Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 31 décembre 2013

"On ne parvient pas à la dernière heure, on reste "anti" : et paf !"

Montage Scoop2.jpg

[<41] [74] [42] [>32|*] [*] [*] [<114] [*|*|*] [*|*] [*] [AP>*|*] [En Ti..ti] [19]

Montage épaf et compagnie.jpg

(Te Deum Laudamus – Action de Grâce)
Première lettre de saint Jean 2,18-21. {
*}{*}{*}{*(3)} {*}{*(3)}
[1] Mes enfants, nous sommes à la dernière heure. L'Anti-Christ, comme vous l'avez appris, doit venir ; or, il y a dès maintenant beaucoup d'anti-christs [2Jn][1Jn][1Jn][1Jn][1Jn][2Jn][1Jn] ; nous savons ainsi que nous sommes à la dernière heure.

[2] Ils sont sortis de chez nous [517>537]mais ils n'étaient pas des nôtres ; s'ils avaient été des nôtres, ils seraient restés avec nous. Mais pas un d'entre eux n'est des nôtres, et cela devait être manifesté. [*]

[3] Quant à vous, celui qui est saint vous a consacrés par l'onction [V][V], et ainsi vous avez tous la connaissance. [*][1][1][[18]][(46>52)][[9]][*]

[4] Je ne vous dis pas que vous ignorez la vérité [(9,10)], mais je vous dis : « Vous la connaissez »[SDLC], et la vérité ne produit aucun mensonge.

Montage 5 minutes avec Boris.jpg

Boris Cyrulnik citant Sigmund Freud :
"On ne devient pas pervers, on le reste"

Publié le jeudi 17 mai 2012 à 07h00


Manipulations, harcèlement, et autres manœuvres machiavéliques, les pervers narcissiques sont au sommet de leur art et de plus en plus nombreux selon les experts. L’éclairage du célèbre anti-chr neuropsychiatre [>395][1>12 (A)].


Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1, 1-18. {*}{*}{*}{*}{*}{*(2)}{*(1)}
Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu.
Par lui, tout s'est fait, et rien de ce qui s'est fait ne s'est fait sans lui.
En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée.

Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n'était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.
Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, lui par qui le monde s'était fait, mais le monde ne l'a pas reconnu. Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu.
[6][*]
Mais tous ceux qui l'ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu.
Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : ils sont nés de Dieu.
Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « Voici celui dont j'ai dit : Lui qui vient derrière moi, il a pris place devant moi, car avant moi il était. »
Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce : après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.
Dieu, personne ne l'a jamais vu [187>193] ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c'est lui qui a conduit à le connaître.

3468521413.jpg

Les commentaires sont fermés.