Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 mai 2012

Love Parade ?…

Fin au mardi 5 juin 2012

Fin de Retournements majeurs ! au jeudi 17 mai 2012    
(il vaut mieux tard que jamais...) 

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

            À ce titre, ne cherchons pas vainement un défilé de chars bariolés : depuis quand un char d’assaut est-il censé refléter l’image d’une atmosphère festive ou bon enfant ? C’est qu’en effet, si la parade n’est pas sans évoquer celle-ci – elle revêt ostensiblement le sens commun [1] de l’ornementation-, en demeure intact le sens originel du si vis pacem para bellum [2]. Aux joyeuses couleurs du verbe parader répondent les sourcils qui se froncent sitôt qu’il devient question de se parer contre un risque, une menace, un dangertout ennemi potentiel -réel ou imaginaire- : d’ la remarque à propos d’un char d’assaut, dont le symbole –convenons-en- incline à gâcher la fête.
         À l'heure où le calendrier liturgique semble atteint de convulsions obsessionnelles –nous passant quatre fois en une semaine dans ce monde [3,Jn(2,3)][>Jn(1)] ce que Jésus disait à ses disciples-, voici que le premier des commandements [4, Mc(1)] peinerait à passer, lui, pour une option facultative… ou conditionnée aux aléas d’une époque plutôt qu’une autre. Elle l’est si peu que, non content de "se répéter" (!), Jean nous gratifie en prime d’un rappel de sa première lettre : au moins la contradiction n’appartient-elle pas au monde de celui que Jésus aimait [4, Jn(4)>5!

(1)[Dimanche 13 mai 2012]
Première lettre de saint Jean 4,7-10.
{*}{*}{*}{*}{*} 
Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l'amour vient de Dieu. Tous ceux qui aiment sont enfants de Dieu, et ils connaissent Dieu. Celui qui n'aime pas ne connaît pas Dieu, car Dieu est amour. Voici comment Dieu a manifesté son amour parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui. Voici à quoi se reconnaît l'amour : ce n'est pas nous qui avons aimé Dieu, c'est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils qui est la victime offerte pour nos péchés.

            Voici à présent à quoi se reconnaît l'amour du pilote aux commandes du char foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,sociétéd’assaut. Tout ce qui lui est demandé au nom de l’"érotomanie"©[3, notes 50,51>6, APR note 39, 7], il l’accorde. Ce qui lui est commandé, c’est de "protéger"©[4, notes 7 à 11][8][9] les uns des autres. Ce n’est pas lui qui choisit le "bourreau"©-"loup"©[10][11][12][13] vendu pour les péchés du client "agneau"©-"victime"©[14, note 6][15], mais il est l’ami [3, notes 82 à 84] de celui-ci s’il fait ce qu’il lui commande. "Love Parade" peut-être, mais la consonance festive de l’expression semble ainsi de plus en plus choisie et établie [16] afin qu’elle parte… le plus loin possible. Car, si la bonne nouvelle est que tous ceux qui aiment sont enfants de Dieu -et connaissent Dieu-, la mauvaise est malheureusement [17, APR note 30] qu’ils ont "reconnu"©[18][19][20, notes 18,19] le "loup"©. Or, l’amour du "loup"© (fût-il enfant de Dieu) pour l’"agneau"© est a priori [13, APR note 50] suspect. Voici à quoi se "reconnaît"© le "loup"©: ce n'est pas nous qui avons "reconnu"© le "loup"© (nous ne sommes pas"médecins"©[21] !), c'est lui qui nous a effrayés [22][23], et nous lui avons dévoyé [24] notre Ficeleur [25] qui, installé aux commandes du char d’assaut, peut alors cibler la victime offerte pour nos péchés_le"bourreau"© menaçant de nous dévorer. Il n'y a pas de plus grand pilote que celui-là, car nul n’ignore qu’il sait viser sa cible sans même la voir [26, notes 188 à 193](!) , puisque sa "compétence"©[27, APR note 203] en la matière vient de Paris V [28].
            En somme, celui qui n’aime pas les chars d’assaut ne connaît pas le Docteur, car le Docteur (un rien "schizophrène"©[29][30]) en est le pilote et le tireur. C’est dire que partout où l'amour commet l’outrecuidance de franchir les limites admissibles de l’extraordinairement vague [17, APR note 30][31][32], il faut s’attendre à ce qu’il tire dans le tas [33] sans sommation. (L’usage de celle-ci [34, note 8>35][36] est en effet accordé à l’huissier de "justice"©©©[13, notes 7 à 9] qui, lui, appartient au monde civil… Code de ce nom exclu [37, notes 39,40>38]. Car tout ce qu’il a appris de la "loi"©©© –et ce que lui a fait connaître le pilote du char-, c’est que l’"agneau"© est manifestement plus grand que le "loup"©.)

274801684.jpg

(1)[Lundi 14 mai 2012][+ vendredi 11 mai (Jn 15,12-17) + dimanche 13 mai]
Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15,9-17.
{*}{*}{*}
(Fête de
St Matthias, Apôtre) {*}{*}
(
Mc)(Mc)(Mc)(Mt)(Mt)(Lc)(Mt)(Mc)(Mc)(Mt)(Mt)(Lc)(Mc)
(
Mc)(Jn)(Mc)(Mc)(Lc)
(
Mt)(Mt)(Lc)(Mc)(Mc)(Jn)(Mc(1))(Jn(2,3))
À
l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour
. Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j'ai gardé fidèlement les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie.  Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis si vous faites [>414](Jc)(Jc)(Jc4,6) ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ignore ce que veut faire son maître ; maintenant, je vous appelle mes amis, car tout ce que j'ai appris de mon Père, je vous l'ai fait connaître. Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l'accordera. Ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres. »
(2)[Samedi 12 mai 2012]
Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15,18-21.
{*}{*}{*}
« Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu'il en a eu d'abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde vous aimerait, car vous seriez à lui. Mais vous n'appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : Le serviteur n'est pas plus grand que son maître. Si l'on m'a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l'on a observé ma parole, on observera aussi la vôtre. Les gens vous traiteront ainsi à cause de moi, parce qu'ils ne connaissent pas celui qui m'a envoyé. »

            Ce n’est pas que les "agneaux"© aient de la haine contre le "loup"©, mais ils appartiennent à un monde plutôt ferroviaire [39][40] : pour eux, demeurer dans l’amour, c’est demeurer sur la voie [3, AV note 80]. Ce qui leur commande de ne pas dérailler. Ainsi, garantis de garder fidèlement [3, APR note 107][41, APR note 104] les commandements, le monde est à eux et ils sont à lui. Voilà pourquoi le monde les aime et eux l’aiment [42][12,Mt(4)] : ce qui manque singulièrement d’extraordinaire [26, APR note 295][43, AV note 28] aux entournures, mais au moins tout le monde [20, note 12] s’aime. On se demande bien, d’ailleurs, pourquoi Jésus insiste à ce point sur ce commandement : à la limite, il n’y en aurait pas besoin… s’il n’y avait parfois le "loup"© qui déserte en partant vers son destin. Heureusement le Baigneur est là, qui connaît le cœur de tous les "loups"© (toujours sans les voir de corps [26, notes 188 à 193])… et qui est sans doute cheminot dans la vie civile : lui non plus n’a de haine contre personne ; simplement, il hait le hors-rail comme ce n’est pas permis [44] ! Il suffit que l’un d’entre les fidèles disciples devienne pour lui témoin de l’insurrection d’un passager pratiquant le hors-rail et paf [45] ! c’est celui-là le "loup"©. Puisqu’il n’appartient plus au monde des "agneaux"©, sachons qu’il en est automatiquement [46, notes 52 à 54] le "persécuteur"© : si l’on observe bien, on observera aussi que les "persécutés"©"souffrent d’importance"©[47][48, note 58][49, note 24/2]. Il faut donc que leurs charges passent à lui [50, APR note 4] afin qu’ils"se sentent" mieux [51, APR note 34][52].
           Les gentils lapins [53] le traiteront ainsi à cause de sa "lupitude"©[54, APR note 49], parce qu’il faut que l’Imposture [55] s’accomplisse. Durant tout le temps où le "loup"© a vécu parmi nous autres, depuis son rebaptême [56, APR note 21][57] par Philou jusqu’au jour où -enfin !- il 2121972612.jpgnous a été enlevé [58], les "agneaux"© ne "se sentaient pas en sécurité"©[59, AV note 26][60, note 16][47, note 31][61,(§4)] : la bouche d’égout [62], qui avait d’avance parlé de la "dangerosité"©[27, APR note 191][63, notes 4,5][64, APR note 151] du "loup"©, en est venue à servir de guide [65][66][67] aux gens qui ont arrêté la bête [68, notes 99 à 115], cet animal qui pourtant était l’un de nous et avait reçu sa part de notre "agnellité"©. Pas même besoin de tirer au sort dans son cas : à défaut de lui avoir présenté [69] le Baigneur, ce sont deux possibilités que l’on présente en effet au "loup"©. Car il est écrit au livre des Gnomes [70] : Que le "loup"© revienne avec nous les"agneaux"©, "ressuscitant" en "agneau"©[54, APR note 35] ; auquel cas il pourra reprendre sa place. Mais s’il déserte en choisissant de partir vers un destin hors-rail de "loup"©, dès lors que son domaine devienne un désert, et que personne d’"agneau"© ne s’avise de l’approcher [63, notes 1 à 3][71][11][72][73] (à moins d’être "spécialisé"©[74]) et encore : que Judas [4] -dont l’expérience [75] et les qualités nous sont précieuses [76,3]- soit enfin réhabilité, reprenne place dans le ministère des Apôtres, que lui aussi [41, APR note 102] se lève au milieu de l’assemblée [77] et dise : « Frères, que personne ne TOUCHe [78] à l’amour : c’est trop grand pour vous, et celui qui l’observera aura de la "haine"© contre vous : jusqu’à menacer de vous faire dérailler ! Quoi que vous fassiez, faites-le en veillant à la température de votre cœur [79][80, notes 84 à 86], comme pour le Seigneur, mais pour des hommes [81,Col][82, notes 523 à 531], sachant que vous recevrez du Baigneur pour récompense l'héritage [83,im.10] de la bien-portance [84][85][86][87]. Voilà pourquoi c’est une charge pour vous d’associer votre faire à votre dire [88, APR note 414] : mais l’essentiel (ce sans quoi nous allons nous étioler)[17, APR note 30] est que l’on observe votre parole, pourvu qu’elle parade assez pour que l’attention des gens soit distraite de vos actes [89,Jc][90,Jc][26,Jc4,6]. N’ayez donc que la "charité"© de (faire) "soigner"©[91], qui est le lien de votre "perfection"©[92][93] comme celui de l’imperfection du "loup"©. Ne vous rappelez surtout pas la parole qu’a dit un jour Théophylacte : "…celui qui injurie [94, APR note 16] et insulte, détruit l’amour [95], et quand l’amour est détruit, toutes les vertus disparaissent avec lui"[96, AV note 7][97, notes 52,53][76, note 7][98, notes 116,117] ; d’abord, une telle parole nuit à notre belle parade en venant y jouer les trouble-fêtes [99], ensuite il n’est de "vertu"[100] que dans-les-rails. Il faut donc que régulièrement, l’un d’entre nous devienne contre nous témoin de sa "lupitude"© complète, entière (les "agneaux"©, de leur côté, devront être illusionnés_[17, APR note 44][101] certains [102] qu’elle soit innée afin qu’on ne puisse officiellement rien faire -hors "soins"© : et encore !- pour changer ce fait [101,§46]) : ainsi, de même que le paratonnerre attire le feu du ciel [103][104], que la charge électrique passe au "loup"©[105][106][107][108] jusqu'au jour où il nous sera enlevé par quelque malheureux "accident thérapeutique"©[109]. »

[Lundi 14 mai 2012][+ dimanche 20 mai]
Livre des Actes des Apôtres 1,15-17.20-26.
{*}{*} 
En ces jours-là, les frères étaient réunis au nombre d'environ cent vingt. Pierre se leva au milieu de l'assemblée et dit : « Frères, il fallait que l'Écriture s'accomplisse : par la bouche de David, l'Esprit Saint avait d'avance parlé de Judas, qui en est venu à servir de guide aux gens qui ont arrêté Jésus, ce Judas qui pourtant était l'un de nous et avait reçu sa part de notre ministère. Car il est écrit au livre des Psaumes : Que son domaine devienne un désert, et que personne n'y habite, et encore : Que sa charge passe à un autre. Voici donc ce qu'il faut faire : il y a des hommes qui nous ont accompagnés durant tout le temps où le Seigneur Jésus a vécu parmi nous, depuis son baptême par Jean jusqu'au jour où il nous a été enlevé. Il faut donc que l'un d'entre eux devienne avec nous témoin de sa résurrection. » On en présenta deux : Joseph Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias. Puis l'assemblée fit cette prière : « Toi, Seigneur, qui connais le cœur de tous les hommes, montre-nous lequel des deux tu as choisi pour prendre place dans le ministère des Apôtres, que Judas a déserté en partant vers son destin. » On tira au sort, et le sort tomba sur Matthias, qui fut dès lors associé aux onze Apôtres.

            Chez ceux qui n’appartiennent pas au monde [>Jn(2)][>Jn(4)] –mais qui, entre eux, témoignent de la résurrection-, il arrive donc que l’on tire au sort, et que le sort tombe sur l’un d’entre eux : celui-là est alors associé aux autres. S’il est alors exclu "que son domaine devienne un désert, et que personne n’y habite, ou encore : Que sa charge passe à un autre", c’est bien parce qu’il fallait que l'Écriture s'accomplisse… et qu’en l’espèce, elle venait de s’accomplir à propos de Judas. Maintenant, ce funeste accomplissement s’épuise-il avec la disparition de celui qui en est venu à servir de guide aux gens qui ont arrêté Jésus ? Désormais, Il n’est plus dans le monde [>Jn(4)]; eux -ceux qui sont dans le monde sans lui appartenir- y sont toujours. Pour savoir si Dieu demeure en eux, et son amour atteignant en eux sa perfection [>1Jn(2)], rien de plus facile : on tire au sort, et le sort tombe sur un tel, qui est dès lors associé aux autres. En revanche, si l’on observe quelques ratés dans la "demeure de Dieu en eux", nous reconnaissons que "la bouche de David" incline à se répéter… avec toutefois une nécessaire modification du scénario d’origine. En effet, Jésus étant passé de ce monde à son Père, Il devient inaccessible à tout candidat venant à servir de guide aux gens qui L’arrêtent. Aussi le dit candidat doit-il à présent se contenter de venir à servir de guide aux gens qui arrêtent quelque serviteur à Sa place, sachant que celui-là n’est pas plus grand que son maître [>Jn(2)]. Ce qui ne pose pas de difficulté particulière [110, AV note 15] au "servant de guide" qui, par ailleurs, est dans le monde et du monde, lui appartient, ne proclame pas particulièrement que Jésus est le Fils de Dieu, ne reconnaît ni ne croit que l'amour de Dieu est parmi nous [>1Jn(2)], etc. C’est qu’en effet, "puisque Dieu nous a tant aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres". 

(2)[Dimanche 20 mai 2012]
Première lettre de saint Jean 4,11-16.
{*}{*}{*}{*}{*} 
Mes bien-aimés, puisque Dieu nous a tant aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. Dieu, personne ne l'a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour atteint en nous sa perfection. Nous reconnaissons que nous demeurons en lui, et lui en nous, à ce qu'il nous donne part à son Esprit. Et nous qui avons vu, nous attestons que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde. Celui qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. Et nous, nous avons reconnu et nous avons cru que l'amour de Dieu est parmi nous. Dieu est amour : celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu en lui.

            Ce verbe "devoir" exprime moins une sorte de contrainte (qui serait d’ailleurs antinomique à l’amour) -à acquérir stoïquement au mérite personnel, ou à la seule force du poignet- qu’un salutaire rappel de ce que l'amour des uns envers les autres ne pousse pas exactement dans les arbres : pas davantage ne va-t-il fleurir comme par enchantement, parce que "nous reconnaissons -des lèvres- que nous demeurons en lui [111,1Jn], et lui en nous, à ce qu'il nous donne part à son Esprit". À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, Il "ne Lui demandait pas de les retirer du monde, mais qu’Il les garde du Mauvais"[>Jn(4)]. "Que tous, ils soient un", "que leur unité soit parfaite"[>Jn(5)]; c’est là une prière, un vœu (d’autant qu’il se prolonge à "ceux qui accueilleront leur parole et croiront en Lui"[>Jn(5)])non l’heureux constat d’une Écriture accomplie en tout point. C’est dire que "les garder du Mauvais" n’implique nullement de les garder de leur propre liberté (ce qui serait toujours antinomique à l’amour) : y comprise celle de ne pas se garder eux-mêmes du Mauvais… voire de se donner à bon compte l’impression, l’illusion [17, APR note 44] de s’en garder, en "se gardant" de celui qui va "l’incarner"© à leurs yeux : coucou, revoici le "loup"© ! Pas facile de s’aimer les uns les autres avec cette sale bête dans les parages : comment s’en parer… tout en continuant d’attester que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde ? Facile : en s’en emparant sous l’égide de quelque autorité sur tout être vivant. Ce n’est pas ce qui manque dans le monde… et nous fait subrepticement revenir à notre candidat "venu à servir de guide aux gens qui arrêtent quelque serviteur à Sa place"[0, AV note 109] : modèle "croyant que l'amour de Dieu est parmi nous"… et le "loup"© aussi, malheureusement [17, APR note 30]. "Quand j'étais avec eux, je les gardais dans la fidélité à ton nom que tu m'as donné"[>Jn(4)]; mais quand c’est le chasseur de "loup"© qui est avec notre candidat –plus accessible, parce qu’également dans le monde-, celui-ci ne va-t-il pas se garder dans la fidélité [3, APR note 107][40, APR note 104] au nom du "loup"©[56, APR note 21] que celui-là lui aura donné ? Voilà qui est assurément moins glorieux pour tout le monde [20, note 12], mais consacre néanmoins une certaine tranquillité d’esprit [26, note 402/2][112, AV note 172]. Aussi notre candidat ne demande-t-il pas au chasseur de retirer le "loup"© du monde, mais comme il convient malgré tout de s’en garder, reconnaissons de nouveau que "loup"© et "agneau"©-candidat ne sont pas du même monde [113].

(3)[Mardi 22 mai 2012]
Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 17,1-11b.
{*}{*}{*}{*}
À
l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il leva les yeux au ciel et pria ainsi : « Père, l'heure est venue. Glorifie ton Fils, afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu lui as donné autorité sur tout être vivant [251][<39], il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c'est de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Moi, je t'ai glorifié sur la terre en accomplissant l'œuvre que tu m'avais confiée. Toi, Père, glorifie-moi maintenant auprès de toi : donne-moi la gloire que j'avais auprès de toi avant le commencement du monde. J'ai fait connaître ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé fidèlement ta parole. Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m'as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m'avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis venu d'auprès de toi, et ils ont cru que c'était toi qui m'avais envoyé.
Je prie pour eux ; ce n'est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m'as donnés : ils sont à toi, et tout ce qui est à moi est à toi, comme tout ce qui est à toi est à moi, et je trouve ma gloire en eux.

            "…aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner" : soit, "pour prendre place dans le ministère des Apôtres"[>Ac] afin de faire connaître Son nom à leur tour, non pour être retirés du monde [>Jn(4)]. L’un est pris, l’autre est laissé [114][115][116][117] : dans cette perspective-là, l’un n’est pas pris en fonction de qualités et de compétences [27, APR note 203] qu’il aurait [75] ; l’autre n’est pas laissé parce que dépourvu de ces mêmes qualités ou compétences. L’un n’est pas pris parce qu’il sera a priori [13, APR note 50] mieux gardé du Mauvais [>Jn(4)]  -ou gardera plus fidèlement la parole [>Jn(3)]- que l’autre. Et si l’un comme l’autre sont prisau dépourvu, aucun ne s’est laissé prendre contre son gré : à la limite, le laissé d’un jour est aussi celui qui a choisi [118, notes 2,3] de l’être plutôt que d’être pris. Enfin, si l’un est pris selon de telles modalités, ce n’est pas tant pour lui-même que pour prendre celui qui a été laisséselon les mêmes modalités, non celles du monde. "Pour qu'ils soient un, comme nous-mêmes"[>Jn(4)]. Qu'ils soient un, mais qu’ils ne soient plus qu’entre ceux qui ont été pris [42][119, note 6][120, note 26] -laissant ceux qui ont été laissés-, ce n’est déjà plus être "comme nous-mêmes". "Pour qu'ils soient un, comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi"[>Jn(5)]. "L’unité parfaite" pour que le monde croie à l’envoyé, c’est moins que tout le monde soit parfait (!) "qu’ils soient un" : les "pris" en les "laissés", et les "laissés" en les "pris". Ainsi -et seulement ainsi-, le monde saura, etc.

(4)[Dimanche 20 mai 2012 + mercredi 23 mai]
Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 17,11b-19.
{*}{*}{*}
Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. Père saint, garde mes disciples dans la fidélité à ton nom que tu m'as donné en partage, pour qu'ils soient un, comme nous-mêmes. Quand j'étais avec eux, je les gardais dans la fidélité à ton nom que tu m'as donné. J'ai veillé sur eux, et aucun ne s'est perdu, sauf celui qui s'en va à sa perte de sorte que l'Écriture soit accomplie. Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, en ce monde, pour qu'ils aient en eux ma joie, et qu'ils en soient comblés. Je leur ai fait don de ta parole, et le monde les a pris en haine
(*)(*)[*](1Jn)(1Jn)(1Jn)(1Jn(2)) parce qu'ils ne sont pas du monde, de même que moi je ne suis pas du monde. Je ne demande pas que tu les retires du monde, mais que tu les gardes du Mauvais. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Consacre-les par la vérité [>16] : ta parole est vérité. De même que tu m'as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me consacre moi-même, afin qu'ils soient, eux aussi, consacrés par la vérité.
(5)
[Jeudi 24 mai 2012]
Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 17,20-26.
{*}{*}{*}{*}
À
l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, les yeux levés au ciel, il priait ainsi : « Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi. Que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu'ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m'as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, pour qu'ils soient un comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi. Que leur unité soit parfaite ; ainsi, le monde saura que tu m'as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m'as aimé. Père, ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu'ils contemplent ma gloire, celle que tu m'as donnée parce que tu m'as aimé avant même la création du monde. Père juste, le monde ne t'a pas connu, mais moi je t'ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m'as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore, pour qu'ils aient en eux l'amour dont tu m'as aimé, et que moi aussi, je sois en eux. »

            Chez ceux qui n’appartiennent pas au monde [>Jn(2)][>Jn(4)] –mais qui, entre eux, témoignent de la résurrection-, il arrive donc que l’on tire au sort [0, APR note 109], mais que le mauvais sort [121][11][12, note 42] tombe sur l’un d’entre eux : celui-là est alors dissocié des autres ; voici aussi à quoi se "reconnaît"© le "loup"©[0, APR note 18][0, APR note 45]. (Parce que sinon, il est un peu comme Dieu (!) : dans le sens où "personne ne l’a vu"[>1Jn(2)]). Alors, inutile de vous dire [63, AV note 13] que si les psychologues ne recommandent habituellement pas l’évitement [122, AV note 80], avec le "loup"© nous sommes en plein dans le cas certain [102] à propos duquel ils font une exception très délibérée [123, APR note 80][76,8] : c’est pourquoi le"loup"© est dissocié des "agneaux"©. Ces derniers ne sont en effet pas nés de la dernière pluie : ils savent parfaitement que l’unité "loup"©/"agneau"© n’est parfaite que si l’"agneau"© est non pas en "loup"©, mais dans le "loup"©[12, AV note 100] : c’est peut-être un détail linguistique pour vous, mais pour eux ça veut dire beaucoup [124]. Ça veut dire que "pour qu'ils soient un comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi"[>Jn(5)], il faudrait aussi que le "loup"© soit en "agneau"©. Or, le monde des "agneaux"© n’a jamais connu cela : ainsi, il sait que le "loup"© les a aimés… comme il ne peut pas l’aimer. Cependant, bien que témoignant de la résurrection entre eux, ils s’en trouvent alors moins comblés de joie [>Jn(4)] que si le "loup"© n’y était pas. D’ cette nécessaire dissociation. Le "loup"©, "personne ne l’a vu? En "réalité"©, si : mais il est déguisé en "agneau"©, le sacripant ! Aussi, pour que l’unité des "agneaux"© soit parfaite, ils ont "reconnu"© le "loup"©, eux aussi… qu’il leur faut renvoyer [68, notes 99 à 115] : pas seulement pour ceux qui sont là (mais qui ne devraient pas y être [125, notes 115 à 117]), mais encore pour ceux qui accueilleraient leur parole et ne croiraient pas qu’ils soient le "loup"©. Il est à eux, et tout ce qui est à lui est à eux (ils peuvent donc se servir à leur aise, "sans qu’il n’y ait ingérence dans sa vie privée"©[13, APR note 187][76, notes 73,74]), presque "comme tout ce qui est au Père est au Fils". Presque… parce qu’attention : rien de ce qui est à eux n’est à lui_[>Jn(3)]. Au contraire, il est recommandé que tout ce qui est à eux soit placé sous "protection"©[126, notes 25 à 30] : car c’est le "loup"©, tout de même ! Après quoi, débarrassés de cette sale bête, nous empêchant d’être un, peut-être pourra-t-on mieux se consacrer à "avoir en soi l'amour dont le Père a aimé le Fils, et que Lui aussi, Il soit en nous"[>Jn(5)]Nous les "agneaux"© le croyons… parce que nous faisons de la projection [113,[7], note 6].
            "Qu'ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m'as envoyé"[>Jn(5)].  Sinon le monde aura vraisemblablement peine à y croire… et sera plus sûrement "contre" que "pour". "Qu'ils soient un" : plus que jamais, il s’agit d’une aspiration, d’un vœu, d’une prière : non d’un merveilleux constat établi de manière irréversible. À l’échelle de la seule nature, les obstacles ne manquent pas, qui se heurtent plus ou moins à la spontanéité de cette unité : notamment les différences d’intelligence, de race ou même de sexe [61][113,[30]]. Pour autant, lorsque Jésus "commande de nous aimer les uns les autres"[>Jn(1)], nulle part n’est-il fait mention que ce commandement s’adressât davantage à telle intelligence plutôt qu’à telle autre, à telle race plutôt qu’à telle autre, à tel sexe plutôt qu’à tel autre, etc. Nulle part n’est-il fait mention qu’une catégorie de l’humanitéfusse-t-elle infime : de l’ordre de 6%, par exemple [113,[17]]- soit plus ou moins concernée (ou non concernée) par ce commandement. Ce qui est heureux, sachant que les quelques différences énoncées à l’instant font connaître en soi suffisamment d’écueils à l’unité, si l’on s’y arrête : inutile d’en ajouter ! Lorsque Jésus "commande de nous aimer les uns les autres", il suffit également de se baisser pour en ramasser les références dans l'Écriture. Avec Jean, ici même (Évangile ou première lettre) le commandement est omniprésent, ne suggère pas une seconde d’en exclure quiconque. Quoique d’un tout autre tempérament, Pierre et Paul eux-mêmes n’ont pas été en reste.

[Mercredi 30 mai 2012]
Première lettre de saint Pierre Apôtre 1,18-25.
{*}{*}{*} 
Frères, vous le savez : ce qui vous a libérés de la vie sans but que vous meniez à la suite de vos pères, ce n'est pas l'or et l'argent, car ils seront détruits ; c'est le sang précieux du Christ, l'Agneau sans défaut et sans tache.  Dieu l'avait choisi dès avant la création du monde, et il l'a manifesté à cause de vous, en ces temps qui sont les derniers. C'est par lui que vous croyez en Dieu, qui l'a ressuscité d'entre les morts et lui a donné la gloire ; ainsi vous mettez votre foi et votre espérance en Dieu. En obéissant à la vérité, vous vous êtes purifiés pour vous aimer sincèrement comme des frères. D'un cœur pur, aimez-vous intensément les uns les autres
(1Th)(1Th)(1P), car Dieu vous a fait renaître, non pas d'une semence périssable, mais d'une semence impérissable : sa parole vivante qui demeure. C'est pourquoi l'Écriture dit : Toute créature est comme l'herbe, toute sa gloire est comme la fleur des champs ; l'herbe s'est desséchée et la fleur s'est fanée, mais la parole du Seigneur demeure pour toujours. Or, cette parole, c'est l'Évangile qui vous a été annoncé.

            La parole du Seigneur demeurant pour toujours, elle est donc toujours là. C’est dire que si "les Écritures Saintes contenaient plus d’une référence au sujet de la coexistence sur notre planète de deux humanités"[113,[9], AV note 7] se juxtaposant (?), cette référence-là sautant moins immédiatement aux yeux que celles se rapportant au premier des commandements (!), il eût été d’un grand intérêt que l’auteur du propos en précise au moins une avec exactitude : d’autant que si pareille référence existait, cela signifierait simplement que des frères étant moins intensément frères que d’autres, la parole du Seigneur demeurerait davantage pour ceux-ci que pour les premiers. (Pourtant, ce n’est pas d’elle-même dont parle l'Écriture lorsqu’elle évoque ce qui se dessèche et se fane !…) Bonne nouvelle : ces "moins-frères" font déjà l’unanimité. Mauvaise nouvelle : cette unanimité agit plutôt contre eux… et contre le premier des commandements pour tout le monde. Il est vrai que dans toute cette parlote [127] -enfonçant le clou de l’habituelle suspicion à l’égard de ce qui pourrait être aimable [113,[15]][76][128,(48)][129]-, ce n’est plus exactement l'Évangile qui nous a été annoncé ! Il semble pourtant comme "sans défaut et sans tache" à ces frères qui transvasent leur foi et leur espérance en lui… pourvu qu’ils demeurent du côté "agneau"© de la barrière. Ce faisant, ce sont des êtres qui, à première vue, sont peu attachants, peu sympathiques et sans humour. Ce sont aussi régulièrement des gens qui nous semblent en pleine dépossession de leurs moyens [130, note 7], méfiants et « en mode panique de la situation »[113,[15]]. Moyennant quoi, s’ils sont suspicieux, ne sont-ils suspects en rien : ni d’avoir franchi la barrière, ni d’avoir seulement laissé entrevoir "au monde que le Père a envoyé le Fils, et qu’Il les a aimés comme le Père l'a aimé"

1646755350.jpg

Fin au 5 juin 2012

____________________________

QUOI QU’ON EN D.I.S.E…(Dernières Interventions sur des Sites Extérieurs)

 

Montage-chroniques-haine-extraordinaire.jpg

Chronique d'un racisme extraordinaire.

Lundi 4 juin 2012

 

Des "psychiatres"© demandent des preuves scientifiques

Samedi 2 + dimanche 3 juin 2012

1199789018.jpg

La partition.

Samedi 2 juin 2012

Montage-Mitchell3.jpg

Haltères au Philly.

Vendredi 1er juin 2012

Montage-bienvenue-a-la-maison.jpg

La clef de la maison.

Jeudi 31 mai 2012


"Psychiatrie"©: deux "expertises"©©©, deux "avis"© différents

Jeudi 31 mai 2012


Alternative à la "psychiatrie"©

Jeudi 31 mai + vendredi 1er + samedi 2 juin 2012

Montage-jurons-capitaine.jpg

L'AUTRE syndrome du "sparadrap du capitaine Haddock"... en faits.

Mercredi 30 mai 2012

Montage-Lions-et-Agneaux.jpg

La part du lion.
Lundi 28 + mardi 29 + mercredi 30 mai 2012

Montage-Science-des-agneaux.jpg

COI : silence... ou complément d'OBJET indirect.
Dimanche 27 + lundi 28 mai 2012

Montage-RRRrrrr.jpg

Défense de grogner !!!
Samedi 26 + dimanche 27 mai 2012

foi,évangile,christianisme,philosophie,politique,littérature,société

Dispersion par apparition du bec d'un Philtrochu zélé.
Jeudi 24 + vendredi 25 mai 2012

1325765313.jpg

Strangulation par incantation du mythe de Philtrochu.
Mardi 22 + mercredi 23 mai 2012

Montage-lotus-bleu2-FG.jpg

Suffocation par explications de complication d'amplifications.
Lundi 21 mai 2012

Montage-Nessie3.jpg

Les aventures de Nessie (cité) et Daisy (en allusion).
Samedi 19 mai 2012

____________________________

NOUVELLES PAGES (internes) 

Montage-bienvenue-a-la-maison.jpg

La clef de la maison.

Jeudi 31 mai 2012


456233326.jpg

Dis, mineur : fais-moi un signe (minant et diminuant)...
Vendredi 25 mai 2012

 

Montage-aneschrekrose-bouee.jpg

L'exaspérant rose âne
Vendredi 25 mai
2012

7%20ans%20de%20mariage.jpg

Les déceptions...
Dimanche 20 mai
2012

Les commentaires sont fermés.