Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 13 décembre 2008

Fais ton lit avant que ne vienne le prophète Élie.

Les chariots de feu - trailer

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 17,10-13.
Les disciples interrogèrent Jésus : « Pourquoi donc les scribes disent-ils que le prophète Élie doit venir d'abord ? » Jésus leur répondit : « Élie va venir pour remettre tout en place. Mais, je vous le déclare : Élie est déjà venu ; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu. Le Fils de l'homme, lui aussi, va souffrir par eux. » Alors les disciples comprirent qu'il leur parlait de Jean le Baptiste.

_____Les disciples d’aujourd’hui, que doivent-ils comprendre ? Que ceux d’hier comprirent qu'il leur parlait de Jean le Baptiste en tant que nouvel Élie ? Ce qui est de fait l’interprétation communément admise, qu’il n’est d’ailleurs pas question de discuter, sachant que le prophète Élie qui doit venir, c'est lui [1]. Mais on peut aussi comprendre autrement : par exemple, que les disciples comprirent sur le moment qu'il leur parlait de Jean le Baptiste comme étant le Fils de l’homme, ce que l’intéressé était du reste le premier à démentir formellement, n’étant pas digne de se courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales.[2] Alors les disciples pouvaient avoir mal compris qu'il leur parlait de Jean le Baptiste comme du Fils de l’homme. Tant que Passion et Résurrection n’étaient pas accomplies [3], ils ont montré à maintes reprises quelques inattentions à la manière dont ils écoutaient, d’où les objurgations en ce sens dont ils ont été l’objet. [4]
_____Le premier d’entre eux, Pierre, n’a pas été le dernier à vouloir comprendre [1, APR note 3] autre chose que ce qu’on lui disait quand les événements se présentent en apparence moins en faveur des esprits mauvais soumis en son nom [5]. La première fois qu’il leur enseigna qu'il fallait que le Fils de l'homme souffre beaucoup,[6] Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches. Ses pensées n’étaient pas celles de Dieu, mais celles des hommes. C’est-à-dire que l’homme veut bien saisir les pensées de Dieu… tant qu’elles l’agréent dans le sens de la guérison et du salut.[7, notes 6,7] Mais dès que s’approche l’épreuve décisive de la souffrance, les pensées des hommes inclinent à reprendre le dessus : ils préfèrent un Dieu de mer d’huile à Celui des tempêtes [8][9][10][11] et autres conditions désarçonnantes d’un certain confort spirituel. Alors les disciples préfèrent comprendre qu'il leur parlait de Jean le Baptiste. Ce faisant, ils compromettent ce qui est en place… puisqu’ Élie va venir pour remettre tout en place. Or, il est déjà venu : Jésus serait-Il fâché avec la conjugaison ? Futur ou passé ? Passé en ce qui concerne Jean le Baptiste : au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu, jusqu’à le raccourcir [12]. Quant au prophète Élie, il n’a pas dit son dernier mot :

Livre de l'Ecclésiastique 48,1-4.9-11.
Le prophète Élie surgit comme un feu, sa parole brûlait comme une torche. Il fit venir la famine sur les hommes d'Israël, et, dans son ardeur, en fit périr un grand nombre. Par la parole du Seigneur, il ferma le ciel, et à trois reprises il en fit descendre le feu. Comme tu étais redoutable, Élie, dans tes prodiges ! Qui pourrait se glorifier d'être ton égal ? toi qui fus emporté dans un tourbillon de feu par un char aux coursiers de feu ; toi qui fus préparé pour la fin des temps, ainsi qu'il est écrit, afin d'apaiser la colère avant qu'elle n'éclate, afin de ramener le cœur des pères vers les fils et de rétablir les tribus de Jacob, heureux ceux qui te verront, heureux ceux qui se sont endormis dans l'amour du Seigneur, car nous aussi nous posséderons la vraie vie.

gravure%20dore%20bible%20-%20elie%20enleve%20sur%20un%20char%20de%20feu.jpg

_____Existe-t-il un tombeau pour qui fut emporté dans un tourbillon de feu par un char aux coursiers de feu, et qui fut préparé pour la fin des temps ? Si cet emportement relève bien du passé, comme son nom l’indique la fin des temps clot tous les temps : au nom de quoi le futur ferait-il exception ? Il fera d’ailleurs monnaie commune avec le passé puisque seront heureux ceux qui verront, les mêmes que ceux qui se sont endormis dans l'amour du Seigneur. Il n’en demeure pas moins qu’au présent, la bée attitude [13][14][15][16] vient se heurter de plein fouet [17] au vouloir comprendre de la souffrance.
_____Si les pensées des hommes ont permis de fulgurants progrès dans la compréhension –et le traitement- de maintes souffrances organiques, celui des souffrances de l’âme fait venir la famine spirituelle sur les hommes et, dans son ardeur, en fait périr un grand nombre. Par la parole du Docteur, le ciel se ferme, et il en fait descendre le feu et le soufre dans un grand nuage noir.[18, note 1] Comme tu étais redoutable, Philou [19], dans tes prodiges ! Avant que n’éclate de rire un cocker [20] brûlant ta parlote comme une torche… Cette sale bête n’accepte pas sa souffrance, ce qui n’est pas "chrétien". Ce qui, surtout, n’est pas exact : il n’accepte pas une mauvaise –voire méchante [21]- compréhension de la souffrance. Accepter une telle "compréhension" conduit tout droit à une plus grande incompréhension… par conséquent, à une croissance exponentielle de souffrances ne contribuant qu’à la croissance économique de la catégorie "médicale" que nous savons. Au lieu de reconnaître leur infâme forfaiture, les "gentils docteurs" –faux médecins de l’âme- ont fait tout ce qu'ils ont voulu, surfant sur la crédulité de disciples qui comprirent qu'ils leur parlaient de thérapie !
_____« Aime et fais ce que tu veux » disait saint Augustin. Chez ses disciples compris -mais ayant inconsidérément délégué tout vouloir comprendre chez des escrocs dont aucun n’est dans leur peau- on ne fait plus ce qu’on veut [22] quand on semble aimer souffrir sans comprendre, parce qu’on a cru posséder la vraie compréhension : ce n’est jamais que se laisser posséder [23] !…

______________________________

Une cockerinade par jour

Ce sont deux justes "psychiques" qui font du stop sur une route : le soir venu, elle décident de planter la tente pour passer la nuit.
- On va planter la tente sur le bas-côté de la route.
- Non, non tu rigoles, on va la mettre au milieu de la route : c'est plus plat.
Le lendemain matin, en se levant elles voient un camion complètement explosé sur le bas-côté de la route.
- Ah, tu vois !
dit la seconde, on a bien fait de planter la tente au milieu de la route...

214923804_0c002418a4.jpg