulté particulière [1, AV note 15] quand aucun signe ne l’accompagne ; ensuite, parce qu’ils "ne se sentaient pas en sécurité"©[133, AV note 26][134, note 16][135, note 31] tant que les "malades"©  eux-mêmes les accompagnaient [4, notes 4,5].

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,sociétéSi bien que tous ceux qui souffraient de quelque mal [135][17, note 24/3] jouissaient de quelque bien-portance se précipitaient [126,Mc(3a)] sur les "malades"© pour que ces derniers soient écrasés par une foule de "soins"©. Et c’est ainsi que, s’ils buvaient un poison mortel [92][92bis][102, notes 77 à 84], il ne faisait pas de mal aux bien-portants qui leur avaient imposé [109, notes 159 à 165] les "soins"©[136][137] : d’ailleurs, ceux-là s’en trouvaient bien [126,Mc(4)] puisque de toute manière, il est question de "maladie"© postulée [105], donc sans signe [42, APR note 415] accompagnateur antérieur ! Pour tout dire, tant qu’ils ne prêtaient pas attention aux signes accompagnateurs postérieurs [22][138], ils se sentaient tellement mieux après [139, APR note 34][140, APR note 4][141, note 1][142] !

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

____________________________

QUOI QU’ON EN D.I.S.E…(Dernières Interventions sur des Sites Extérieurs)

 

Les "experts" "psychiatres"© en péril   Dimanche 12 février 2012


Expert-"psychiatre"© contre télévision suisse   Dimanche 12 février 2012

Les commentaires sont fermés.