Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le sixième langage de Mister Hyde.

Montage jekyll hyde

[*]

Attention : ceci est l’ignoble et insoutenable pastiche de

Les langages de l'amour

Danger-evanouissement.jpg

Entrée déconseillée aux "lupophobes"© carabinés… mais sans carabine


Utiliser l’un des cinq langages auquel est plus réceptif son conjoint permet une bonne harmonie dans le couple.
Utiliser le langage auquel est moins réceptif son conjoint permet une excellente disharmonie dans le couple. 

(Docteur Jekyll) Nombreux sont les couples qui disent passer par des étapes difficiles et même de véritables crises. En effet, même si elle ne fait jamais défaut à qui la demande humblement, la grâce n’est pas « magique », et ne dispense pas de tous les gestes et des paroles qui assurent à notre conjoint que nous l’aimons. 
1986-cirque-du-soleil-le-magie-continue.jpg(Mister Hyde) Nombreux sont les couples qui disent passer par des étapes difficiles et même de véritables crises . Soit une véritable manne [1][2] : au moins, ce n’est pas la véritable crise pour tout le monde [3, note 12][4] ! En effet, ne faisant jamais défaut à qui la demande [5][6] commercialement [7, notes 85 à 93][8, notes 202 à 204] ou affectivement [7, notes 94,95][9, APR note 138], la grâce est complètement « magique »[10][11][12][13][14][15][16][17, notes 6,6bis], et dispense avantageusement de tous les gestes et des paroles qui assurent à notre conjoint que nous l’aimons… hormis celles, dispensantes [18][19][20][21, notes 77 à 79], qui peuvent nous assurer de son amour [22, note 95]. 

(Dr J) Gary Chapman, l’auteur de l’ouvrage Les langages de l’amour [23] après plus de vingt ans d’expérience de conseil conjugal, explique que, parmi les humains, il existe cinq façons de témoigner son affection, cinq « langages » par lesquels chacun peut manifester son amour. Mais comme nous ne « parlons » pas tous le même langage, nous ne sommes pas tous sensibles à la même expression de l’amour.

(Mr Hache) Gare Augarou, l’auteur (en collaboration [24, notes 40 à 46]) de l’ouvrage Les "loups"©  sont parmi nous après plus de vingt ans d’expérience [25] de conseil jugulant [26, notes 27 à 35][27, notes 12,13], explique [28] –lui aussi- que, parmi les humains, il existe cinq façons de témoigner sa désaffection, cinq « archétypes »[29][29bis] par lesquels chacun peut manifester son incapacité d’amour [30,(52)][31]. Mais comme nous ne « parlons » pas tous le même langage, nous ne sommes pas tous sensibles à la même inexpression de l’amour.

Les-loups-sont-parmi-nous.jpg

(Dr J) Ainsi, les uns sont particulièrement touchés par des paroles valorisantes, c’est-à-dire des paroles vraies qui disent du bien d’eux-mêmes ; d’autres ont besoin de moments de qualité, c’est-à-dire de moments privilégiés où ils sentent qu’ils ont toute l’attention de leur conjoint. Certains ne se sentent aimés que s’ils reçoivent régulièrement des cadeaux qui leur prouvent que leur conjoint pense à eux et d’autres encore ne verront que dans les services rendus les marques d’amour qu’ils attendent. Enfin le toucher physique sera la plus belle manifestation de l’amour pour ceux dont c’est le langage préféré.
(Mr H) Ainsi, les uns sont particulièrement TOUCHés [32][9, APR note 100] par des paroles dévalorisantes, c’est-à-dire des paroles braies [33] qui disent du mal [34,Mt(III)] d’eux-mêmes ; d’autres ont besoin de moments de "sécurité"©[9, notes 165,166][21, notes 133 à 135][35, note 31], c’est-à-dire de moments privilégiés où ils sentent qu’ils ont toute l’attention de qui les "protège"©[36][37, notes 7 à 11][38, notes 8,9] de leur conjoint (de tels moments faisant inévitablement écho à ceux -plus redoutés-, où ils ont senti qu’ils avaient toute l’attention de leur conjoint, il est donc relativement normal [39, note 102] qu’ils y fassent très attention !). Certains ne se sentent aimés que s’ils reçoivent régulièrement des cadeaux qui leur prouvent que les "protecteurs"© de leur conjoint pensent à eux [9, notes 1 à 3] et d’autres encore ne verront que dans les "soins"© rendus les marques d’amour qu’ils attendent [22, note 95]. Enfin, fût-il fortuit, le TOUCHer physique [40, APR note 47][41, AV note 148][9, APR note 116] sera la plus belle manifestation du chat-qui-tourne [42] pour ceux dont c’est le langage préféré.

 (Dr J) De même que Dieu nous gratifie parfois de grâce sensible pour nous faire « sentir » sa présence aimante, de même notre charité envers notre conjoint demande que nous sachions lui faire sentir notre amour en parlant le langage qui est particulièrement le sien.
D%C3%A9sert%20cognitif.jpg(Mr H) De même que le Docteur nous gratifie parfois [43][44, note 54][45] de grâce sensible pour nous faire « sentir » sa présence "soignante"©[46][47], de même notre "charité"©[48,1Co][49, note 3][50,1Co] envers notre conjoint demande que nous sachions lui faire sentir notre amour en parlant le langage qui est particulièrement le sien… entendons : celui du Docteur [51, notes 13] puisque, étant malheureusement [52, APR note 30] dépourvu de pensée autonome [0, notes 18 à 21][53][54,com.10][55, notes 69,70][56, note 75][57, note 81][58][59][60][61], son langage suit alors la même route [62][63][64][65, notes 7,8][66]… heureusement pourvue des stations adéquates [67][68] : dans ce cas, sa "charité"© nous épouse celle du Docteur. En effet, comment demander au conjoint relativement normal [69] qu’il sache parler un langage qui est particulièrement celui du "loup"©[70][71][72][21][9] ? Ce serait de la folie furieuse  !

http://micheldetiarelov.hautetfort.com/media/02/02/2038050161.jpg

Un langage complémentaire
Un largage qui plaît au menteur

(Dr J) Un deuxième langage s’adjoint parfois à notre langage privilégié pour combler « notre réservoir émotionnel » qui est le sentiment que nous sommes vraiment aimés. Si notre conjoint ne connaît pas notre premier langage et ne l’emploie pas, nous avons le sentiment de ne pas être entourés d’affection. Et alors la vie nous paraît maussade, tout effort nous pèse et nous remplissons nos tâches sans beaucoup d’enthousiasme.
(Mr H) Un deuxième langage s’adjoint parfois à notre langage privilégié pour combler « notre réservoir émotionnel »[67][68][73][74][9, APR note 189][75] qui est le sentiment que nous sommes braiment [76] "protégés"©[77][78][79]. Si notre conjoint se souvient encore de notre premier langage et l’emploie, nous avons le sentiment de ne pas être entourés d’affection. Et alors la vie nous paraît maussade [80][81][82], tout effort nous pèse [83] et nous remplissons nos tâches sans beaucoup d’enthousiasme [84].

(Dr J) Connaître le « langage d’amour » de notre conjoint, c’est connaître la clé qui nous permet d’ouvrir le cœur de l’autre, et bien loin d’être de l’hypocrisie, c’est le reconnaître comme une personne différente de nous-même qui a son fonctionnement propre que nous respectons.
(Mr H) Connaître le « langage d’amour » de notre conjoint, c’est connaître la clé qui lui permet de fermer le cœur de l’autre [85, note 11][86, note 69], et bien près d’être de l’hypocondrie par procuration [87][88][89] (et par derrière [90][91][92?][93, note 104]), c’est s’exposer à ce qu’il nous reconnaisse comme une personne trop différente [94] de lui-même, qui avons notre fonctionnement sale [95][96][97][98][99] qu’il ne respecte… qu’en fonction de la préalable et nécessaire redéfinition appropriée [51,6,9][100,6,9][101, APR note 58][102, note 4][103, APR note 110][41, APR note 129][104, AV note 91].

(Dr J) En effet, offrir à quelqu’un de coûteux cadeaux alors qu’il attend d’être aidé au quotidien dans sa tâche ou qu’il a besoin d’être écouté avec attention, ne le comblera nullement et le laissera avec beaucoup d’amertume après avoir constaté que son conjoint ne l’aime pas « assez » pour l’aider efficacement ou passer du temps avec lui en tête à tête. Par contre, si son conjoint emploie son langage premier, un cadeau sera comme la cerise sur le gâteau.
(Mr H) En effet, offrir à quelqu’un de coûteux cadeaux alors qu’il attend d’être aidé au Montage-schtroumpfissime.jpgquotidien dans sa tâche ou qu’il a besoin d’être écouté avec attention, ne le comblera nullement et le laissera avec beaucoup d’amertume après avoir constaté que son conjoint ne l’aime pas « assez » pour l’aider efficacement ou passer du temps avec lui en tête à tête. Par contre, si son conjoint emploie le langage premier du Docteur, ce sera comme la cerise sur le gâteau [105]. Parce que celui-ci "sait"©[106] que l’autre ne sait pas… qu’il "attend d’être aidé au quotidien dans sa tache psychique [107, AV note 9] ou qu’il a besoin d’être écouté avec attention"©. Parce qu’il fait du "déni"©[108] d’"aide"©[109][110][111][51,10] et d’écoute, le faquin. C’est un peu comme le déni de grossesse, t’vois : sauf que –hors cinéma [112]- tel quel, celui-là présente une difficulté particulière [113, note 33] à être invoqué… lorsque celui qui "ne sait pas"© est l’homme du couple. D’où la cerise sur le gâteau, cadeau du Docteur :  le "négationniste"© d’"aide et d’écoute"© présente une «non-demande» ? Eh bien, le Docteur organise [114] la réponse à cette «non-demande»[115,2°),3°)], voilà tout ! Il suffisait d’y penser [116][116bis][117] , non ?

(Dr J) Lorsque nous sommes avertis, la vie est beaucoup plus simple, car la question « mais qu’est-ce que je peux faire de plus ? » trouve sa réponse. Remplissons régulièrement « le réservoir émotionnel » de notre conjoint (et il en sera de même pour nos enfants lorsque nous aborderons les problèmes de l’éducation), sa vie sera plus belle, cela rechargera son énergie et il sera plein d’enthousiasme.
(Mr H) Lorsque nous sommes avertis [118][119, note 17][113, note 21][120, note 82] (sans oublier d’avertir tout le monde [3, note 12][51, note 67] ensuite [121][122][51,11][123, APR note 242]), la vie est beaucoup plus simple, car la question « mais qu’est-ce que je peux faire défaire [124][125][126] de plus ? » trouve sa réponse. Asséchons régulièrement « le réservoir émotionnel » de notre disjoint (et il en sera de même pour nos enfants [103, APR note 100][40, note 40][127, APR  note 22][113, note 36][128, APR note 105] lorsque nous aborderons les problèmes de l’éducation [129, APR note 29][130, notes 9 à 21[131], notre vie sera, sinon plus belle au moins plus "sûre"©[35, note 31] et plus "légère"©[132][133], cela rechargera -peut-être- notre énergie [134, note<26>][135, note 28] et nous serons pleins [136] d’amertume d’"enthousiasme"©.

1741818977.jpg

Attention à l’autre
Attention au loup !!!! (tant qu’il y est…)

(Dr J) Un autre avantage immense de connaître notre langage respectif est que cela évite en partie les déceptions [137] de la vie à deux ; car, bien sûr, le langage qui nous est le plus familier, celui que nous attendons de notre conjoint est aussi celui que nous employons le plus naturellement ; et il faut bien reconnaître que lorsque nous ne faisons pas attention, nous avons tendance à négliger le langage de notre conjoint et employer exclusivement le nôtre. Eh oui, nous sommes des humains et donc capables de défaillances.
poubelle.gif(Mr H) Un autre avantage immense de connaître le langage exclusif du Docteur [51, notes 13] est que cela évite [138] complètement les déceptions de la vie à deux ; car, bien sûr, le langage qui nous est le plus familier [139], celui que nous n’attendons désormais plus de notre disjoint est aussi celui que nous employons le plus facticement [140, note 26][34,Mt(X)] ; et il faut bien méconnaître que lorsque nous n’avons plus à faire attention à lui (au sens de sa "dangerosité"©[120, notes 4,5][141, APR note 214][20, APR note 151], of course !…), nous libérons plein pot [142][143][144] notre tendance [101] à négliger son langage [145>9,Jr(1),APR note 209] et employer exclusivement le nôtre. Eh oui, il est le "loup"©[146][147] de l’histoire et donc seul [148, notes 23 à 26] capable de défaillances [149]. (Sinon a quoi ça servirait, le "loup"©, hmmm ? Il n’y aurait plus qu’à le jeter [150][151] !…) Naturellement, ne négligeons pas de fournir au Docteur -dans le secret [34,Mt(VI)]- un brin de "paille"© volé [34,Mt(VIII)] à notre disjoint : il se fera alors un plaisir de s’employer exclusivement à nous le redéfinir [41, APR note 129] en "poutre"© massive [34,Mt(X)], lui seul en étant "capable"© sans faillir.

http://parleferetparleverbe.free.fr/images/Armes/hache%20armes.jpg

(Dr J) Cela est plutôt frustrant pour notre conjoint et pourrait l’amener à ne pas se sentir aimé, d’où les problèmes de couple qui s’ensuivent. La connaissance des « langages » permet de relativiser ces déceptions et de ne pas dramatiser cet oubli passager. Il lui est facile alors de demander avec tact et gentillesse ce qui lui ferait plaisir et tendre ainsi une perche pour restaurer la relation : bien des mésententes pourront être ainsi évitées.
1855679636.jpg(Mr H) Cela est plutôt frustrant pour notre chien et pourrait l’amener à se sentir noyé, d’où les problèmes de respiration qui s’ensuivent [152]. Quant à ceux de couple, ils ne s’ensuivent pas… puisque c’est plutôt le couple lui-même qui ne suit pas ! La connaissance du sixième « langage » permet de relativiser ces déceptions et de ne pas dramatiser cet "oubli"©[153] du passager [154]. Il a été facile jusqu’alors de nous demander avec talc [85, APR note 21][155][156, note 1] et gentillesse [157][158][159] ce qui nous faisait plaisir [22, APR note 54] et lui tendre ainsi des pièges [35, notes 25 à 30][120, notes 26, 91 à 96][160][161] pour instaurer notre "protection"©[162, notes 3 à 5] : bien des "existences"©[163, APR note 191][164, note<147>+212 à 216] (à commencer par celle du couple [165], puis celle du "loup"©) peuvent être ainsi éludées, évitant de surcroît toute mésentente (et bien sûr, tout problème de couple) : encore une cerise sur le gâteau [105] !

Montage-jamais-plus-jamais2.jpg

(Dr J) Il n’est pas toujours aisé de découvrir le langage de l’autre, il faut en parler pour mieux se connaître soi-même et mieux se connaître l’un l’autre. Lire l’ouvrage de Gary Chapman apportera beaucoup d’exemples bien concrets  pour illustrer ces propos.
(Mr H) Il n’est pas toujours aisé de découvrir le langage de l’autre ; raison de plus pour déclarer forfait : notamment quand on est l’"agneau"©[9][166, APR note 91][80, note 31] de l’histoire, mais surtout si on n’est pas "médecin"©[167, AV note 41/2][168, note 11/1][169, note 17][170, note 14][171]. Il faut donc en parler au Docteur pour mieux se faire tondre soi-même et mieux se "protéger"© l’un de l’autre. Lire l’ouvrage de Gare Augarou apportera beaucoup d’exemples bien abstraits pour illustrer ces propos.

(Dr J) Se sentir aimé n’est pas si subjectif que cela pourrait paraître au premier abord. Il y a des actes objectifs qui prouvent à notre conjoint que nous l’aimons. Notre devoir de soutien mutuel exige que nous posions ces actes.
Nous en serons bien récompensés en retour, car la bonne humeur sera plus facilement présente dans notre couple et donc dans notre famille !

(Mr H) Se sentir piégé n’est pas si subjectif que cela pourrait paraître au premier abord. Il y a des actes objectifs [31, note 140][172, notes 77 à 80] qui prouvent à notre disjoint que nous aimons nous "protéger"©[173, note 64] de lui. Son devoir de soutien légal [174][175][176, note 51][173, note 39][173bis] exige qu’il dénonce ces actes [120, notes 100 à 105][177].
Il en sera mal récompensé en retour car, hors de sa famille, il lui sera plutôt difficile de savoir si la bonne humeur y sera plus facilement présente ! De quoi en perdre la tête [178,Mc(3),APR note 384]

Docteur Jekyll et Mister HYDE
Décroître
et Régresser

Ensemble-Superman de Canard

Montage-guillotine.jpgTélécharger une version imprimable de la page
 (fichier Word 4 pages, sans les images)

Mardi 14 août 2012

Écrit par MdT Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.