Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Augustin : Sermon 63

"Le vent tomba, et il se fit un grand calme."

Ton cœur est secoué par les flots ; l'outrage a suscité en toi le désir de la vengeance. Et voici : tu t'es vengé..., et tu as fait naufrage. Pourquoi ? Parce que le Christ s'est endormi en toi, c'est-à-dire que tu as oublié le Christ. Réveille-donc le Christ, souviens-toi du Christ, que le Christ s'éveille en toi... As-tu oublié la parole qu'il a dite sur la croix : « Père, pardonne-leur: ils ne savent pas ce qu'ils font » ? (Lc 23,34) Celui qui s'était endormi dans ton cœur a refusé de se venger.

Réveille-le, rappelle-toi son souvenir. Son souvenir, c'est sa parole ; c'est son commandement. Et quand tu auras éveillé le Christ en toi, tu te diras à toi-même : « Quel homme suis-je pour vouloir me venger ?... Celui qui a dit : ' Donnez, et vous recevrez ; pardonnez, et vous serez pardonnés ' (Lc 6,37) ne m'accueillera pas. Je réprimerai donc ma colère, et mon cœur trouvera à nouveau le repos. » Le Christ a commandé à la mer, et elle s'est calmée... Réveille le Christ, laisse-le te parler. « Qui donc est celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? » Quel est celui à qui la mer obéit ? « À lui la mer, c'est lui qui l'a faite » (Ps 94,5) ; « par lui, tout a été fait » (Jn 1,3). Imite plutôt les vents et la mer : obéis au Créateur. La mer entend l'ordre du Christ, vas-tu rester sourd ? La mer obéit, le vent s'apaise, vas-tu continuer à souffler ?... Parler, agir, ourdir des machinations, n'est-ce pas souffler et refuser de s'apaiser au commandement du Christ ? Quand ton cœur est troublé, ne te laisse pas submerger par les vagues.

Si pourtant le vent nous renverse -car nous ne sommes que des hommes- et qu'il excite les passions mauvaises de notre cœur, ne désespérons pas. Réveillons le Christ, afin de poursuivre notre voyage sur une mer paisible et de parvenir à la patrie.


Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
(trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 260)

Télécharger le fichier

Publié dans Un peu de courant pour la Lumière | Lien permanent