Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 décembre 2011

2011 : n'oublions pas le deuxième troisième anneliseversaire !


podcast

Montage tomballiversaire3bis.jpg

[*|?|>279][*][*] – [*|*] – [*][*]

philosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversaire

[?] [?] [?]

971175341.jpg

R.I.P. Mr Peroni… et merci pour tout !

        À ce qu’il paraît, lorsqu’on est mort c’est pour longtemps. Dans un registre voisin, s’il est vrai qu’au fil des ans beaucoup d’eau coule sous les ponts, l’eau reste de l’eau et les ponts des ponts : on n’a jamais vu de l’eau se faire pont. Et s’il arrive à un pont de prendre eau, il semble qu’il ne se fasse pas eau. Ainsi, ce n’est pas parce que de l’eau passe sous les ponts qu’avec le temps –et la grâce d’une mystérieuse alchimie- les mensonges et violences d’un jour vont se muer en vérités [1, note 145] et douceurs de Noël ! Ce serait là comme demander à un âne de se faire lion…

L'Âne vêtu de la peau du lion

De la peau du Lion l'Âne s'étant vêtu
Était craint partout à la ronde,
Et bien qu'animal sans vertu,
Il faisait trembler tout le monde
[2].
Un petit bout d'oreille échappé par malheur
[3][4]
Découvrit la fourbe et l'erreur.
Martin fit alors son office.
Ceux qui ne savaient pas la ruse et la malice
S'étonnaient de voir que Martin
Chassât les Lions au moulin
[5].

Force gens font du bruit en France
[6],
Par qui cet Apologue est rendu familier
[7].
Un équipage cavalier
[8][9][10][11][12][13][14][15][16][17][18][19][20][21][22][23][24]
Fait les trois quarts de leur vaillance
[25, APR note 272].

[?]

____________________

L'Anne vêtue de la peau de Lise

De la peau de Lise l'Anne s'étant vêtue [26]
Était crainte partout à la ronde,
Et bien qu'animal sans comparu
[27],
Elle était
acceptée de tout le monde [28, APR note 12].
Un petit bout d'oreille échappé par malheur
Découvrit la fourbe et l'erreur.
Michel fit alors son office
[29, notes 100 à 105].
Ceux qui ne savaient pas la ruse et la malice
S'étonnaient de voir que Michel
Ne goûtât point des Lises leur fiel
[30].

Farce
[31] gentils lapins [32] font du bruit en France [33, APR note 23],
Par qui cette Apocalypse est rendu familière.
Un équipage de condottieres
Fait les quatre quarts de leur vaillance
[34][35!
podcast

1304290535.jpg

____________________

philosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversaire
Ci-dessus : capture d'un article externe daté du 14 décembre 2011

philosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversaire

Ci-dessus : capture d'un article interne daté du 26 janvier 2009… en rapport avec une erreur ayant fait son office le 15 décembre 2008 : bien que découverte depuis l’origine (!), cette erreur reste à ce jour (15 décembre 2011) couverte d’un silence glacial [36?] : brrrr !
Attendu d'ailleurs que la
découverte reste couverte, cet article pourrait être réécrit aujourd'hui sans y changer un iota...

       L’histoire ne risquant guère d’être davantage terminée qu’il y a quelques jours [1, AV note 51], à l’issue de ces quelques nouvelles distractions, pourquoi ne pas rappeler maître Eolas [37][38] à la barre ? Attendu d'ailleurs qu’il n’était pas le dernier à souligner qu’il n'y a qu'en fonctionnant illégalement [39] que les tribunaux arrivent à tourner [40, APR note 8]… et pas le dernier non plus –ô paradoxe, mais néanmoins bienvenu- à conseiller de « dire la vérité, ou mieux, de se taire, mais de ne jamais mentir face à la justice »[1, AV note 145], force est néanmoins de constater qu’il nous a laissés là un peu sur notre faim. En effet, si l’on peut considérer avec bienveillance ce genre de conseil comme s’appliquant aux trois quarts d’affaires couramment jugées, on peut également s’étonner que le quatrième quart ait échappé par malheur à l’attention de notre avocat. Sans doute n’est-ce là qu’un petit bout : il est cependant à craindre que ce petit bout fasse trembler beaucoup de monde si l’on y découvre la concentration de ruse et de malice qui y font leur office sans que nul ne s’en émeuve partout à la ronde. Or, ce quatrième quart, (re)découvrons-le à présent.

       Face à personne [27], la justice ment comme un arracheur de dents [41] ; en l’absence de tout contradicteur sur l’ensemble de la procédure [1, note 113][42,§1], elle n’en est que plus à son aise pour égrener mensonge sur mensonge [43][44], et pire, se taire ensuite [45, notes 29 à 35] lorsque celui qui en sait la ruse et la malice –et le fait abondamment savoir à moult gens partout dans le monde [46][47][29, notes 100 à 105]- lui en demande elle et non l’inverse [48!) quelque compte [49][50]. (Concernant le compte des années, c’est déjà plus facile : trois, comme on le sait ! Il en reste néanmoins sept avant que l’avocate du lieu [51] ne détruise ses adversaires absents archives [52,im.2>52bis]…) Diantre : que va pouvoir nous conseiller un avocat pénaliste là-dessus ? Certes, attendu que force droit civil y fait grand bruit [53][42,im.3,4], cet Apologue lui est moins familier ; mais qu’il ne craigne pas : le pénaliste n’y sera point chassé. Car, entre les infractions caractérisées (pour ne pas dire caractérielles ?) et multiples à l’article 226 du Code pénal [54][55, notes 101 à 103][56, notes 31,32][57, APR note 70] et à l’article 434-15 du même Code (qu’il a d'ailleurs eu l’obligeance de nous fournir lui-même [1, APR note 113]), il serait étonnant que le pénaliste aguerri en chassât son tablier ! Évidemment, il y a pour lui comme une difficulté particulière [58, AV note 15][59][60] : les trois quarts des gens en délicatesse avec les articles susnommés sont de la "maison" : sa "maison! C’est-à-dire, d’un établissement public [61] se faisant craindre partout à la ronde comme étant celui au sein duquel s’appliquent avec vaillance les articles du Code civil, du Code pénal… et beaucoup d’autres [62, notes 40 à 44], dont le folklore le dispute parfois au hors-sujet [42,im.5]. Que les tribunaux n’arrivent à tourner qu'en fonctionnant illégalement, c’est leur problème… et accessoirement celui de l’"animal sans vertu" (ou à vertu sans mains [63] : ce qui est presque pire) qui les encourage -dans la fourberie et l'erreur- à fonctionner de la sorte. Entre d'ailleurs dans cette catégorie tout demandeur de protection de "confort", que maître Eolas devrait être lui-même bien en peine de défendre puisqu’un tel commerce se heurte de plein fouet à sa propre déontologie, celle-ci soulignant à juste titre que la protection des citoyens n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais le rôle de la justice [1, AV note 81]. Ce qui, par rebondissement, devrait le heurter plus violemment encore au "Magistrat" qui, passant outre, "prend en compte l’intérêt de la famille, et la protection des enfants", (de quel "danger"©[64] mettant en péril le dit intérêt ? on ne s’étonne plus de ne 1329814405.jpgpas le savoir officiellement, bien que s’en suive immédiatement une mesure publique "estimée nécessaire") puis, précisément, "estime nécessaire" dans la foulée "un départ rapide…"[1, notes 94,95] Dont acte public (brillamment TAMPONNÉ, CERTIFIÉ [65, notes 41,45] et tout le toutim, faisant "autorité"©[66, APR note 270] devant le monde) le 15 décembre 2008, acte jamais démenti à ce jour. À supposer que l’on eût contraint un maître Eolas à traiter un dossier de cet acabit, il lui eût été alors infligé une double punition [66, APR note 170 (Is)] :
- celle de faire mentir la justice en lui attribuant un rôle qu’elle n’a pas, qu’elle n’a jamais eu et n’aura jamais (pas très reluisant chez quelqu’un conseillant par ailleurs de « dire la vérité, ou mieux, de se taire, mais de ne jamais mentir face à la justice [1, AV note 145] » !)
- celle d’ajouter à ce premier mensonge de
la justice l’hypocrisie manifeste [67][68] d’une protection contre un "danger"© dont l’inexistence n’est jamais démontrée aussi efficacement qu’au travers de l’absence abyssale de toute vérification concrète [69] de son existence sur le terrain (!) ; ce n’est pas à un pénaliste que l’on fera croire qu’une "autorité"© "magistrale" se donnant les moyens d’"estimer nécessaires" des mesures "rapides" s’en trouve dépourvue pour diligenter encore plus "rapidement" les services d’organismes sociaux type DDASS [70]. D’autant qu’en dépit de ses faibles moyens à poursuivre les chimères [1, AV note 107], cette "autorité"© signe en aval sa compétence à faire suivre le dossier auprès d’organismes sociaux… d’un autre type [71], ayant pris soin de l’assortir au préalable de quelques mensonges supplémentaires [72] ! À un tel degré de ruse et de malice, on n’aura pas attendu trois ans pour oublier le fonctionnement illégal au profit du banditisme organisé, sous serment [73] républicain.
       À supposer donc que maître Eolas eût accompli –la mort dans l’âme : n’en doutons point !- une si lourde épreuve déontologique, aura-t-il conservé quelques beaux restes de raisonnement [1, note 55] ? Dans l’affirmative, il devrait trouver légitime de s’interroger au sujet de l’étrange [66, notes 139] définition qu’un "Magistrat" confère à son titre de "Conciliateur"[67, APR note 9][68, APR note 12][69, note 10][70, APR note 3][71, note 3]… d’autant que la majuscule dans le texte est là -TAMPONNÉE, CERTIFIÉE-, qui renforce son "autorité"© sur ceux qui ne savent pas ! Qui sait ? en poussant l’interrogation jusque dans ses derniers retranchements, notre pénaliste ne trouverait probablement ni fantaisiste ni infondé [1, AV note 107] de se demander quel malheur adviendrait si le "Magistrat" n’était pas "Conciliateur" : peut-être irait-il jusqu’à en trembler ?… À moins que pour échapper à cet accès de crainte, il se fasse plus familier… voire plus cru ; en trouvant superflu le "ciliateur", par exemple : étant de la "maison", il peut se le permettre…

1955696148.jpg

philosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversaire

       En revanche, on sait qu’il ne se permettrait pas l’injure [72, APR note 16] ou la diffamation : ne confondant pas l’une avec l’autre, tant il retrouve là un sujet de choix chez les amateurs éclairés de subtilités sémantiques à haute teneur juridique… dont il fait allégrement partie : avec 57 résultats sur le module de recherche interne à son blog pour "diffamation"[73], 72 pour "injure"[74], le lecteur devine combien l’avocat -pénaliste ou non- trouve son bonheur en plongeant avec délices dans des débats jamais exhaustifs. Sans entrer dans de telles arcanes, retenons la définition –courte et simple- de la diffamation, telle que l’édicte l’article 17 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966 :
1) Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes illégales à son honneur et à sa réputation.
2) Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.
[75]
À présent, feignons d’
"oublier" un instant l’attitude globale de "protecteurs de la loi" ayant méthodiquement taillé en pièces ces quelques lignes (!) si merveilleusement intentionnées, n’en laissant rien de sauf [55]. "Oubli" fort relatif, au demeurant, puisque nous allons tout de même rappeler à la barre… l’article 220-1 du Code civil :
« Si l'un des époux manque gravement à ses devoirs et met ainsi en péril les intérêts de la famille, le juge aux affaires familiales [26] peut prescrire toutes les mesures urgentes [66, note 205?] que requièrent ces intérêts. Il peut notamment interdire à cet époux de faire, sans le consentement de l'autre [76?], des actes de disposition sur ses propres biens ou sur ceux de la communauté, meubles ou immeubles. Il peut aussi interdire le déplacement des meubles, sauf à spécifier ceux dont il attribue l'usage personnel à l'un ou à l'autre des conjoints. Lorsque les violences exercées par l'un des époux mettent en danger [0, note 64?] son conjoint, un ou plusieurs enfants, le juge peut statuer [77?] sur la résidence séparée des époux en précisant lequel des deux continuera à résider dans le logement conjugal. Sauf circonstances particulières, la jouissance de ce logement est attribuée au conjoint qui n'est pas l'auteur des violences. »[78, note 21]
       On ne soulignera jamais assez que le juge aux affaires familiales manque lui-même gravement à ses devoirs et met tout aussi gravement en péril les intérêts d’une famille alors que l’un de ses membres ne l’a pas attendu pour être déjà l'objet d'immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée et sa correspondance [55, note 103][56, note 32], ainsi que d'atteintes aussi illégales que fumeuses à son honneur et sa réputation. "La protection de la loi" (sic) se fait décidément étrange quand elle s’escrime à enfoncer le clou… ajoutant les mêmes immixtions arbitraires, plus de nouvelles : illégales, à son domicile [55, note 85], puis expulsion de même nature, par voie de violence [79, note 104] aggravée de résidence forcée mettant en péril les intérêts du corps et de l’esprit [79, notes 106,107] ! En ces circonstances particulières, il y a prescription sur le seul titre de juge aux affaires familiales… mais il y a moins que jamais prescription au sujet de la publication d’un acte venimeux ayant plus que laissé suggérer à tout le monde qu’"un époux exerce des violences" au point de "mettre en danger son conjoint" : en bon français –comme en droit international-, il en faut moins que cela pour illustrer à la perfection une consistante atteinte à l’honneur et la réputation. Que cette atteinte soit portée par des "Magistrats" ne saurait nullement lui conférer un statut "légal" (qui, comme par enchantement, ferait alors échapper -entre autres- aux conditions de l’article 17) ! Gageons que maître Eolas lui-même n’est guère féru de magie… dans le cadre de sa fonction publique, s’entend. Lui, il est pénaliste : en tant que tel, il aurait matière à s’étonner qu’"un époux exerçant des violences qui mettent en danger son conjoint" ne soit traité judiciairement "qu’"au civil. Mieux que personne, il sait que l’exercice de véritables violences -mettant véritablement autrui en danger (conjoint ou non)- se traite ailleurs qu’au civil : le parquet a d’autant moins de temps à perdre à consacrer ses faibles moyens à poursuivre les chimères [1, AV note 107] qu’il doit faire face à 75 000 femmes violées par an, dont plus de 150 meurent sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon [80, note 50] : lequel de ces "compagnon ou ex-compagnon" a-t-il seulement entendu parler de l’article 220-1 du Code civil ? Quel tribunal oserait simplement s’en réclamer, sans crainte de se faire lyncher par les ayant-droits des victimes ? Quel crédit ceux-ci accorderaient-ils à un pâle juge aux affaires familiales, disqualifié à la mesure de la gravité du délit ? « La loi punit toutes les formes de violences faites aux femmes »[81, AV note 51] ? En quoi l’article 220-1 du Code civil participe-t-il à la sacro-sainte "lutte"© pour l’élimination de la violence, lui qui a du temps à perdre à "lutter"© contre des violences tellement imaginaires que l’on se garde bien de les vérifier ? On s’étonnera ensuite que « la violence contre les femmes soit l'un des crimes les moins poursuivis [80, note 51] » : le temps perdu à poursuivre des chimères n’est plus disponible à poursuivre des crimes autrement plus substantiels ; et ce temps est doublement perdu, ayant été consacré à semer les germes de la violence par son exaspération [82][83]… au nom de son "élimination"©, comme il se doit.
       "Les intérêts de la famille" ont bon dos quand on examine de plus près l’intérêt de l’article 220-1 du Code civil : il ressemble en tout point [57,1] à celui de… l’"hôpital"©[84, notes 51 à 56][85, notes 25,26]. Car, de même que le "malade"© n’est pas à l’"hôpital"© parce qu’il est "malade"© -c’est le contraire : il est "malade"© pour tout le monde parce qu’il est à l’"hôpital"©-, l’article 220-1 du Code civil n’est pas appliqué contre le "conjoint violent"© parce que c’est un "conjoint violent"©, mais il devient très officiellement19731.jpg un "conjoint violent"© parce qu’on lui a appliqué l’article 220-1 du Code civil (attendu d'ailleurs que si la procédure lui déplaît et qu’il le fait savoir, il risque fort de ne faire qu’un avec le premier) ! Ainsi, l’article 220-1 du Code civil fonctionne bien sûr illégalement : mais, de par son caractère dûment TAMPONNÉ, CERTIFIÉ, etc., il fonctionne aussi comme une sorte de diplôme attestant d’"autorité"© au "conjoint violenté"© son statut royal –et imprenable- de "victime"©[86, note 6][57,6][87], celui-là lui ouvrant à deux battants les portes de la "compassion"©[88] partout à la ronde... mais hélas, celles du pénitencier [89, note 1] au "conjoint violent"© : on ne fait décidément pas d’omelette sans casser d’œufs [90].

  Johnny Halliday - Les portes du pénitencier .mp3  
   
Found at bee mp3 search engine

philosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversaire171388128.jpg

       …Le juge aux affaires familiales peut "prescrire". Il peut "interdire" […] sauf à "spécifier" […]… ce qu’il n’interdit pas (!). Il peut "statuer", "préciser", "attribuer". Selon quels critères s’arroge-t-il de "pouvoir" tout ceci ? Le manque grave à des devoirs [91] ? Les intérêts de la famille ? Qui est-il, pour soi-disant pouvoir juger d’une famille [92][93][94] dont il ne veut pas remuer du doigt [95, APR note 3] la plus petite vérification [69] pratique de ses devoirs internes ou de ses intérêts, dans leur respect comme dans leur manque ? Néanmoins, il peut l’"expliquer"© à tout le monde, qui accepte ses "explications"© (n’est-il pas craint partout à la ronde ?) ; tout va bien, tant que c’est la singularité de l’autre qui est niée, l’autre que ces "explications"© peuvent effacer [28, APR note 12] : du billard si cet autre s’est déjà "effacé"[27] de lui-même ! Cerise sur le gâteau [96] : c’est exclusivement sur cet autre –ce proscrit [97][98, APR note 62] contre lequel on peut tout- qu’il exerce son pouvoir : magique [66, notes 5,6] ! Mais par quelle magie philosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversairesera-ce "juridique" ? Celle des mots qui, assurément, font alors leur office. Ils font surtout beaucoup de bruit… et de vent [99][100] au moulin [101, note 26][102, APR note 26][103][5]. « Dire la vérité, ou mieux, de se taire, mais ne jamais mentir face à la justice »[1, AV note 145]  ? Même aux yeux d’un maître Eolas –qui, de par sa fonction comme de ses appétences personnelles- aime ô combien à se payer de mots (jusqu’à relativiser la vérité au profit du silence), il est mieux de se taire que de mentir. S’il est vrai que dans le contexte de cette phrase, le sens en est inversé –justiciable face à la justice : non justice face au justiciable (comparant ou non)-, notre homme ne vient nulle part accepter –ou seulement justifier- qu’au-delà de sa propension à fonctionner illégalement, la justice puisse pratiquer l’injure et la diffamation… et ce, moins que jamais au nomphilosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversaire du "droit à la protection de la loi! Viendra plus spontanément à l’esprit ce primat de l’économie [28, notes 14 à 17] qui nous conduit [46, note 3] à effacer toute autre valeur et justifie, in fine, le recours à la violence diligence procédurale [104?(!)]. "Simple", "rapide" (y compris dans le sens du "nécessaire départ"[1, notes 94,95]), "économique" : un coup de fil [105][47, APR note 24], et c’est parti ! Avec "droits garantis"©©©[51] à l’appui [106], s’il vous plaît [107, APR note 54] : n’ayons pas peur lorsqu’il s’agit de faire trembler son monde

343326112.jpg

     Il n’empêche que les plus subtiles et retorses circonlocutions juridiques n’effaceront pas le sens étymologique de l’injure : en toute affaire (familiale ou non), elle est -et demeure- un déni de justice [72, APR note 16]. Or, s’il existe de bons exemples de violence cachée derrière des mots qui valent déni [28, note 12], quel honneur et quelle réputation restent-ils à la justice elle-même, là où ses propres serviteurs se dévoient [108] obstinément dans l’exercice assidu d’une exemplarité perverse de cette violence ? (Notamment lorsque celle-ci n’est en rien cachée… puisqu’elle est dûment TAMPONNÉE, CERTIFIÉE, etc.)

philosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversaire

      Pour ce qui relève de la diffamation ("le fait de tenir des propos portant atteinte à l'honneur d'une personne physique ou morale"[109]), les "anniversaires" se suivent et se ressemblent, s’accompagnant de la poursuite tranquille d’une insouciante [66, note 190] pratique auto-diffamatoire [110, notes 31,32] qui poursuit vaillamment son cours tranquille : il ne reste guère qu’à suggérer le fond des oubliettes d’un château hanté si l’on veut pouvoir tomber plus bas. Mais à l’évidence [111, APR note 70]… gare aux "fantômes"©[69, notes 46,47] !
      Il est mieux de se taire [112, APR note 6(Ec)] [ non de faire taire [113][114, APR note 9][115][116, AV note 39][117, notes 7,8][118, notes 81,82] ! ] que de mentir [119] : conseil [120, note 10, APR note 57(Ec)] d’un avocat pénaliste [121][122]


Fin au 17 décembre 2011

Télécharger une version imprimable de la note
 (fichier Word 5 pages, sans les images)
 

____________________________

QUOI QU’ON EN D.I.S.E…(Dernières Interventions sur des Sites Extérieurs)

DSM, arnaque "psychiatrique"©, vidéo   Lundi 19 décembre 2011

Mesdames, vous êtes dans le collimateur de la "psychiatrie"©.   Lundi 19 décembre 2011

vendredi, 02 décembre 2011

2011 : déjà le troisième anneliseversaire !


podcast
Montage tomballiversaire3.jpg

[*|*][*][*][*][*][*] - [2008][2009][2010] - [*] – [29>35]

        Il est vrai qu’avant Noël [1][2][3], il est bien normal que flotte [4][5][6][7][8][9][10][11][12][13][14][15] comme une odeur de sapin [16]. Ce n’est pourtant pas ce que l’on croit, attendu que certains volatiles [17][18] ont manifestement la vie dure !…

Il était un petit homme
Pirouette cacahuète
[17,com]
Il était un petit homme
C’est drôle qu’avait plus de maison
[18]
C’est drôle qu’avait plus de maison
Sommé de faire ses cartons
[19]
Pirouette cacahuète
Sommé
[20][21] de faire ses cartons
Les huissiers
[22][23][24][25] ont des tas de papiers
Les huissiers ont des tas de papiers
S’ils veulent vous les montrer
Pirouette cacahuète
S’ils veulent vous les montrer
Ils s’y casseront le bout du nez
Ils s’y casseront le bout du nez
Le facteur
[26, APR note 31] vous l’a montré
Pirouette cacahuète
Le facteur vous l’a montré
D’illégalité
[27] il s'est fait pousser le nez [28][29]
D’illégalité il s'est fait pousser le nez
On lui a tronçonné
[30][31]
Pirouette cacahuète
On lui a tronçonné
Avec une jolie plaque dorée
[32, APR note 44]
Avec une jolie plaque dorée
[33, APR note 19]
Le faux derche
[34], il s'est cassé
Pirouette cacahuète
Le faux derche, il s'est cassé
Le petit homme s'est "suicidé"
©[35, notes 63 à 70]
Le petit homme s'est "suicidé"
©[36]
Un avion à réaction
[37][38][39]
Pirouette cacahuète
Un avion à réaction
A rattrapé ce fou de "suicidé"
©[40][41][42][43]
A rattrapé ce fou de "suicidé"
©[44][45][46][47]
Mon histoire n’est pas terminée
[48?]
Pirouette cacahuète
Mon histoire n’est pas terminée
Messieurs, (mais pas les dames
[49, notes 71 à 95]) applaudissez
Messieurs, (mais pas les dames
[50]) applaudissez.
podcast

Tic-et-Tac-ombre.jpg

____________________

        L’histoire n’étant pas terminée, à l’issue de ces quelques vocalises, pourquoi ne pas les prolonger avec d’autres… moins artistiques, mais plus juridiques ? Ce jour anniversaire n’est en effet pas sans renvoyer à ce régal qui consistait -en son temps- à lire de la plume d’un avocat qu’il n'y a qu'en fonctionnant illégalement que les tribunaux arrivent à tourner [51, APR note 8]. Par définition comme par fonction, l’avocat lui-même n’est pas avare de vocalises. En revanche, il se fait généralement moins dispendieux –et plus réservé- quant à ses rapports avec la Toile [52, APR note 2] : jusqu’à parfois s’y casser les dents [51, note 12][53] à propos de cette jurisprudence qu’il affectionne tant par ailleurs. À tout seigneur tout honneur : reconnaissons à maître Eolas [54] le mérite de ne pas entrer personnellement dans un tel schéma. Car s’il est lui-même de longue date un habitué du barreau, il n’en est pas moins devenu au fil des années une référence incontournable… en ligne : "les tribunaux n’arrivant à tourner qu'en fonctionnant illégalement", c’était déjà de lui que pouvaient l’apprendre ses visiteurs (du moins, ceux d’entre eux à qui n’aura pas été fournie quelque occasion de se frotter plus concrètement aux aléas de l’institution judiciaire…). À cette performance, ajoutons-lui une autre : celle de se donner pour tâche de se placer en ligne de crête entre les excès d’un langage purement émotif, et ceux d’un jargon purement juridique… En d’autres termes, il ne renonce pas à rai-son-ner [55] avec un maximum de recul. Il y parvient, ou il n’y parvient pas : au lecteur d’en juger. Naturellement il défend "sa soupe" : ce qui est de bonne guerre ; néanmoins, au contraire de nombre de ses collègues, il ferait sans doute un mauvais psyvocat [56] ; celui-là se caractérisant précisément par la surenchère au verbiage juridique, en réaction directe à l’excès de verbiage émotif [57, notes 19]. Travers ô combien féminin [58, AV note 4]… mais dont ces dames n’ont pas toujours l’exclusivité, chacun pouvant y trouver sa part [59, notes 31 à 34].2028255740.jpg
        Mieux encore : face à l’usage larmoyant du langage purement émotif, maître Eolas monte au créneau afin de mettre en garde contre les possibles objectifs du recours à un tel langage : à savoir, les techniques de manipulation [60][61][62!]. À cet égard, bien qu’il affiche sans complexe « son plus profond mépris » de l’association [63] sur laquelle il tire à boulets rouges [64] –il fait d’ailleurs des "petits"[65][66]-, il ne se satisfait pas de répondre à l’émotion par une émotion contraire, de se livrer à une lutte stérile de contre-incantations : point par point, il argumente et développe en évacuant l’émotion immédiate. Il est vrai que l’association épinglée –dont il a été fait mention ici [67] et là [68]- a beau s’être publiquement demandée « ce que faisait la "psychiatrie"©, force est de constater que depuis sa création elle ne s’est jamais départie de ne rien faire sans elle [68, notes 1,2] ! Ainsi, à l’examen de la page de son organigramme d’"experts"©[69], nous comptons douze "experts associés" et neuf "contributeurs"[63bis]. Sur les douze, trois appartiennent explicitement à la nébuleuse psy. Sur les neuf autres, ils sont quatre (incluant la "psychiatre"© Giacomoni, dont on se souvient qu’elle est l’auteure d’une "publication majeure"[68, APR note 16])… Ceci sans compter des spécialités telle que la criminologie [70] qui, si elle ne se revendique pas ouvertement de la nébuleuse psy, passera difficilement pour lui être tout à fait étrangère. Si la lutte contre l’injustice –et les indubitables dysfonctionnements de l’institution judiciaire- est en soi un objectif éminemment louable, il n’est pas gagné –loin s’en faut- que son phagocytage interne [71][72] par des pompiers pyromanes [73][74, APR note 95][75][76][77] mène à des résultats aussi louables : en témoignenta contrario quelques récentes affaires, n’ayant pas manqué de souligner l’inconsistance crasse et nauséabonde du mélange "expert"©[77,com.2,4][78,com.1,3][79][80] des genres…

        Cependant, tel n’est le propos ni de maître Eolas ni d’aucun commentateur, chez lui ou chez d’autres : l’axe de la réflexion se porte moins sur les techniciens de la manipulation (ce en quoi ces derniers sont authentiquement experts, à défaut de l’être en médecine…) que sur la technique elle-même, soigneusement démontée. Ce qui permet précisément à notre avocat d’argumenter en évitant les lourdeurs ésotériques d’un verbiage juridique qui, par ailleurs, n’est évidemment pas toujours exempt de ce type de dérive. Néanmoins, il reste avocat et ne saurait faire abstraction de la sémantique seyant à la fonction ! Ainsi, bien malgré lui et à sa manière, vient-il honorer… la suite d’une histoire qui n’est pas terminée. De fait, même si son billet traite d’un sujet bien précis -sans rapport avec le moindre anniversaire !-, il n’en néglige pas de lancer quelques coups de projecteur sur des traits propres à l’institution judiciaire : traits généraux, ne se réduisant nullement à son sujet bien précis.
        Ainsi de la "mission de la justice" ; partout où celle-ci s’exerce –et quels que soient le cadre ou l’instance requis : civil, pénal, correctionnel, appel, cassation, etc.-, sa toute première mission est d’être la même pour tous : une justice "blanche" pour les uns -et "noire" pour les autres- serait un non-sens qui la viderait de sa seule substance. Maître Eolas, un petit mot sur la mission de la justice : sur le rôle qu’elle est censée remplir… ou ne pas remplir ?

philosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversaire

        A priori, maître Eolas n’est pas exactement un néophyte. Et s’il manifeste parfois quelque légitime humeur au cours de l’une ou l’autre de ses lignes, on ne saurait lui faire reproche de s’emporter jusqu’à se rendre suspect de quelque émotion idéaliste et béate à propos d’un sujet lui fournissant par ailleurs son gagne-pain. Même hors contexte de son sujet bien précis, il nous laisse peu de latitude à ce que la mission de la justice cultive quelque inclination à remplir un rôle de "protection des citoyens". « Ce n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais le rôle de la justice » : voilà une phrase qui est claire, nette et sans bavure. Elle est exprimée dans un langage simple et accessible à tout homme de bonne volonté, sans être docteur en droit, sans arrière-pensée ou autre chausse-trappe juridico-juridique dont raffolent nombre de membres de sa confrérie. De fait, il existe d’autres institutions auprès desquelles le rôle de la protection des citoyens est explicitement dévolu : ce sont les forces de l’ordre, civiles et militaires.
        La prose de notre avocat reste décidément un délice : la protection des citoyens n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais le rôle de la justice. Sous des dehors affirmatifs –dans le sens de la négation-, cette phrase est extrêmement libératrice. En effet, posant les fondements de la mission de la justice, elle permet de distinguer du premier coup d’œil –toujours sans être docteur en droit !- ce qui est de la justice de ce qui n’en est pas : autrement dit, d’en reconnaître toute imposture [81]. Elle pourrait être sujette à caution si elle émanait d’un plombier, ou de quelque autre spécialiste étranger à la justice -tant dans sa pratique que dans sa théorie- : le sera-t-elle, émanant de maître Eolas ? On peut ne pas adhérer à son propos ; mais dans ce cas, il faut en tirer la conclusion qui s’impose : "le rôle de la justice est de s’adapter au premier citoyen venu", au gré de ses humeurs… mais surtout de ses caprices. La "mission de la justice" devient la "mission" pour ce citoyen-là et non pour son voisin. Il réclame "protection" ? Eh bien, DISONS [82, note 7] que pour lui ce sera la "mission de la justice" du moment !
        Las : maître Eolas enfonce le clou. « Protéger suppose une antériorité du danger, d’empêcher un dommage de survenir. La justice, par sa nature même, n’intervient QUE pour réparer, donc a posteriori. […] La mission de la justice n’est pas de protéger, mais de réparer. » "Protéger", "une antériorité du danger", "empêcher un dommage de survenir" : tout ceci est très exactement contraire à la nature même de la justice. Rappelons que c’est signé d’un maître Eolas qui, dans son sujet bien précis, étrille une association "pour la justice" se prévalant d’avoir à sa tête vingt-et-un "experts" ou "contributeurs", dont sept émargent peu ou prou à une discipline fonctionnant notoirement sur les trois critères suivants : …"protéger"[83, note 5], "antériorité du danger"[84, notes 4,5][85, note 15], "empêcher un dommage de survenir"[86][87][88][88bis]etc.. Munie de pareils handicaps fondamentaux, comment une telle discipline pourrait-elle être de quelque soutien à ce que la justice remplisse mieux son rôle alors qu’elle-même contredit sa nature ? Il est vrai que la santé des citoyens [89] n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais le rôle de la "psychiatrie"©[90][91] : se substituer à la justice (en étouffant celle-ci) est davantage dans ses cordes… toujours avec les résultats [77,com.2,4][78,com.1,3][79][80] qu’on lui connaît. Or, il se trouve que ces résultats viennent parfaitement corroborer les propos de maître Eolas… même si nous sortons là de son sujet bien précis.

        Cependant, à l’issue de ce hors-sujet relatif à l’institution judiciaire proprement dite, rapprochons-nous à présent de son sujet bien précis afin d’y pratiquer cette fois de nouveaux hors-sujets… mais en "interne". Plus exactement, il s’agit à présent de débusquer les hors-sujets pratiqués à l’intérieur même de l’institution judiciaire : ce qui ne présente pas de difficulté particulière [92, AV note 15][93]… En effet, dès lors que la "protection des citoyensn’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais lerôle de la justice", toute action dite de "justice" se fondant formellement sur une telle "protection" est d’ores et déjà hors-sujet. De plein droit, elle est nulle et non avenue. Elle aura beau "supposer une antériorité du danger", prétendre solennellement "empêcher un dommage de survenir", elle incarne elle-même danger et dommage. Pis encore –et cela s’appuie plus que jamais sur ce qu'énonce maître Eolas- : non seulement elle n’intervient en aucun cas pour réparer, mais elle casse de propos délibéré.

        « La mission de la justice n’est pas de protéger, mais de réparer. » "[…] …le Magistrat Conciliateur prenant en compte l’intérêt de la famille, et la protection des enfants, a estimé nécessaire un départ rapide…"[94, note 2][95] La mission du lecteur est de relier les points : il observe d’une part un "Magistrat" (la majuscule étant d’origine, elle ne laisse pas de souligner combien nous sommes en plein cœur d’une "mission de justice" des plus officielles…), d’autre part une "prise en compte" (toujours des plus officielles…) de "protection" diligentée par le même "Magistrat". Pour l’heure, laissons de côté l’aspect contextuel -dans un réel qui est là, pour tous [96, AV note 41]- de l’authenticité fort relative d’enfants requérant quelque "protection" imposée de l’extérieur, et tenons-nous en à la seule terminologie juridique. Par un document des plus authentiques (tout au moins dans son officialité !), il n’est toujours pas nécessaire d’être docteur en droit pour CONSTATER [82, note 7] –à la seule aune des déclarations de maître Eolas, professionnel aguerri du droit et de la justice- qu’un "Magistrat"[97] fait publier, en date du MARDI TROIS FEVRIER DEUX MILLE NEUF à NEUF HEURES [98], qu’il prend fait et cause pour un premier "Magistrat"[99], les deux "Magistrats" outrepassant de concert [100] la mission de la justice, la missionnant et la détournant en vue "de protéger". Il va sans dire –mais il va mieux en le précisant- qu’à ce jour (soit près de trois ans [101] après cette "prise en compte"), la réparation [102][103, APR note 18][104] (mission de la justice) attend toujours. Sans doute est-ce parce que les tribunaux –majuscules ou minuscules [105]- sont débordés ? C’est effectivement ce que nous explique maître Eolas !

philosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversaire

        « D’un autre côté, une plainte fantaisiste ou infondée (parce que les faits ne constituent pas un délit [106!]), doit bien être classée sans suite. Quand les faits sont suffisamment étayés, le parquet n’hésite pas à poursuivre. Mais il n’a pas de temps à perdre à consacrer ses faibles moyens à poursuivre les chimères [107]. » Encore une fois, de telles phrases sont, elles, suffisamment claires pour ne laisser planer aucun doute –voire quelque réserve ou exception- laissant suggérer à demi-mot qu’une certaine catégorie de "Magistrats" ne soit nullement –ou plus modérément- concernée par cette donnée générale : quand un parquet n’a pas de temps à perdre avec des chimères, il n’a pas de temps à perdre avec toute chimère. Quand un parquet est doté de faibles moyens, ces moyens ne sauraient être miraculeusement renforcés pour une catégorie plutôt qu’une autre. Si la chimère est classée dans les figures imaginaires en héraldique [108], il en va de même en juridique, là où se vérifie ce que souligne maître Eolas en personne :
- plainte fantaisiste ou infondée, parce que les faits ne constituent pas un délit
- faits insuffisamment étayés… voire absence de tout fait !
- ces deux premiers points étant, eux, suffisamment étayés, n’hésitons pas à poursuivre (!) avec un troisième élément : l’absence de tout (mal?)faiteur
[109] sur l’ensemble des "poursuites" !!! Car celui-là a d’autant moins temps à perdreavec des chimères (qu’il sait illégitimes et illégales [27], sans même avoir lu maître Eolas !) que la faiblesse de ses moyens [110, AV note 3] n’a rien à envier à celle d’un parquet "nécessiteux"
- les trois points précédents étant à leur tour suffisamment étayés, n’hésitons pas à poursuivre encore avec ce quatrième qui en fournit l’apothéose : à savoir, la subornation de témoin… induisant du "témoignage" unilatéral
[111, notes 45 à 47][112: sans contradicteur [113,§2] ! Maître Eolas –qui n’a décidément pas la langue dans sa poche- nous en parle également :

philosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversaire

[ NB : le lien intégré à la capture ci-dessus renvoyant -comme les autres- à l’ensemble de l’article de maître Eolas, on peut retrouver activement sur ce lien celui qu’il nous indique ici… ]

         « …promesses, offres, présents, pressions, menaces, voies de fait, manœuvres ou artifices au cours d’une procédure ou en vue d’une demande ou défense en justice afin de déterminer autrui soit à faire ou délivrer une déposition, une déclaration ou une attestation mensongère… » ? À n’en point douter, si maître Eolas avait discrètement mené son enquête auprès de l’une de ses consœurs du cru [114][115][116] (sans omettre de la prolonger auprès d’exécutants pressants et menaçants [23][117], non moins "missionnaires" assermentés [118] "de la justice" (sic) qu’elle-même…), notre homme aurait eu peine à distinguer dans les voies de fait et manœuvres artificielles d’une "avocate"©©© quelque déposition, déclaration ou autre attestation qui, non seulement puisse ressembler un tant soit peu à "la mission de la justice" (!) telle qu’il nous l’énonce lui-même… mais encore n’entre pas de plain-pied dans l’incarnation intégrale d’un délit prévu par l’article 434-15 du Code pénal ! Code qui, soit dit en passant, n’hésite pas à ce qu’un parquet soit doté de moins faibles moyens : les 8700 virtuels engrangés à ce jour par le compteur au vautour [119][120, APR note 24] semblent en effet une misère si on les compare aux 45 000 € d’amende promis par l’application de l’article 434-15 sur celui qui l’aura enfreint  ! (« ...ce même si la subornation n’est pas suivie d’effet » : dans quel article est-il stipulé qu’il y ait prescription quand la subornation est si bien suivie d’effet [121, notes 29 à 35], que cet effet nous vaut aujourd’hui une note d’anniversaire ???…) Concernant les « trois ans d’emprisonnement » assortis à cette sanction, admettons avec maître Eolas –et nombre d’autres- que les prisons ne soient pas extensibles à l’infini. De même ne le sont pas leurs équivalents "sanitaires"©[122, APR note 39][123,com.1][124, notes 38,39][125][0, notes 40 à 47] (ce qui ne dissuade nullement d’y dénicher quelque place [126], sur demande [127][128][129] même –quand ce n’est de leur approbation appuyée [130, APR notes 6,7][131, APR note 112]- de "clients" tout indiqués de l’article 434-15 du Code pénal, la mission de leur "justice"©©© étant –et n’étant plus que- de "protéger"©[59, APR note 27][132, APR note 29] : acceptant à ce titre les plaintes les plus fantaisistes et les plus dénuées de fondement ). Pour autant, si la loi pose assurément problème sur certains points de son application, en quoi cela justifierait-il un instant d’en desserrer tous les boulons [133]… au seul profit de ses "missionnaires" poursuivant des chimères ???

philosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversaire

[Im.2+§3] - [*]

        « Auriez-vous confiance dans la justice si votre riche adversaire dans son tort pouvait menacer le juge de poursuites s’il ne lui donnait pas raison ? Les magistrats sont responsables, mais cette responsabilité tient compte de leur nécessaire indépendance… » Ici, en tout bien tout honneur –et surtout, en rapport à tout ce qui vient d’être évoqué-, c’est maître Eolas lui-même qui est hors-sujet ! Car la question d’un riche adversaire dans son tort pouvant menacer le juge de poursuites s’il ne lui donnait pas raison devient une question "de luxe" (même s’il n’est pas si difficile d’y répondre par la négative) au regard de celles qui se posent, plus prégnantes. Celle-ci, par exemple : aurez-vous confiance dans un grossier simulacre de justice si votre riche adversaire dans son tort peut vous menacer par le juge de poursuites, et que celui-ci lui donne "raison"… sans raison autre que son auto-refuge systématique [134, note 43] dans l’énoncé solennel d’articles de loi tournant en boucle et se "justifiant" les uns les autres [113,§2][135, AV note 4] tout en étant eux-mêmes hors-sujet (!) ? Ou encore celle-là (qui n’est sans doute pas sans rapport avec la précédente) : attendu que "les "Magistrats" sont responsables, mais  que cette responsabilité tient compte de leur nécessaire indépendance"… qu’en est-il de cette "nécessaire indépendance" si l’on tient nécessairement compte de leur effarante et mortelle psycho-dépendance [68, notes 1,2][85][134, note 12] ??? Questions subsidiaires : les "Magistrats" sont-ils aussi "responsables"©[122, notes 29 à 35?](sic) que ceux dont ils persistent indignement à se rendre psycho-dépendants [0, notes 73 à 80][136][137][138][139][140][141][142] ? Pourquoi placent-ils, eux, une confiance démesurée en ceux-là [143] ? Mais cette question –un rien candide- tient compte de leur "nécessité" d’échapper aux foudres de l’article 434-15 du Code pénal… entre autres [144, notes 101 à 103].

      La simplicité, c’est pas le truc de "Magistrats" irresponsables, vous l’aurez compris : merci à maître Eolas de nous y avoir aidé. Pirouette cacahuète… et voilà que lui revient le mot de la fin. Mot qui, précisément, vaut son pesant de cacahuètes, émanant d’un avocat pénaliste ! À déguster sans modération. Toujours. TOUJOURS :

philosophie,politique,littérature,société,conséquenlogie,anniversaire

Oui mais… qu’est-ce que la vérité [145, note 9] ?

1816379215.jpg

Télécharger une version imprimable de la note
 (fichier Word 5 pages, sans les images)