Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 02 août 2009

Morts sur ordonnance ?

sept%20morts%20sur%20ordonnance.jpg

« En marge de la santé telle que la conçoivent les « gentils docteurs » dont l’ombre est omniprésente sur ce site, il n’est pas sans intérêt de jeter un œil sur un regard différent, portant également sur la santé dans une acception globale. » Il y a un peu plus d’un an, cette introduction présentait un article canadien relatif au phénomène de la vaccination.[1]
Ce phénomène prend aujourd’hui une nouvelle dimension, avec l’arrivée de nouvelles « épidémies ». Notamment celle de la grippe porcine. Du lard ou du cochon ? La question pourrait être posée à une organisation mondiale dont il a déjà été
fait mention ici. [2, note 3] Le regard que l’on peut porter à l’endroit de cette organisation prend également une nouvelle dimension. Cette fois, nul besoin de franchir l’Atlantique : le passage du Rhin suffira. La parole est en effet laissée à une journaliste autrichienne… toujours au sujet de la vaccination. Sept morts sur ordonnance, ce n’est que du cinéma : la fiction est parfois comme une goutte d’eau dans l’océan du réel…

Face à un tel document, on peut adopter la même attitude que pour l’aspartame [3] : info, intox ? Mais personne n’est obligé de consommer des succédanés de sucre : cette non-obligation est pour le moins étrangère à ce qui tourne autour de la vaccination. Si intox il y a, à qui profiterait-elle ? Au pire, chacun y serait quitte pour s’être fait berner, ce qui ne porterait guère à conséquences. Si info il y a, elle abonde en ne faisant pas mystère de nous apprendre à qui elle profite. La taire porterait en revanche à de lourdes conséquences. « Le monde est dangereux à vivre, non à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » (Albert Einstein)
C’est pourquoi il conviendrait de la relayer à grande échelle, particulièrement de blog en blog : chacun visant un public très différent, parfois ô combien divergent. Au-delà de ces différences subsiste toutefois une ressemblance [4] irréductible : celle d’une commune humanité. À ce titre, il n’y a pas de gants à prendre…

(Source)