Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les sanguins / "Simon"

Montage plume et sang2.jpg

[Simon->(§6)]

Pour vivre à deux, mieux vaut bien connaître le tempérament de l’autre. Afin de pouvoir le comprendre [1] et l’aider [2, notes 358>360] également ! Suite de notre série (1) sur les fondements du mariage par l’association Croître et progresser ensemble [3], avec l’étude du tempérament sanguin [4,(§10)].

(§1) Quelles sont les forces et les faiblesses du tempérament sanguin ? Rappelons que le but est de pouvoir accentuer le côté positif de notre personnalité tout en se surveillant mieux sur les aspects négatifs ; et aussi de comprendre les autres (en particulier notre conjoint) en nous rendant compte que ce n’est pas parce qu’il a une personnalité différente de la nôtre qu’il a automatiquement tort ! (2)

(§2) La joie du sanguin nous fait oublier nos soucis, il est une lueur d’espoir qui chasse la morosité de notre esprit ! Il est démonstratif et transforme chaque tâche en une partie de plaisir. Il est très sociable et voit toujours le bon côté des choses. Il est accueillant, déborde d’enthousiasme et est très expressif. Son optimisme est sans borne et son adaptation à toute situation est sa force principale : quoi qu’il arrive, il sent comment rebondir. Il veut toujours tout savoir, tout voir, tout faire… il n’est jamais à court d’idées et aime tenir le devant de la scène. Il apprécie les fêtes, les sorties et tout ce qui sort de la routine. Avec un sanguin, on ne s’ennuie jamais ; oui mais…

(§3) Bien qu’il soit plein de bonnes intentions [5, APR note 59>6], le sanguin va rarement jusqu’au bout de son projet [7][8]. Il sait qu’il a quelques défauts, mais ils ne lui paraissent pas bien graves, tant il est populaire et se sait sympathique [9, note<55]. Or, s’il ne se contrôle pas, le sanguin parle trop ; et il peut devenir lassant. De plus, il exagère facilement et sa conversation frise souvent le mensonge.

Manque de tact !

(§4) Le sanguin est si heureux de raconter ses histoires qu’il est peu à l’écoute des autres au point qu’il peut devenir insensible à leurs besoins (3). Il les interrompt constamment et répond à leur place : c’est là un manque de courtoisie et de tact ! De plus comme il a tendance [10] à ne rien prendre très au sérieux, il ne fait aucun effort de mémoire et oublie beaucoup de choses, même ses engagements et parfois même ses enfants lorsqu’il rencontre un autre sanguin avec qui s’entretenir joyeusement ! Outre cela, les défauts [11] majeurs du sanguin sont la gourmandise et la sensualité car il aime avant tout ce qui est plaisant [12, APR note 54][13].

(§5) Les sanguins ou sanguines qui se sont reconnus dans la première partie sur les forces de leur tempérament doivent donc lutter contre ces fâcheuses tendances qui risquent d’empoisonner la vie de ceux qui vivent avec eux (4).

(§6) Un sanguin est charmant [14] au premier abord, mais avant qu’il ne lasse et désespère son conjoint, il doit donc s’obliger à parler deux fois moins, à écouter les autres deux fois plus et à s’intéresser à ce qui est important [15] pour ceux qui vivent avec lui. Qu’il continue à répandre la joie [16][17][18][19] autour de lui, mais pas seulement pour son propre succès, que ce soit en faisant attention aux autres [20][21][22][23][24][25][26][27][28][29][30], pour cultiver de véritables amitiés [31][32][33][34][35][36][37][38][39][40][41][42,Ec(1)][43] car sinon il devient superficiel. On pourrait lui dire : « Deviens adulte tout en gardant ta joie de vivre » ! Il doit se forcer à aller jusqu’au bout [44] de ce qu’il entreprend et en particulier lorsqu’il s’agit de corriger ses défauts. Et lorsqu’on vit avec un sanguin, on doit être capable de prévoir ses réactions et d’accepter sa fantaisie. Mais il faut l’aider à savoir dire non [45?] car même s’il est débordé, il veut encore en faire plus !

(§7) Connaître les grands types de tempéraments nous permet d’être indulgents par rapport à ce qui nous paraît étrange dans le comportement [46] de notre conjoint et qui n’est que le reflet de ses forces ou de ses faiblesses [47,[4]][48]. Acceptons que notre conjoint ne soit pas (encore) parfait [49][50, notes 6,7].

Besoin de nouveauté et d’encouragement

(§8) Un sanguin a constamment besoin de nouveauté, ne lui imposez pas trop de travaux routiniers et ne l’isolez pas de ses amis trop longtemps ! Aidez-le à être à l’heure et rappelez-lui les rendez-vous importants ; il n’en est pas capable lui-même. Mais n’oubliez pas de le féliciter pour ses succès, il a toujours besoin d’entendre des compliments (5). D’autre part, il est ravi (6) des surprises [51] et des cadeaux que vous pourrez lui faire.

(§9) Nous étudierons ultérieurement les trois autres types de tempéraments [4,(§10)] mais sachons déjà que notre personnalité est parfois une combinaison de plusieurs [4,(4), APR note 16] et que l’on peut être sanguin-bilieux, une combinaison naturelle ; ou sanguin-flegmatique, une combinaison complémentaire. Il existe aussi des « contraires » tel que le sanguin-mélancolique chez lequel il existe des conflits internes qu’il est important pour l’entourage de comprendre (7). Dans tous les cas, la connaissance des tempéraments est une aide très efficace pour mieux s’apprécier et s’aider mutuellement (1).

Marc et Maryvonne PIERRE
Croître et Progresser

Ensemble-N.-D. de Cana

________________________________________________ 

Article librement reproduit de 

Logo HN.jpg
(édition papier)
n°1535 du 2 février 2013 (p.20)

________________________________________________

"L’interprétation" typographique de la mise en page -distinction et numérotation de paragraphes (§), ajout (parfois abondant) de notes de renvoi ([x]) (et autres liens intégrés), ainsi que l’ensemble des illustrations et les quelques développements ci-dessous (x)- est de l’entière initiative de l’auteur du présent blog. Les intertitres sont d’origine.

1. Inspiré de Personnalité plus de Florence Littauer, éd. Un monde différent (Canada).

Personnalité Plus.jpg

(1) Une série qui, si le discours des auteurs en oriente fidèlement le discours sur les seuls aléas de la relation conjugale, nous  dissuade moins que jamais de la reproduire ici, tout en suggérant de l’entendre dans une acception plus large : plus que jamais, les différences de tempérament –entre autres- ne sont pas avares de s’exprimer au-delà de tout lien contractuel.

(2) Rappelons également que d’emblée, les auteurs prennent manifestement soin d’user de la forme pronominale ; si "comprendre les autres" est "le but" chez eux, il s’agit d’autant moins d’une fuite DE soi [52, notes 10 à 13] que leur préalable implique au contraire un travail permanent SUR soi [53,Lc] : accentuer le côté positif de NOTRE personnalité tout en SE surveillant mieux sur les aspects négatifs, voilà une entreprise fournissant assez d’ouvrage CHEZ soi pour ne pas se laisser distraire par d’autres auteurs [54][55, notes 36][56][57][58][59, notes 1 à 6][60, notes 79>86/61/62/63]… dont la "force principale"(§2), elle, flattera davantage les sens –et les sympathies- à accentuer artificiellement le côté positif de notre personnalité par sa seule opposition contre [64][65, APR note 32][66][4, notes 20 à 22] les aspects négatifs (ou supposés tels) chez les autres. Une telle entreprise inverse [67] évidemment l’ordre de celle de nos auteurs : "comprendre les autres" ne se réduit plus qu’à… s’en prendre [68](!), puisque à mieux les SURveiller [69] sur leurs aspects négatifs (ou supposés tels), à accentuer le côté positif (ou supposé tel) de notre personnalité par l’illusion [70, APR note 44] de pouvoir "détecter"©[52, notes 59 à 62] leurs aspects négatifs… et à les accentuer [71][72][73] au nom d’une dialectique faussement préventive [74]. Ce qui permet accessoirement de ne plus même se rendre compte que c’est parce qu’il a une personnalité différente de la nôtre [4, notes 7 à 10] que l’autre a automatiquement tort [75][17, note<15>][76][77, note 29>] : la boucle est bouclée…

(3) On peut aussi "SE raconter des histoires" en prenant automatiquement pour argent comptant les conseils [78, note 13][42,Ec(1)] distillés par quelque "spécialiste"©[79][80]/"expert"©[81]/"professionnel"©[82][83][84] (rayer la mention inutile…) déclaré de "l’écoute des autres, sensible à leurs besoins"©(§4)[85, APR note 88] en se gardant de prêter la plus petite attention à la manière dont celui-là écoute [2, note<352>][86][87][88][89, note 10>][90][91, note 1]

(4) De nos jours, afin de parer [92] à un tel risque [93][94,[8]+APR note 222][95], "ceux qui vivent avec eux" peuvent se faire "comprendre et aider"© par de parfaits inconnus qui, au nom de quelque "loi"©[96, notes 6>20][97, notes 92>99], se chargeront automatiquement de faire en sorte qu’ils ne vivent plus avec eux [98, APR note 15][99][100, notes 115 à 117][101, notes 94>115][102]… voire de leur empoisonner la vie –parfois au sens littéral [103>104][105][106][107][108][109][110][111][112][113], certains établissements étant "spécialisés"©[114, notes 26 à 29][115, notes 6 à 10][116, note 2][117] en la matière [118]- : une solution déconcertante de facilité, qui présente cependant l’inconvénient de porter ombrage au croître et progresser ensemble [3]

Simon sans gain.jpg

(5) Il aura sans doute moins besoin d’entendre de ces épithètes [71, notes 82>93] qui –quel que soit leur enrobage du moment [119]- passeront très difficilement pour un compliment [71, APR note 104][120], même chez le plus abruti et idiot [121]

(6) "Ravi" s’entend ici uniquement en étroite concordance avec la joie de vivre qui nous est signifié chez le sujet : il serait fantaisiste d’en déduire que ce dernier serait tout aussi ravi d’être ENLEVÉ par surprise [122][123]… et par des ravisseurs déguisés [124] en SECOURISTES ET ASSISTANTS AUX VICTIMES [51, note<134>125].

Panier à salade 2.jpg

(7) Subordonné à la comprenette [1][126, notes 1,2][127, notes 1 à 3] du "spécialiste"©-"expert"©-"professionnel"©-"psychopathologue"©[58] ad hoc [128][129], "le sanguin-mélancolique" a tôt fait d’être redéfini [130, notes 4 à 10][43, notes 29 à 35] en "maniaco-dépressif"© réactualisé en "troublé bipolaire"©[131, note 24>132][133][134] : ce qui permet en effet à l’entourage de "comprendre"© sans qu’il n’aie plus à s’en casser la tête, les mots devenant trop complexes pour lui. Un entourage qui, à l’occasion, aura "compris"© avant même le "spécialiste"© (!!!) ; le rôle de ce dernier est alors de "confirmer"©[135] –puis d’entretenir- le"trouble"©[136, APR note 39][137, APR note 95] : cliniquement [138, notes 47 à 53][139] chez le "troublé"©, sémantiquement chez son entourage. Il s’agit là également d’"une aide très efficace pour mieux s’apprécier et s’aider mutuellement"©(§9)[140][140bis] ; à ceci près que cette "aide mutuelle"© concerne tout le monde [141, note<12>]SAUF le "troublé"© lui-même, seul précié pour les besoins d’une cause dont il est également le seul à ne tirer aucun profit [142][143][144; bien au contraire [145, note<256>] !
Alors, inutile de vous dire
[146, AV note 13][147, note 144] que s’il est de meilleur rapport de parler de "trouble bipolaire"©[148,com.11>21] plutôt que de "sanguin-mélancolique" (le premier bascule automatiquement dans l’escarcelle "pathologique"©[149, note<88>], ne sollicite qu’un minimum d’efforts –notamment de compréhension, bien devenant "négociable"[150]- de la part d’un entourage se voyant moins tranquille d’esprit [85, note 402/2][151] avec le second…), s’il est conséquemment plus facile de changer de "médicament"©[137, notes 88 à 95] que de… tempérament [152, APR note 18], il n’est pas excessivement difficile de ne pas confondre "de véritables amitiés" avec de sordides et vulgaires associations de malfaiteurs [153,(3)][154, note 59][155, note 26][156, note<113>][157, APR note 129] mal dégrossies…

3670055985.jpg

Télécharger une version imprimable de la page
 (fichier Word 3 pages, sans les images)

Lundi 7 octobre 2013

Écrit par MdT Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.